• Cet ouvrage est un recueil de douze textes dans lesquels Mikhaïl Chichkine, auteur de plusieurs romans à succès, aborde de nombreux thèmes : l'importance du mot, de la littérature ; l'amour pour ses enfants ; les malentendus avec sa mère ; la violence de la société russe dans laquelle il a grandi; l'exil en Suisse, avant tout exil loin de la langue russe ; le destin de l'écrivai ; le rapport au temps... Plusieurs textes sont consacrés à des écrivains, en particulier Robert Walser, pour lequel il éprouve une profonde admiration, et Vladimir Nabokov.

    Mikhaïl Chichkine explore également les relations entre la Suisse et la Russie, réfléchissant à sa propre condition d'écrivain russe exilé. Il relate des épisodes peu connus de l'histoire suisse, comme celui des soldats soviétiques internés pendant la guerre et rapatriés en URSS en 1945, ou la vie de la révolutionnaire Lydia Kotchetkova et son mariage raté avec un médecin zurichois.

    Chaque récit est le morceau d'un tout, semblable à un puzzle littéraire ; mais le héros principal, dans l'oeuvre de Chichkine, et c'est particulièrement visible dans sa prose courte, reste toujours le Mot.

  • "Une branche, dans une bouteille d'eau, donne des racines.

    Comme elles n'ont rien à quoi s'agripper, elles s'agrippent les unes aux autres." Au premier abord, tout paraît simple. Sacha, Volodia. Une datcha. Un premier amour. Des lettres. Mais le destin n'aime pas les choses simples. Un papier glissé dans une enveloppe fait tout voler en éclats : Volodia part à la guerre, au loin. Le passé se mêle au présent, les sensations aux souvenirs : un été dans la campagne, les aventures d'un pilote arctique, une montre d'enfant arrêtée à deux heures moins dix, une éléphante d'hiver, la prise d'une ville chinoise, les soldats blessés, sanglants...
    Les questions sont éternelles, la guerre, la famille, l'absence, la solitude, le bonheur, mais les amants vont à la rencontre l'un de l'autre, cherchant à réinventer, dans l'espace de la correspondance, le lien temporel qui a été brisé.

  • En 1816 Byron quitte précipitamment l'Angleterre après le scandale provoqué par son amour pour sa demi-soeur Augusta. Il gagne les rives du lac Léman. En 1857, à Paris, Tolstoï assiste impuissant et choqué à une exécution capitale et se rend également en Suisse. Tous les deux décident d'effectuer la même randonnée du lac Léman à l'Oberland bernois en tenant chacun leur
    journal intime. Les sujets évoquésoe Les paysages, la mort, l'amour, la Suisse où ils se trouvent.
    En 2001, Mikhaïl Chichkine décide d'effectuer le même périple et de mettre littéralement ses pas dans les leurs, à la recherche de leurs traces. Chemin faisant il se délecte de leurs journaux et rédige le sien. Au fur et à mesure qu'il avance sur les sentiers, ses pensées divaguent, il progresse de digression en digression.
    En sept jours de voyage naît un livre alors que tout un univers particulier, celui de Chichkine, voit le jour. C'est un livre surprenant et d'une grande richesse sur deux pays inégaux, la Suisse et la Russie, sur Byron et Tolstoï, Guillaume Tell et Staline, l'Oberland bernois et la Tchétchénie, des touristes, des réfugiés, des hommes de lettres, des terroristes, des monuments, des sommets
    alpins, bref la marche à pied et la vie, la mort et la littérature.
    L'auteur ne part pas les mains vides : depuis des mois il se prépare en compulsant correspondances et journaux, en traquant les citations pertinentes, en recherchant dans les ouvrages de l'époque de précieux indices. Son but est d'appréhender au mieux la façon dont pouvait se dérouler une telle marche il y a cent cinquante ans. Il est fasciné depuis longtemps par ce genre littéraire mystérieux à ses yeux, à la frontière de l'essai littéraire et du journal de route et
    quasiment absent de la scène littéraire russe. Il en résulte un ouvrage foisonnant, riche d'une culture multiple, une véritable mine de renseignements sur la vie littéraire, les faits historiques, la nature, les us et coutumes locaux.

empty