• On continue de penser que les contes de fées sont destinés à bercer et à amuser les enfants alors qu'ils éveillent aux réalités invisibles et s'adressent à tous, petits et grands. Leur magie ne tient pas seulement aux histoires merveilleuses qu'ils racontent, mais surtout à ce qu'ils cachent : une Sagesse précieuse, qui tantôt circule sous le manteau de Peau d'Âne, tantôt scintille à travers des pantoufles de verre, ou veille silencieusement dans un château endormi...
    Ce livre dévoile la dimension spirituelle de dix-sept contes célèbres, puisés chez Perrault, les frères Grimm et Andersen : Le Petit Poucet, Blanche-Neige, La Petite Sirène...
    Un livre empli de merveilles.

  • Dans nos sociétés railleuses ou goguenardes, l'amour qu'on offre aux animaux est trop souvent moqué, ou passe pour secondaire. Quelle erreur ! Dans toutes les religions du monde, les sages et les saints témoignent de leur tendresse à l'égard de toutes les bêtes - l'ours, le lion, le chien, l'oiseau, l'abeille, le poisson, et même la fourmi, et même le moustique... Non seulement ces gens très pieux vivent en paix avec les animaux, mais ils leur parlent, les soignent et prient à leur intention, peut-être parce qu'ils perçoivent aussi en eux de formidables compagnons sur le chemin de sainteté.
    Ce livre conte ces belles et édifiantes histoires entre l'homme et l'animal, puisées dans le christianisme, le judaïsme, l'islam, l'hindouisme et le bouddhisme. Il propose ainsi une véritable réflexion sur le lien mystérieux, profondément spirituel, qui unit les êtres humains et leurs frères animaux.

  • Mise au tombeau

    Jacqueline Kelen

    • Salvator
    • 21 Janvier 2021

    Une approche littéraire, artistique et spirituelle.

  • Et si la parabole du fils prodigue n'était pas qu'un message biblique mais une leçon universelle ? Et si en plus d'être l'histoire d'un fils ingrat et pécheur, elle constituait une injonction à la liberté qui nous concerne tous ? Et si elle n'était pas seulement une leçon pour les fils mais aussi pour les pères ?
    Dans cette variation littéraire et philosophique, Jacqueline Kelen file le mythe et ajoute des personnages qui, tour à tour, prennent la parole. Il y a le père, pieux et bon, la mère, inquiète et tendre, le frère aîné, sérieux et travailleur, un vieux serviteur compatissant, et bien sûr le fils prodigue, rebelle et rêveur, qui part pour explorer le monde et éprouver sa liberté avec ce que cela implique de joies et de risques.
    Un conte d'aujourd'hui sur l'amour humain et divin, l'absence et l'attente, les épreuves et la grâce, la justice et la réconciliation.

  • Pour la plupart des contemporains, la solitude est ressentie de façon négative : on la confond avec l'isolement, le manque, l'abandon. Et la société veille à empêcher que l'être humain ne se retrouve seul, face à lui-même. Or la solitude choisie est loin d'être un enfermement, une pauvreté : c'est un état d'heureuse plénitude. Non seulement parce qu'elle offre la clef de la vie intérieure et créative, mais parce qu'elle est disponibilité et chemin d'apprentissage de l'amour. Il n'est pas de liberté de l'individu sans ce recueillement de la pensée, sans cet ermitage du coeur.
    Pourquoi tant de philosophes, d'artistes, de saints et de mystiques furent-ils de grands solitaires ? Quelle force, quelle inspiration puisèrent-ils dans une vie d'austère apparence ? Et pourquoi notre monde lutte-t-il avec tant d'ardeur contre un état propice à la connaissance de soi ? Jacqueline Kelen invite ici chacun à découvrir son immense liberté.

  • La société contemporaine ne parle que de bien-être et de bonheur. Elle entretient surtout l'illusion qu'il faut se protéger de toute atteinte et de toute blessure, se détourner de tout risque. Mais de qui, de quoi peut-on se garder? Et faut-il vraiment guérir de tout ?
    Jacqueline Kelen combat cette tyrannie du confort qui voudrait faire l'impasse sur la vocation spirituelle de l'humain : « L'obsession de guérir anesthésie la conscience et étouffe le questionnement métaphysique.» Spécialiste des grands mythes de l'Occident, Jacqueline Kelen nous rappelle ici que l'homme n'accède pas à sa plénitude dans la facilité. Ainsi, pour Achille, Ulysse et Philoctète, Lancelot et Tristan, Osiris dépecé et le Christ crucifié ou encore pour les mystiques chrétiens et soufis, la déchirure est aussi ouverture.
    Un livre inspiré à lire d'urgence pour tous ceux qui préfèrent la conquête à l'évitement.

    Jacqueline Kelen, conférencière toujours sur les routes, a publié plus d'une trentaine de livres spirituels dont Les amitiés célestes ou encore Marie-Madeleine, un amour infini (disponibles chez Albin Michel en poche). Elle est très appréciée des libraires dont elle fait la tournée depuis plus de vingt ans.

  • Le jardin des vertus

    Jacqueline Kelen

    • Salvator
    • 24 Janvier 2019

    À une époque qui parle largement de bien-être, de méditation, de développement personnel et autres recettes de bonheur, où les psychologies et les thérapies ont évacué la morale et où politiciens et citoyens invoquent des « valeurs » sans les préciser davantage, il est urgent de rappeler que la pratique des vertus est indispensable à l'édification de l'être humain.
    Avec clarté, Jacqueline Kelen revisite les quatre vertus morales léguées par la philosophie grecque, puis reprises par le christianisme, qui les nomme « vertus cardinales » : la force, la prudence, la tempérance et la justice. Le livre s'appuie sur la philosophie antique, les mythes et de grandes figures du christianisme.
    À rebours de la confusion actuelle des pseudo-spiritualités, l'auteur rappelle qu'il n'est pas de vie spirituelle authentique sans fondement moral. À nous de savoir cultiver le jardin des vertus, en toute liberté.

  • Des Pères du désert à Teilhard de Chardin et au-delà, la tradition chrétienne est parcourue par des histoires d'amitiés hors du commun, faites non pas de simple proximité ou bonne entente, mais d'un lien spirituel qui unit les âmes en les dépassant et les élève au plus haut des cieux, sur une voie plus pure, plus sublime que le simple amour.
    Héritiers en cela de la pensée grecque, les mystiques chrétiens - car c'est bien souvent de mystique qu'il s'agit - voient dans l'amitié " pas autre chose que la sagesse ". Et, chose surprenante, ce sont les amitiés entre homme et femme, plus que celles exclusivement masculines ou féminines, qui se rencontrent généralement. François et Claire d'Assise, Thérèse d'Avila et Jean de la Croix, François de Sales et Jeanne de Chantal, Fénelon et Madame Guyon, Simone Weil et Joseph-Marie Perrin... Autant de couples d'où l'éros n'est pas forcément absent, mais toujours sublimé dans une relation par delà l'espace, le temps et le genre.

    Sur commande
  • Sur l'amour, on croit que tout a été dit, cependant, il demeure insaisissable et mystérieux. Seule la parole poétique peut effleurer sa beauté, et le paradoxe rendre sa puissance d'éveil. Jacqueline Kelen propose un chemin où se rencontrent philosophie, littérature et méditation personnelle. Dans la lignée des troubadours, des dames courtoises et des soufis, elle célèbre l'amour comme un chant d'altière liberté.

    Sur commande
  • Sous ce titre à forme de fable, qui peut paraître incongru à première vue, Jacqueline Kelen n'en propose pas moins un véritable petit traité de vie spirituelle. Dans les Amitiés célestes, elle s'intéressait aux grandes amitiés spirituelles qui ont pu exister entre un homme et une femme. Mais ici, pourquoi parler du colimaçon ? Sans doute parce que la recherche de Dieu colle aussi à la terre, dans une démarche d'incarnation.
    Sans doute également parce que la spiritualité est une recherche entêtée, un retour et un enroulement sur soi à la découverte de Dieu. Et puis, la maturité spirituelle, la maîtrise intérieure demandent enfin du temps et de la lenteur, du silence. Autant de valeurs qui sont souvent au rebours de notre modernité... Un texte ciselé.

  • De sa vie on ne sait que peu de choses et pourtant Jacqueline Kelen redonne vie à cette mystique flamande du XIIIe siècle, à travers un portrait d'une grande force et d'une magnifique acuité. On connaît Hadewijch d'Anvers à travers ses poèmes, ses récits de ses visions et lettres adressées à ses compagnes, comme elles Béguines, ces femmes qui n'étaient pas mariées ni religieuses et qui vivaient en proximité les unes avec les autres, sans pour autant appartenir à une quelconque communauté. Ses écrits disent les tourments de l'âme livrée à son seul Amour, Dieu. Les doutes, les errances et les abîmes. Mais aussi les délices suaves de l'union, l'ardeur du désir et sa flamboyance. Hadewijch était une femme libre : elle n'était pas rentrée dans les ordres, elle n'écrivait pas en latin, mais avait choisi, comme Dante, son contemporain, de s'adresser à tous dans la langue populaire. Cet ouvrage n'est pas une simple biographie spirituelle, c'est également le livre d'une très belle rencontre, à plusieurs siècles de distances, entre deux femmes qui ont toutes deux choisi de dire la liberté et l'ardeur de leur désir en toutes lettres.

    Sur commande
  • Voici un bijou littéraire, un conte poétique d'une écriture élégante et raffinée, sobre et sans effets faciles, un texte d'où jaillit sans cesse le mystère d'exister. Des figures emblématiques - Elle, Lui, le Cavalier, L'homme sans âge, etc. - évoluent dans un univers onirique, d'inspiration médiévale et se livrent à des réflexions et à des échanges sur la Quête mystique, sur l'Amour, métaphore du divin, sur le dépassement de soi et sur l'abandon à un principe supérieur. On les voit progresser lentement sur un chemin avant tout spirituel.

    Sur commande
  • À L'heure des débats au sujet de « l'accueil des migrants » en France et en Europe, il est particulièrement judicieux de réfléchir à la notion d'hospitalité et à sa pratique. Loin de n'être qu'un problème social et économique que les gouvernements ont à régler, l'accueil de l'autre, de « l'étranger », interroge chacun de nous. Elle pose la question du libre don et de l'obligation, de la confiance et du discernement, de la générosité et de la justice.
    Ce livre raconte des histoires concrètes d'hospitalité d'où se dégagent des leçons d'humanité et s'esquissent des solutions aux problèmes actuels.

    Sur commande
  • Qui est cette mystérieuse Marie de Magdala, Marie-Madeleine, qui apparaît peu dans les Evangiles mais dont la tradition chrétienne a fait l'une des figures majeures parmi les proches de Jésus ? Une prostituée, une pécheresse repentie, ainsi a-t-on voulu lire officiellement les Ecritures, tandis que les Gnostiques ont célébré en elle le modèle même de l'Initiée, interprétant son périple comme celui de l'âme prisonnière, éparpillée en ce monde de reflets et d'ombres.
    Ici Marie-Madeleine parle et se souvient : de sa vie en Palestine, de son exil en Provence, et surtout de sa rencontre éblouissante avec Jésus dont elle partagea l'enseignement, la Passion et la Résurrection.

    Indisponible
  • Le bonheur est imprévisible. Il ne se plie pas aux idées reçues et ne se laisse pas enfermer. Mais chaque jour recèle des instants délicieux, d'infimes parcelles de paradis.
    Jacqueline Kelen nous offre un opuscule chaleureux où chaque rubrique, présentée par ordre alphabétique, nourrit la réflexion sur le vrai bonheur, fait d'amitié et d'attente, de gratuité et de légèreté. Elle se réfère à une bonne centaine de maîtres de tous les âges et de toutes les disciplines, comme Ulysse, Épicure, Diogène, Jésus, Montaigne, Rabelais, sans occulter son expérience personnelle, où elle rappelle discrètement ses propres instants de bonheur qu'elle qualifie de furtif, de léger, d'inépuisable.
    À la lecture, chacun sent monter en soi le désir du bonheur, à commencer par l'âme esseulée, invitée à réapprivoiser le bonheur, en le recherchant dans l'amitié, dans une présence qui réconforte, la marche, la joie des autres, l'intimité, écouter la pluie tomber, une poignée de sable, etc. Ici réside, aux yeux de l'auteur, un bonheur authentique, loin des mille et un plaisirs de pacotille. Et elle nous convainc qu'il dépend souvent de chacun de nous de faire advenir en nos vies un temps de bonheur.


    Sur commande
  • Elle est la soif et la fontaine, l'extrême nudité où mène la passion.
    Accablée d'insultes, traitée de prostituée, elle a le silence et les larmes pour réponse, quelques mots brûlés d'amour, et de parfum de beauté, d'insolence, qui demeurent jusqu'à nous. A travers les siècles, Marie Madeleine a fait rêver poètes et artistes. Ame repentie ou bien ermite, elle a fourni aux religieux et aux théologiens une figure exemplaire, tandis que pour les gnostiques elle est confidente de Jésus et emplie de sagesse.
    Autant de visages d'une femme insaisissable. Autant d'éclats d'une amoureuse subversion.

    Sur commande
  • Qui donc a décrété que la religion était une voie austère ? Qui a dit que la sagesse et la sainteté excluaient nécessairement le rire, la danse, les bons mots, l'exubérance ? A travers ses propos d'insoumise sur sa quête du divin, Jacqueline Kelen renverse gentiment les tables pour révéler l'essentiel. Dans une époque morose ou tragiquement soumise aux modes, elle présente des figures toniques, irrévérencieuses ou joyeuses permettant de s'abstraire des bonheurs et vérités obligatoires. Avec notamment Bernanos, Plotin, Catherine de Sienne ou Dietrich Bonhoeffer, cet auteur de plus de trente livres esquisse une aventure spirituelle de la liberté dans laquelle elle s'est embarquée depuis l'enfance et dont elle nous dit ici les étapes significatives. Sur la saveur des gestes simples et des émotions sans fioritures, sur la recherche du vrai indépendamment des chapelles, Jacqueline Kelen entraîne vers des contrées où le coeur est roi, où l'humilité joyeuse au fond de soi permet toutes les audaces.
    Diplômée de lettres classiques et productrice pendant vingt ans à France Culture, Jacqueline Kelen a publié plus de trente livres consacrés pour une bonne part aux grands mythes et aux figures mystiques. Auteur récemment de Une robe de la couleur du temps. Le sens spirituel des contes de fées chez Albin Michel (2014), elle a obtenu le Prix ALEF Bien-être et spiritualité en 2002 pour L'Esprit de solitude (Albin Michel).
    Propos recueillis par Anne Ducrocq.

  • Dans les pays riches d'Occident, de plus en plus d'adolescents refusent de s'alimenter et peuvent s'affamer jusqu'à en mourir. La médecine officielle les qualifie d'anorexiques et, le plus souvent, propose à ces jeunes gens, en majorité des filles, des régimes pour grossir et des entretiens psychologiques, mais sans succès véritable. La question mérite d'être posée : l'anorexie n'est-elle qu'un trouble du comportement alimentaire ? S'agit-il vraiment d'une maladie mentale, d'un désordre psychique ? Pour Jacqueline Kelen, l'anorexie est une métaphore criante de la faim de l'âme qui manifeste un désir de spiritualisation intense et une quête de transcendance. Elle est aussi le refus d'un monde sans grandeur ni idéal, et remet en question une société avide, mue par le seul profit. S'appuyant sur la philosophie antique, sur les religions et les mythes de la tradition occidentale, ce livre s'adresse aux jeunes anorexiques et à leurs proches afin de les éclairer et de les apaiser.

    Sur commande
  • À une époque où l'identité masculine parait vacillante, noyée dans l'uniformisation générale, réduite à des faits biologiques ou à des concepts psychanalytiques, Jacqueline Kelen ose s'interroger sur l'éternel masculin.
    Un éternel masculin nourri de mythes héroïques, de chevaliers et de troubadours, d'enchanteurs et d'esthètes, d'hommes sauvages, d'hommes de coeur et de courage, de séducteurs défiant Dieu, de " ravis ", de fous et de rois magnifiques. Un livre somptueusement écrit, avec force et poésie, stimulant pour tout homme conscient de son devoir d'homme et source de désir pour toutes les femmes; car elles rêvent de ces êtres mythiques ou, comme l'écrit l'auteur, de cet homme chimérique qui seul donne envie parce qu'il appelle au large et à l'imprévisible.
    Un livre de grande culture, traversé par plus de soixante-dix mythes masculins, dont Jacqueline Kelen propose une nouvelle lecture, parfois surprenante et toujours passionnée.

    Sur commande
  • Le chemin de sainteté passe par la rencontre avec le Démon. Ermites, moines et moniales, mystiques hommes et femmes, tous ont eu à subir ses tentations et ses assauts. C'est leur histoire, leur combat et, souvent, leur victoire que raconte ce livre.
    D'Antoine le Grand à Padre Pio, de François d'Assise à Thérèse d'Ávila, de Catherine de Sienne au curé d'Ars, les plus grands ont témoigné qu'il ne s'agissait ni de superstition populaire ni d'hallucination. À travers leurs épreuves, ces figures exemplaires ont aussi indiqué les remèdes et les armes pour contrer les attaques du Diable et triompher de lui.
    À une époque qui ne croit plus guère en Dieu ni au Malin, et qui rejette tout phénomène surnaturel, voici un essai érudit et passionnant, qui rappelle la réalité de Satan.

    Sur commande
  • La pensée a-t-elle encore une place dans un monde livré à une frénésie d'efficacité, de profit et de vitesse ?
    Nos contemporains sont, pour la plupart, cernés par des écrans et emportés dans un tourbillon d'activités, de bruits et d'images qui multiplient leurs angoisses. Ils se retrouvent décentrés, dépouillés de leur vie intérieure autant que d'une réflexion personnelle. Le silence et l'écriture permettent de prendre du recul, quelque hauteur afin de s'interroger et d'exercer son esprit critique. Mais surtout afin de renouer avec la culture et la philosophie en méditant sur les thèmes intemporels et universels que sont : l'amour, la nature, l'au-delà, le monde divin, l'âme, le mal, la beauté, la mort, la justice, l'espérance... C'est une façon de s'approcher de celle qui, selon une expression biblique , « est née avant les collines », c'est-à-dire la Sagesse.

    Sur commande

  • la figure de marie-madeleine ne laisse personne indifférent, mais elle demeure insaisissable.
    chacun, chrétien ou non, privilégie d'elle une image : la courtisane, la désolée, l'ermite, la sainte, l'extatique. là oú les exégètes veulent discerner trois personnes distinctes - la pécheresse de la ville, marie de magdala, marie de béthanie -, les gnostiques des premiers siècles ne retiennent que la femme éveillée et la préférée de jésus. marie-madeleine vagabonde ainsi entre histoire et légende.
    elle ne cesse, à travers les siècles, d'inspirer artistes, écrivains, bâtisseurs et religieux qui rendent hommage à la femme dévorée d'amour et de douleur à qui le christ aurait choisi de se montrer en premier au matin de pâques.

    Sur commande
  • La nuit n'est pas seulement l'autre versant du jour. Elle figure à la fois l'immensité et l'intimité. Elle déploie tout un monde fait de beauté, de silence, de douceur, mais aussi d'effroi et de maléfices. Tantôt elle procure la paix et le repos, tantôt elle suscite terreurs et délires et se fait annonciatrice de mort. La nuit veille sur l'amour, sur l'espace intérieur, sur la création artistique. Elle invite au recueillement et à la contemplation. Sans doute est-elle le manteau de l'invisible. Au royaume des nuits, on rencontre Schéhérazade, la conteuse de Bagdad, la Belle au bois dormant, Jacob, Joseph ou encore les Rois Mages visités de grands songes, on voit resurgir les amants du Cantique des Cantiques et, sous le ciel étoilé, Roméo et Juliette...

    Sur commande
empty