• À Vannes, Gabriel Flamet découvre un milieu inconnu, entend des secrets d'État inimaginables en lien avec la fameuse « Françafrique ». Jusqu'à l'ultime confidence de son surprenant client, la plus inattendue. La plus terrible aussi. Un mercenaire chevronné, qui a appartenu au « 1er choc » du fameux « colonel » Bob Denard, pousse la porte de son bureau pour lui raconter ses mémoires. Il lui parle de ses missions en Afrique, aux Comores, coups d'Etat et surtout coups fourrés. Sur ordre des dirigeants d'un pays ou d'une multinationale, il renversait un gouvernement, en protégeait un autre en éliminant les opposants trop virulents. Il assumait aussi des missions que le gouvernement français ne pouvait pas officiellement confier à l'armée.

    Sur commande
  • Au bord du paisible golfe du Morbihan, à deux pas des plages de sable fin, le taux de mortalité des retraités monte soudainement en flèche. Des personnes sans histoire, hommes ou femmes, qui n'ont jamais fait de mal à autrui, sont assassinées de sang-froid, parfois d'horrible manière, sans la moindre pitié. Et on ne leur vole aucun objet de valeur, s'ils en possèdent. Apparemment, ces gens ne se connaissaient pas, rien ne semble les relier les uns aux autres ; les enquêteurs ne détectent aucune anomalie particulière dans leur passé et ne constatent aucun point commun... hormis leur statut de retraités. Mais on ne tue quand même pas les gens pour cela ! Un esprit ou un groupe détraqué se serait-il mis en tête de redresser à sa manière les comptes de la branche retraite de la sécurité sociale ? L'écrivain et biographe familial Gabriel Flamet va percer cet invraisemblable mystère et aider les policiers à comprendre enfin qui tue ces anonymes et pourquoi.

    Indisponible
  • Le golfe du Morbihan qui constitue une petite mer intérieure tient son nom du breton « mor » qui signi?e mer et « bihan » qui signi?e petite.
    Cette partie de Bretagne est dotée d'une richesse naturelle incroyable avec des paysages préservés de l'urbanisation, une faune et une ?ore variée sans oublier les célèbres menhirs, mégalithes ou encore dolmens qui décorent les rivages.
    Guillaume Moingeon présente ici toutes les facettes du golfe dans un livre accessible qui facilite la découverte et donne envie de visiter cette petite mer intérieure et de goûter aux spécialités du golfe.

  • Un peu partout en France, mais principalement en sud Bretagne, à Vannes, à Nantes, des francs-maçons meurent de mort violente. Les enquêteurs tardent à relier entre elles ces différentes affaires, au modus operandi souvent différent. Il apparaît toutefois au fil du temps que ce ne sont pas n'importe quels francs-maçons qui étaient visés : le ou les auteurs s'intéressent tout particulièrement aux présidents d'associations locales du Grand Orient de France, dites « loges » ou « ateliers ». Les francs-maçons appellent ces présidents de leurs « loges bleues » des « vénérables maîtres ». Qui les exécute : les illuminatis, leurs ennemis jurés ? Un simple « illuminé » isolé ? Et pourquoi ? Gendarmes et policiers en charge des différentes enquêtes sur tout le territoire devront unir leurs compétences et partager leurs informations afin de percer enfin cet étrange mystère et mettre un terme à cette hécatombe.

    Sur commande
  • Vannes, cité des ducs de Bretagne et siège du parlement régional, est la préfecture du département du Morbihan. Elle est aussi le siège mondial du club des plus belles baies du monde, dont fait partie le golfe.
    Cette ville de 55 000 habitants, capitale du Sud-Bretagne, bénéficie à la fois d'un remarquable patrimoine architectural du fait de ses 2000 ans d'histoire mouvementée, d'un environnement naturel d'exception avec ses sentiers pédestres et d'une activité culturelle riche avec des concerts, des fêtes folkloriques, des rassemblements de vieux navires ...
    Guillaume Moingeon réunit dans son ouvrage toutes ces informations et bien d'autres pour faire de ce livre un guide complet et ludique de la ville de Vannes.

    Sur commande
  • La vie de Benoît Bouleise est résolument hors normes.
    Placé en famille d'accueil, élevé par une vieille bigote du pays de Vannes, il apprend sur le tard que son père et sa mère seraient vivants, contrairement à ce qu'il croyait. Sauf que, finalement, la réalité n'est pas toujours aussi simple qu'on pourrait le croire. Elle s'apparente parfois à une poupée russe, quand chaque vérité ne fait qu'en précéder une autre, incompatible. Rien d'étonnant à ce que, ainsi privé de ses racines et de l'amour d'une mère, Benoît mène une existence de débauche, désireux de s'étourdir, courant après l'action et les embêtements qui l'attirent comme un aimant.
    Il se trouve ainsi projeté en plein projet de coup d'état parmi des barbouzes qui ont l'humour aussi facile que la gâchette. Pourtant, paradoxalement, c'est au moment où il s'est sagement "rangé" à Baden, quelques années plus tard, qu'il va vivre la plus incroyable de ses aventures. Constatant que ses amis meurent "accidentellement" à la chaîne, Benoît voit rouge. Rouge sang. Et qui sont donc ces deux gorilles au fort accent américain venus titiller une des veuves pour tenter de retrouver un mystérieux objet égaré ? Il est grand temps de démêler cet écheveau international qui puise apparemment ses racines dans le paisible golfe du Morbihan.

  • Si les grandes affaires criminelles qui défraient la chronique font souvent l'objet d'un livre, les affaires moins médiatisées tombent dans l'oubli alors qu'elles s'averent riches en enseignements sur leur époque, la société et ses valeurs.

  • Sur commande
  • Jean Le Morillon est né dans le petit port breton du Bore, le 5 février 1920. Un pays de marins, ce qui l'a incité à se former à l'usage de la radio afin d'embarquer sur un bateau de pêche ou de commerce. Mais...la guerre en a décidé autrement ! En 1940, les Allemands arrivent à Lorient, à quelques dizaines de kilomètres du Bene. Beaucoup de militaires français, professionnels ou appelés, embarquent sur tout ce qui flotte pour rallier la Grande-Bretagne.
    Jean Le Morillon part avec eux. II se trouve que les officiers français exilés à Londres cherchaient des radios pour communiquer avec la résistance. Rompu à cette technique, le Breton est d'autant plus retenu leur attention qu'il est grand et costaud. Un officier lui demande "Seriez-vous d'accord pour intégrer une écolo de parachutistes, puis éventuellement faire partie du bureau du renseignement ? Pourquoi pas ?" répond notre homme.
    Et le voici officier du renseignement, c'est-à-dire a espion militaire, parachuté en France pour diverses missions, puis en Indochine où il doit notamment identifier un terrain d'aviation japonais dont on ignore la localisation. Fait prisonnier, condamné à mort, il s'évade en tuant ses gardes. Repris dans des conditions rocambolesques, il ne doit la vie qu'à un incroyable concours de circonstances.
    Ce sont ces aventures trépidantes, dont chaque détail est rigoureusement authentique, qu'il a confiées à l'écrivain morbihannais Guillaume Moingeon lequel nous livre ici ce récit palpitant. Un témoignage d'autant plus précieux que depuis, Jean Le Morillon est décédé accidentellement.

  • 13 énigmes historiques en Bretagne. Les auteurs ont du faire un choix cornélien tant la Bretagne historique possède des zones d'ombres secrètes. Longtemps détachée du royaume de France, vacillant entre Terre et Mer, la Bretagne ne se donne pas, elle se découvre. Son histoire, riche de plusieurs millénaires réserve aux passionnés d'Histoire bien des surprises. Parmi les thèmes abordés, les auteurs se sont notamment penchés sur la vie de Marion du Faouët, sur les alignements de Carnac, sur la tuerie collective de l'île Téviec au mésolithique ou encore bien évidemment sur l'Ankou.

  • Artisans bretons

    Moingeon Guillaume

    Parce que leurs métiers ont disparu ou énormément évolué, le témoignage de ces onze artisans, le récit de leur vie professionnelle, appartiennent à notre histoire à tous ; Bretons ou pas, car dans toutes les régions on retrouvait ces corps de métiers avec sensiblement les mêmes outils, les mêmes gestes.
    On se délecte en découvrant le quotidien d'Eugène et Albert, forgerons ; de Raymond, sabotier à une époque où toute la Bretagne ne se chaussait que de sabots de bois ; de Marcel, le petit peintre qui mélangeait des pigments naturels à du blanc de zinc pour fabriquer ses propres couleurs et devint président de la Chambre départementale de Métiers du Morbihan, de la chambre régionale, puis représentant des artisans dans les plus hautes instances nationales.
    On rencontre aussi dans ces pages Yves, le tailleur-coupeur aux doigts d'or ; Auguste, menuisier-ébéniste qui, parti de rien, vécut une belle réussite en fabriquant des meubles bretons, d'abord à la main, plus tard dans son usine ; Robert, tailleur de pierres et carrier, dont les ancêtres tailleurs de pierres ont travaillé pour beaucoup de monuments et clochers des Côtes d'Armor et du Finistère, ainsi que sur de nombreux ouvrages du canal de Nantes à Brest ou des chemins de fer morbihannais et costarmoricain.
    Et puis Jean, le charron ; Robert, le maréchal-ferrant ; Hubert le meunier ou encore Célestine, boulangère-pâtissière à Saint-Nolff, qui arpentait les campagnes du Morbihan dans sa Citroën « 11 U » pour apporter le pain dans les fermes isolées en le troquant contre de la farine.
    Onze récits simples, sobres et captivants. Le témoignage d'artisans amoureux du travail bien fait et du métier pratiqué comme un art, avec passion, au service des clients.
    Né en 1961 d'un père Bourguignon et d'une mère Bretonne, Guillaume Moingeon est l'inventeur du métier de « Nègre pour inconnus » qui consiste à écrire la biographie de tous ceux qui le souhaitent. C'est dans ce contexte qu'il a recueilli, entre 1997 et 2002, les témoignages réunis dans cet ouvrage. À ce jour il a rédigé une centaine de livres : biographies familiales, romans d'aventure, recueils de nouvelles, de poésie, guides gastronomiques et touristiques, histoire d'une entreprise.

  • L'île aux Moines, au coeur du golfe du Morbihan, tient son nom du fait qu'elle fut offerte aux moines de Redon par le roi breton Érispoé, en 854. Elle s'appelait alors : "Crialeis". Mais les moines ne purent l'occuper puisque les Normands arrivaient justement sur les côtes bretonnes. Longtemps rattachée à la paroisse d'Arradon, l'île est devenue commune en 1790.
    Toutes les marchandises de l'île aux Moines proviennent du continent, où les habitants doivent aussi se rendre de temps à autre, certains même quotidiennement. Le passage entre l'île et le continent a longtemps été assuré de manière secondaire, à la demande, par des pêcheurs ou des ostréiculteurs, avant de devenir une liaison régulière, à la voile et à la rame, au début du XXe siècle. Le passage s'effectuait alors depuis la pointe d'Arradon jusqu'à la pointe du Trechh (1). Le vapeur de Vannes s'arrêtait aussi sur l'île.
    C'est en 1920 que François Le Mandart, dit "le muet", a institué le passage régulier depuis Port-Blanc, sur la commune de Baden, à bord de sa "Marie Ange". Depuis, de nombreux passeurs se sont relayés pour assurer ce service vital, et beaucoup d'eau a coulé sous leurs quilles !
    C'est cette histoire que retrace l'auteur à travers les témoignages des passeurs retraités ou en activité, d'une poignée d'anciens du pays témoins de cette épopée, et d'usagers qui ont vécu à bord des moments particuliers.
    Un récit de marins, tantôt cruel, avec ses noyades ; tantôt désopilant, comme avec ces vaches nageuses en goguette ou le naufrage de ce "triporteur !
    Une histoire vraie, trépidante et passionnante.
    (1) Trech signifie justement "le passage" en Breton

  • « J'ai revisité le système solaire héliocentrique du XVe siècle, que j'ai imaginé en héliolinéaire ; ça n'enlèvera rien à l'original copernicien, mais l'observation change. » Pourquoi ces mouvements incessants de la mer, tantôt haute, tantôt basse ? Pourquoi la migration des oiseaux et autres animaux ?
    C'est pour expliquer ces phénomènes que Claude Fourny réalise ses premières maquettes mécaniques.

empty