Mon âme en exil Mon âme en exil
Mon âme en exil Mon âme en exil
 / 

Mon âme en exil

Traduction ANAHIDE DREZIAN  - Langue d'origine : ARMENIEN

À propos

Zabel Essayan, s'exprime dans ce texte devenu mythique, à travers un personnage de peintre, pour évoquer les questionnements de l'artiste déchiré entre sa passion pour la création et sa position dans une société anéantie. L'écriture de ce récit poétique a commencé à Bakou en 1917, où son engagement pour la cause des orphelins l'avait mené, et de là, à Téhéran, Bagdad, Paris, Beyrouth... En perpétuel déchirement d'un pays à l'autre, en situation d'urgence, l'écrivain, une des rares femmes victimes de la rafl e du 24 avril 1915, réfugiée en Bulgarie par miracle, est toujours rattrapée par le destin des siens. Elle évoque avec délicatesse, dans ce texte autobiographique paru à Vienne en 1922, « un paradis perdu », une société disparue, le charme envoûtant des paysages stambouliotes, les problèmes existentiels de l'artiste.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782863642665

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    80 Pages

  • Longueur

    23 cm

  • Largeur

    16.5 cm

Infos supplémentaires : Broché  

Zabel Essayan

Zabel Essayan est née à Scutari (quartier de Constantinople) en 1878. Romancière de grande renommée en son temps (Les Jardins de Silihdar, publié chez Albin Michel en 1994, prouve que sa gloire n'était pas usurpée), elle s'installe à Paris à l'âge de dix-sept ans, suit des cours de philosophie et de littérature à la Sorbonne. Elle épouse en 1900 le peintre Tigran Essayan. Elle publie articles et poèmes dans la revue du Mercure de France. Elle revient en 1902 en Turquie et fait aussitôt partie de la Fédération révolutionnaire arménienne. Elle écrit Dans les ruines, son livre le plus important, en 1909 et le publie en 1911. En 1915, elle fuit la Turquie qui voit le génocide dont sont victimes les Arméniens. Après des années d'errance, elle s'installe en Arménie en 1933. Victime des purges staliniennes, elle disparaît certainement en 1943, entre la Transcaucasie et la Sibérie, sur la route de sa déportation.

empty