La résurrection de Mozart La résurrection de Mozart
La résurrection de Mozart
La résurrection de Mozart
 / 

La résurrection de Mozart

À propos

Juin 1940. Paris est une ville sacrifiée. Au milieu de l'atmosphère de débâcle qui règne sur le village de Maria Léonidovna et Vassili Souchkov, on s'interroge: que penseraient les glorieuses figures de l'histoire d'Europe face à ce marasme? D'aucuns voudraient ressusciter Napoléon, Bismarck, la reine Victoria ou Jules César. Maria, elle, voudrait faire revivre Mozart... Un jour, un étrange voyageur vient trouver refuge chez eux. Ce jeune homme mystérieux, aux airs de soldat ou d'espion, se prétend musicien, ainsi qu'en témoignent ses mains étonnamment fines, fragiles, et couvertes de poussière...



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782290012369

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    64 Pages

  • Longueur

    17.8 cm

  • Largeur

    11 cm

  • Épaisseur

    0.6 cm

  • Poids

    65 g

  • Distributeur

    Union Distribution

  • Support principal

    Grand format

Nina Berberova

Née à Saint-Pétersbourg en 1901, exilée en France en 1925 puis émigrée aux Etats-Unis en 1950, Nina Berberova est morte à Philadelphie en septembre 1993.

Dès son enfance elle écrivait des poèmes. Elle a eu deux origines, l’une nordique et russe, l’autre méridionale et arméniène. En été 1922, elle s’exile en France et passera quelques temps à Thorenc.

C’est dans la capitale que ses journées furent rythmées par ses visites au club des écrivains, réunissant Blum, Block, Gorki, Khodassevitch, et d’autres auteurs célèbres. Elle eut une liaison avec Khodassevitch jusqu’en 1932. A l’enterrement de celui-ci, en 1939, Nina Berberova se lia d’amitié avec Olga, la femme de khodassevitch mais malheureusement, celle-ci et Vera, sa sœur, furent arrêtées peu de temps après par les SS. Olga, désormais veuve, fut déportée avec Vera à Auschwitz, bien que son mari ait été un aryen, les Allemands craignaient qu’elle ne se remaria avec un Juif . Son œuvre romanesque reste totalement inconnue. Elle passe alors aux Etats-Unis en 1950, prend la nationalité américaine et continue d’écrire sans aucun succès. C’est en 1985 que la traduction de l’Accompagnatrice la fait enfin découvrir en France. Quand elle disparaît à Philadelphie en 1993, elle est consacrée sur le tard écrivain d’importance.


empty