Sophocle ; la condition de la parole Sophocle ; la condition de la parole
Sophocle ; la condition de la parole Sophocle ; la condition de la parole
 / 

Sophocle ; la condition de la parole

À propos

La parole selon Sophocle vient d'une violence originelle qui nourrit sa dualité : elle est parole de la vie, expression immédiate du vouloir-vivre, et discours du monde, représentation construisant l'ordre social. Ainsi s'ouvre en tout échange la possibilité d'un conflit entre ces exigences opposées, qu'il revient aux rites sociaux de juguler, mais qu'un héros de tragédie peut provoquer. Ce conflit apparaît dans les sept tragédies conservées de Sophocle (Ajax, Les Trachiniennes, Antigone, oedipe roi, Électre, Philoctète, Oedipe à Colone). En lui se dressent les deux versants de la parole : cris, plaintes, pleurs, gestes du corps souffrant, d'un côté ; préjugés, jugements, doctrines, plaidoyers, de l'autre. Une division si forte peut déconsidérer, voire renverser l'ordre social, dénoncé comme fictif ou même illusoire. La crise des croyances reçues et des valeurs partagées, la ruine des représentations communément admises constituent la pire catastrophe qui puisse avoir lieu parmi les hommes. Ce désastre, le présent essai lui donne un nom prestigieux : « le tragique », rétablissant sur de nouvelles bases ce grand concept éducateur.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Lettres et langues > Langues anciennes > Grec

  • EAN

    9782220096179

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    312 Pages

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    366 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Jérôme Thélot

Jérôme Thélot est professeur à l'université de Lyon 3, où il dirige le Centre d'Étude des Dynamiques et des Frontières Littéraires. Il a notamment publié dans la collection « Encre marine » un essai philosophique (Au commencement était la faim, 2005) et un ouvrage sur la photographie (Critique de la raison photographique, 2009). Après Poétique d'Yves Bonnefoy (Droz, 1983), Baudelaire. Violence et poésie (Gallimard, 1993), La Poésie précaire (PUF, 1997), et L'Immémorial (Les Belles Lettres, « Encre marine », 2011), ce livre cherche à fonder la poétique comme philosophie première.

empty