Chino aime le sport
 / 

Chino aime le sport

Résumé

Ce livre est le troisième volet d'un cycle amorcé par le roman Les Enfances Chino (POL, 2013) et continué par le roman en vers Les Amours Chino (POL, 2016). Dans le premier volume, le tout jeune Chino grimpait la côte de ses « enfances ». Parvenu au sommet de cette pente, il dévalait l'autre versant, d'adolescence à vieillesse, au fil de ses passions amoureuses et érotiques : c'était le sujet du second volume. Dans Chino aime le sport, il nous promène dans une galerie de tableaux : les portraits de ceux qui furent ses idoles « sportives ». Il s'agit d'une suite de poèmes dédiés à une trentaine de champions du demi siècle 1945/2015. Cyclistes et footballeurs, surtout. Mais aussi athlètes et boxeurs. Un rugbyman, un navigateur, un nageur. Même un cheval. Figures idolâtrées par l'enfant Chino dans les années 1950 (Lev Yachine, Charly Gaul), admirées dans les années 60 par l'adolescent (Gastone Nencini, Tom Simpson), relayées par des exemples plus récents - jusqu'à quelques stars d'aujourd'hui comme le cycliste Christopher Froome ou les footballeurs Djibrill Cissé et Yoann Gourcuff. Une première partie (poèmes dits « courts ») fixe en vignettes, ou brefs blasons, quelques images synthétiques (Marcel Cerdan, Garrincha...). Des poèmes plus longs (dits « moyens », puis « longs ») proposent des développements plus narratifs (la geste de Gino Bartali, celle de Charly Gaul...). Une « très longue » séquence finale propose une balade, de la Course de la Paix au Tour de France, dans une Europe centrale sur la carte de laquelle des noms de champions (Zatopek, Stablinski, Gustav Schur, Géminiani...) se mêlent à d'autres non moins capables d'inciter à la médi- tation : Cracovie, Berlin, Prague, Walesa, Wojtyla, etc. Tout est en vers (comptés, rimés). C'est que les figures de champions sont immergées dans une profusion de récits et abondamment légendées (par l'exaltation sur-jouée des reportages et l'identification passionnée des fans). Elles touchent toujours, du coup, au légendaire. Le mode lit- téraire du légendé/légendaire est le chant épique. On en joue ici une version profanée, vulgarisée, atterrée, un peu éclatée. Voire (forcément) parodiée, mirlitonée. Mais c'est une épopée quand même, avec l'attirail prosodique ad hoc - même si, on l'espère, quelque peu « modernisé ». Passer d'une grande figure de sportif à une autre, dans le temps qui va de la fin de la se- conde guerre mondiale jusqu'aux nouvelles donnes socio-politiques des années 2000, c'est aussi retracer le cours violent, raturé de questions et saturé d'émotions, des conflits du temps : Ferenc Puskas, c'est la Hongrie révoltée de 1956, Rachid Mekhloufi les drames de la guerre d'Algérie, Javier Sotomayor le défi du Cuba de Fidel Castro aux USA, Tommie Smith et John Carlos l'action des « Black Panthers » vers 1968, Mark Spitz « Septembre noir » et l'attentat de Münich en 1972, Marlies Göhr la découverte du dopage d'état après la chute du mur de Berlin en 1989. Et, plus près de nous, chaque nom (Lance Armstrong, Christopher Froome, etc) fait durcir un nerf de perplexités et de colères face à ce qui des questions comme on dit « de société » hante le monde du sport (la publicité, l'argent, le dopage). Autant dire que par voie un peu contreban- dière, aligner ces blasons de grands sportifs, c'est aussi mine de rien dessiner et peut-être donner à penser quelque chose du tableau de la grande Histoire.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN

    9782818043110

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    176 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    16 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    358 g

  • Distributeur

    Sodis

Rayons : Littérature générale > Poésie

Christian Prigent

Né en 1945 en Bretagne, Christian Prigent est à la fois écrivain, éditeur de revues et a été enseignant en littératures française et latine. Il a fondé en 1969 et dirigé jusqu'en 1993 la revue d'avant-garde TXT. Il a publié de très nombreux ouvrages, pour l'essentiel chez POL, pour une petite part chez Christian Bourgeois, Cadex, etc. On peut retenir le livre de prose Grand-mère Quéquette, 2003, qui s'inscrit dans une entreprise biographique inaugurée en 1989 avec Commencement, poursuivie avec Une Phrase pour ma mère, 1996, et complétée par un nouvel opus, paru en janvier 2007, Demain, je meurs.

empty