La recherche du temps perdu t.3 ; a l'ombre des jeunes filles en fleurs
 / 

La recherche du temps perdu t.3 ; a l'ombre des jeunes filles en fleurs

À propos

Dernière partie du deuxième tome de La Recherche, où le marquis de Saint-Loup, présenté par madame de Villeparisis, devient le meilleur ami du narrateur. Avec lui, il s'initie aux rites secrets d'un petit groupe de jeunes filles de Balbec, dont les délicats profils, qui se détachent sur la grève, l'ont tant de fois fait rêver, et pour qui il est prêt, immédiatement, à tout sacrifier. " ... Proust est un écrivain de mémoires, comme Saint-Simon ou madame de Staël, un écrivain comme Balzac ou Tolstoï, un historien comme Michelet, un moraliste comme La Bruyère " écrit Denys Amiel à propos de ce livre. Et il ajoute : " Et il est par-dessus le marché, lui même. Son oeuvre est une sorte d'encyclopédie par le cinéma ; il y apporte cette complaisance abondante d'un observateur épris follement de toutes les manifestations de la vie où rien n'est indifférent. " (Denys Amiel, 5 août 1919, déclaration faite à la suite du Prix Goncourt obtenu par le livre.)

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Œuvres classiques > Période moderne (< 1799)

  • EAN

    9782744405532

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Longueur

    22 cm

  • Largeur

    15 cm

  • Épaisseur

    2 cm

  • Poids

    450 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Grands caractères   Broché  

Marcel Proust

1871-1922 - Fils d'un médecin réputé, Marcel Proust naît à Paris dans une famille fortunée qui lui assure une vie facile et lui permet de fréquenter les salons mondains. ÿAprès des études au lycée Condorcet, il devance l'appel sous les drapeaux. Rendu à la vie civile, il suit à l'Ecole des Sciences politiques les cours d'Albert Sorel et de Leroy-Beaulieu ; à la Sorbonne ceux de Begson dont l'influence sur son oeuvre sera majeure.ÿVers 1900, il part à Venise et se consacre à des questions d'esthétique. Il publie une traduction du critique d'art anglais Ruskin (1904) dont les conceptions le marqueront. Après la mort de ses parents, sa santé se détériore. Il vit en reclus et s'épuise au travail. En 1919, il reçoit le prix Goncourt pour "A l'ombre des jeunes filles en fleurs". Trois ans plus tard, une bronchite l'emporte.

empty