Les monnayeurs du langage
 / 

Les monnayeurs du langage

À propos

Est-ce un hasard si la crise du réalisme romanesque et pictural en Europe coïncide avec la fin de la monnaie or ? N'y a-t-il pas là un effondrement des garanties et des référentiels, une rupture entre le signe et la chose qui défait la représentation et inaugure un âge de la dérive des signifiants ?
Dans une première partie, l'auteur montre comment Les Faux Monnayeurs d'André Gide est, à ce titre, une oeuvre exemplaire : le langage et la monnaie, dans leur statut étroitement homologique, sont atteints ; mais aussi la valeur de la paternité et toutes les autres valeurs qui règlent les échanges, trahissant une crise fondamentale qui est aussi celle du genre romanesque. Dans la deuxième partie, nous découvrons comment, grâce à cette rupture historique entre « le langage or » d'un Zola ou d'un Hugo et « le langage jeton » de Mallarmé, Valéry, Saussure et quelques autres, il devient possible de rendre compte des traits majeurs de notre façon de symboliser.

Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782718602547

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    232 Pages

  • Longueur

    21.5 cm

  • Largeur

    13.5 cm

  • Épaisseur

    1.4 cm

  • Poids

    303 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Jean-Joseph Goux

Jean-Joseph Goux, philosophe et Professeur à l'Université de Rice (Houston, USA),
développe une pratique pluridisciplinaire : entre philosophie, économie, psychanalyse et esthétique, son travail trace le champ d'une « économie symbolique ». Il est notamment l'auteur de Économie et symbolique (1972), Les Iconoclastes (1978) au Seuil, Les Monnayeurs du langage (Galilée, 1984), Frivolité de la valeur, essai sur l'imaginaire du capitalisme (Blusson, 2000), Accrochages, conflits du visuel (2007) et Renversements (2009) aux éditions Des femmes-Antoinette Fouque, L'Art et l'argent (2011) et Le trésor perdu de la finance folle (2013) aux éditions Blusson.

empty