Les livres ont un visage
Les livres ont un visage
 / 

Les livres ont un visage

À propos

Le premier écrivain que, derrière une porte vitrée, il a vu au travail, c'était son père, dont il a raconté la fin précoce et tragique dans La chute de cheval. Depuis, Jérôme Garcin n'en finit pas de s'introduire chez les auteurs qu'il aime et qui lui ouvrent leur maison comme on ouvre un livre, pour quelques confidences et beaucoup de souvenirs.
De Vézelay à Saumur, de Thiercelieux à Trouville, du Paris rive droite de François Nourissier au Paris rive gauche de Jean-Jacques Sempé, de la terrasse angevine de Julien Gracq à la lande bretonne de Jean-Marie Gustave Le Clézio, et du jardin londonien de Julian Barnes, où il attend de mystérieuses oies, à un rez-de-chaussée de Francfort-sur-le-Main, où il guette des écureuils en compagnie de Gabrielle Wittkop, Jérôme Garcin poursuit, quinze ans après Littérature vagabonde, son voyage littéraire par mots et par vaux. En avion, en voiture, à pied, et parfois même à cheval.

Rayons : Littérature générale > Littérature argumentative > Essai littéraire

  • EAN

    9782715228429

  • Disponibilité

    Manque sans date

  • Nombre de pages

    233 Pages

  • Longueur

    20.5 cm

  • Largeur

    14 cm

  • Épaisseur

    1.9 cm

  • Poids

    295 g

  • Lectorat

    Tout public

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Jérôme Garcin

Jérôme Garcin dirige les pages culturelles du Nouvel Observateur et anime Le masque et la plume sur France Inter. Il est notamment l'auteur, chez Gallimard, de Pour Jean Prévost, prix Médicis essai (Hors Série littérature, 1994, Folio n° 3257), La chute de cheval, prix Roger Nimier (collection blanche, 1998, Folio n° 3335), C'était tous les jours tempête (collection blanche, 2001, Folio n° 3737), Perspectives cavalières (Folio n° 3822) Bartabas, roman (collection blanche, 2004, Folio n° 4371) et Cavalier seul (collection blanche, 2006).

empty