L'élimination L'élimination
L'élimination
L'élimination
 / 

À propos

« À treize ans, je perds toute ma famille en quelques semaines. Mon grand frère, parti seul à pied vers notre maison de Phnom Penh. Mon beau-frère médecin, exécuté au bord de la route. Mon père, qui décide de ne plus s'alimenter. Ma mère, qui s'allonge à l'hôpital de Mong, dans le lit où vient de mourir une de ses filles. Mes nièces et neveux. Tous emportés par la cruauté et la folie khmères rouges. J'étais sans famille. J'étais sans nom. J'étais sans visage. Ainsi je suis resté vivant, car je n'étais plus rien. » Trente ans après, l'enfant, devenu cinéaste, décide de questionner un des responsables de ce génocide : Duch, qui n'est ni un homme banal ni un démon, mais un organisateur éduqué, un bourreau qui parle, oublie, ment, explique, travaille à sa légende.
L'Élimination est le récit de cette confrontation hors du commun. Il a été traduit dans de nombreux pays.
Prix Joseph Kessel, Prix Aujourd'hui, Prix essai France Télévisions, Grand prix des lectrices de ELLE, Grand prix SGDL de l'essai.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire du monde

  • EAN

    9782253168515

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    264 Pages

  • Longueur

    17.7 cm

  • Largeur

    11.1 cm

  • Épaisseur

    1.1 cm

  • Poids

    140 g

  • Distributeur

    Hachette

  • Support principal

    Poche

Christophe Bataille

Déçu par son école de commerce, il commence à écrire par ennui à 17 ans et se distingue comme le plus jeune écrivain au Goncourt des lycéens. Editeur chez Grasset depuis 1995, il est l'auteur de plusieurs romans : 'Annam' (1993), qui lui vaut le Prix du Premier Roman et le Prix des Deux Magots, 'Absinthe', qui reçoit le Prix de la Vocation, 'Le Maître des heures' (1997), 'Vive l'enfer' (1999). 'Quartier général du bruit', son dernier roman paru en 2006, raconte, dans l'éclatement chronologique et l'explosion des mots, l'histoire de Bernard Grasset, rival de Gaston Gallimard dans les années 1930. Ses fictions sont d'une écriture ciselée mais sans artifices. Christophe Bataille imprime à la langue sa touche très personnelle et construit des réalités originales, écrites avec une passion qui se transmet à la lecture.

empty