Cible nocturne
 / 

Cible nocturne

Traduction FRANCOIS-MICHEL DURAZZO  ''

Résumé

Cible nocturne relate l'histoire d'un homme et d'un crime. Tony Duran, portoricain, ancien croupier d'Atlantic City, débarque dans un village de la pampa argentine au début des années 1970. Ses vêtements élégants, ses cheveux gominés et son accent chantant attirent immédiatement l'attention de riches éleveurs et autres gauchos. Les commérages vont bon train : est-il vraiment venu pour faire des affaires comme il le prétend, ou est-il venu rejoindre les soeurs Belladona, Ada et Sofia, jumelles rousses flamboyantes, qu'il aurait connues lors de leur voyage aux États-Unis ? La rumeur enfle lorsque Tony est retrouvé mort dans sa chambre d'hôtel. Très vite, Yoshio, seul nikkei (argentin d'origine japonaise) du village, est accusé. Amoureux de Tony, qu'il suivait comme son ombre, il l'aurait tué dans un élan de passion. Le procureur de la ville, Cueto, avocat aux dents longues et ancien homme de confiance de la famille Belladona, les notables fondateurs de la ville, veut classer l'affaire au plus vite et fait enfermer le pauvre Yoshio qui clame son innocence. Mais le commissaire Croce, vieux renard que Cueto n'arrive pas à mettre à la retraite, ne croit pas à l'hypothèse du crime passionnel et commence son enquête. Cible nocturne présente tous les ingrédients des meilleurs romans de Ricardo Piglia. Tout d'abord, une intrigue policière bien ficelée et qui tient le lecteur en haleine. Ensuite, une écriture dense, parsemée des réflexions politiques sur une Argentine gagnée par la violence des groupes révolutionnaires et qui vit alors dans l'attente hystérique du retour de Perón, messie pour certains, antéchrist pour d'autres. Ajoutons les fresques historiques et culturelles qui révèlent les tensions essentielles de l'histoire et de l'identité argentines : l'affrontement entre la ville et la campagne, l'amour et la haine de la pampa comme un espace qui garde les traces des conquêtes passées contre les indiens, puis les rêves utopiques et leur lot de frustrations, l'héritage de l'immigration européenne, le racisme et la restructuration des hiérarchies sociales traditionnelles. Enfin, signalons, comme toujours chez Piglia, la présence d'une relecture passionnante et passionnée de la tradition littéraire argentine, en particulier avec Borges et le roman policier, mais également des fantômes du passé glorieux des grands fondateurs de la modernité artistiques et leur attirance envers la folie, le complot, la société secrète, l'utopie messianique du Sud. Cible nocturne est en ce sens un roman policier d'un genre nouveau : celui que Ricardo Piglia a su créer avec ses livres, c'est-à-dire un type de roman dans lequel l'intrigue policière, bien que centrale, devient l'instrument d'une écriture incisive et brillante dont le but est de fixer -noir sur blanc - une radiographie critique de la société argentine contemporaine.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782070132232
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 302 Pages
  • Longueur 21 cm
  • Largeur 14 cm
  • Épaisseur 2 cm
  • Poids 325 g
  • Distributeur Sodis

Série : Non précisée

Rayon(s) : Littérature générale > Romans & Nouvelles

Ricardo Piglia

Ricardo Piglia est né en 1940 dans la province de Buenos Aires. D'abord auteur de nouvelles avec l'Invasion (1967), il est dès son premier roman, Respiration artificielle, reconnu comme une figure majeure de la littérature argentine contemporaine. Couronnée par de nombreux prix, son ½uvre est déjà largement traduite. La Ville absente est paru pour la première fois en français aux éditions Zulma en septembre 2009.ÿÿRicardo Piglia reçoit le prix Casa de Américas dès la publication de son premier recueil de nouvelles La invasión (1967), qui sera repris et complété en 2006. Suivent d'autres nouvelles avec Faux nom (1975), mais c'est avec son roman Respiration artificielle (1980, André Dimanche, 2000) qu'il devient une figure majeure de la nouvelle littérature argentine. Il travaille à la même époque à la Ville absente qui ne verra le jour qu'en 1992 et à partir duquel il élabore un livret d'opéra mis en musique par Gerardo Gandini. Il revient à la nouvelle avec Prison perpétuelle (1988) et Contes moraux (1995) avant de publier un nouveau roman, Argent brûlé (1997, récompensé par le Prix Planeta, André Dimanche 2001), porté au cinéma en 2001, sous le titre Vies brûlées, par Marcelo Piñeyro et à paraître chez Zulma, dans une nouvelle traduction. ÿIl a aussi publié Critique et fiction (1986), livre d'entretiens, Une rencontre à Saint-Nazaire (Meet, 1989), plusieurs essais, l'Argentine en morceaux (1993), Formes brèves (prix Bartolomé March de la critique), un Dictionnaire du roman de Macedonio Fernández (2000) et le Dernier lecteur (2005, Bourgois, 2008), où il mêle l'essai et l'autobiographie littéraire. L'ensemble de son ½uvre a été récompensé par le Prix Iberoamericano de las letras « José Donoso » en 2006 et par le Prix Roger Caillois en 2008.

empty