Vrin


  • les leçons sur l'histoire de la philosophie de hegel, qui coïncident avec l'ultime moment du parcours encyclopédique, présentent l'esprit accédant enfin à la connaissance adéquate de soi-même.
    dans l'histoire de la philosophie, qui constitue le procès de déchiffrement par l'esprit de son identité propre, celui-ci se libère radicalement, au sens oú il se retrouve soi-même au sein de toute altérité, et se concrétise absolument, au sens oú il prend en charge l'ensemble de ce qui est. parce que la philosophie est vivante, elle ne se réduit pas à un système donné mais consiste dans le processus génétique et critique par lequel elle progresse temporellement vers la théorie qui lui permet, précisément, de se comprendre comme histoire.
    hegel n'a pas publié lui-même son histoire de la philosophie: après sa mort en 1831, un de ses disciples a compilé divers fragments de la main du philosophe ainsi que des notes provenant de ses auditeurs de l'université de berlin. ce premier travail d'édition, trop approximatif, a été récemment remplacé par la monumentale édition de pierre garniron et walter jaeschke, dont la première partie fait l'objet de la présente traduction.
    comprenant l'introduction du cours sur l'histoire de la philosophie, sa bibliographie commentée et l'examen des philosophies chinoise et indienne, elle présente, outre la reconstitution du cours de 1825/26, deux textes autographes. l'introduction des leçons sur l'histoire de la philosophie discute un certain nombre de problèmes clés: la pluralité des doctrines doit-elle conduire au scepticisme? la philosophie peut-elle s'accommoder du discours ésotérique ? quel rapport entretient-elle avec la religion et avec les autres figures de l'esprit? quelle part le génie propre du philosophe a-t-il dans la production d'une oeuvre ? réflexion globale sur l'idée de philosophie, ce texte constitue l'une des meilleures voies d'accès au hégélianisme.


    Sur commande
  • Leibniz construit, teste et vérifie sans cesse la pertinence et la cohérence de sa philosophie en la rapportant aux conclusions des autres disciplines.
    Cette méthode heuristique nourrit son dialogue avec les sciences mathématiques et physiques; moins connus, les enjeux révélés par la réforme moderne de la médecine et la chimie suscitent une interrogation sur la vie et la qualité. Ces sciences expérimentales s'avèrent en effet cruciales pour une philosophie de la nature qui cherche à concilier le mécanisme et le finalisme à travers les concepts d'entéléchie et de monade.
    Elles obligent en outre à préciser la logique de l'expérience, la fonction de la raison, le statut des principes explicatifs (loi, cause, éléments, analogie). Enfin, elles exigent un fondement qui permette de rapporter les phénomènes organiques à leur véritable origine: la vie. Ce programme se réalise de façon systématique dans la controverse qu'entretiennent Leibniz et Stahl au sujet d'une philosophie de la nature capable de prendre acte des découvertes modernes de la médecine et de la chimie, tout en fondant ces connaissances sur une théorie générale de la substance et de la vie.

    Sur commande
empty