Littérature traduite

  • La musique peut nous émouvoir jusqu'au tréfonds de notre être, nous arracher à la dépression, nous inciter à danser, ou nous rendre triste et nostalgique. Quand on est un neurologue aussi compétent qu'Oliver Sacks, et ouvert, comme lui, à bien d'autres disciplines, comment peut-on comprendre et décrire ce pouvoir ? Plus d'aires cérébrales sont affectées au traitement de la musique qu'à celui du langage : l'homme est donc véritablement une espèce musicale.Bien des exemples le montrent, évoqués par Sacks avec la force et le talent qu'on lui connaît (voir L'Homme qui prenait sa femme pour un chapeau), depuis ce chirurgien frappé par un éclair qui devient soudain pianiste à l'âge de quarante-deux ans jusqu'au frère manchot de Wittgenstein, en passant par les familiers de la synesthésie ou les arriérés mentaux mélomanes.La musique est souvent médicalement bienfaisante : elle anime les parkinsoniens incapables de se mouvoir, améliore l'élocution des victimes d'accidents vasculaires, apaise les patients atteints de la maladie d'Alzheimer ou restitue des souvenirs à certains amnésiques.L'homme a donc une véritable dimension musicale. Oliver Sacks la décrit dans toute son étendue, d'un point de vue scientifique, philosophique, et spirituel.

    Sur commande
  • Du même auteur, le Seuil a publié en 2005 : Des yeux pour guérir : la thérapie pour surmonter l'angoisse, le stress et les traumatismes, qui s'est vendu à 8 400 exemplaires. Ce texte présente l'origine de la découverte de l'EMDR, donne des interprétations scientifiques possibles de cette thérapie dont l'efficacité reste en partie énigmatique, et de nombreux cas exemplaires, essentiellement liés à des traumatismes puissants et violents : guerre, viol, phobies et crises d'angoisse, terreurs nocturnes, addictions.
    Avec ce nouveau titre, F. Shapiro étend l'EMDR à des souffrances moins bouleversantes et moins intenses, plus courantes, mais tout aussi persistantes et répétitives : déprime, peurs et phobies légères, anxiété, complexe d'échec, etc. La perspective de ce livre est la restauration de l'estime de soi. Le principe d'explication de ces conduites douloureuses est le même que celui des « grands traumas » : des souvenirs pénibles, qui ne remontent pas nécessairement à la petite enfance mais peuvent appartenir à un passé récent, n'ont pas été correctement traités par la mémoire et semblent définitivement associés à un ensemble de manifestations émotionnelles, corporelles, psychiques négatives qui se répètent désormais automatiquement.
    Le livre se situe explicitement dans le registre du self-help, et en a toutes les caractéristiques : outre son accessibilité et son didactisme, il propose des outils très précis et concrets au lecteur.
    Illustré de très nombreux exemples, ce livre ne peut remplacer une thérapie EMDR mais vient en soutien ou en préparation, et peut suffire dans certains cas puisque les nombreux exercices proposés permettent de mettre et tenir à distance les réponses automatiques, d'apaiser voire de supprimer les sur-réactions émotives. Il constitue un autre volet, utile, de synthèse et de vulgarisation de l'EMDR.

    Sur commande
  • Pourquoi les hommes sont-ils capables d'aller sur la lune et se perdent-ils dans un parc ? Pourquoi sont-ils si à l'aise dans les espaces virtuels et s'égarent-ils si facilement dans un environnement naturel ? À la différence de nombreux autres animaux qui s'orientent sans mal grâce à une sensibilité fine au champ magnétique ou à la polarisation de la lumière, les hommes ne sont munis que de leurs deux yeux. Et si leur cerveau très développé leur permet d'élaborer des cartes mentales, celles-ci ne donnent qu'une représentation abstraite et simplifiée de l'espace. Le paradoxe est que cette faiblesse est aussi un atout : c'est elle qui explique notre aisance dans le virtuel, notre créativité en architecture, en urbanisme, etc. Mais c'est elle aussi qui accentue notre tendance à voir le monde comme un assemblage d'aperçus visuels, détachés les uns des autres et surtout de leur origine sur la planète, expliquant ainsi notre penchant à la négliger et à la détruire.

    Militant pour une « reconnexion » à l'espace, cet essai passionnant et engagé fourmille d'informations sur les modes de navigation humain et animal. Il propose également des pistes pour prendre conscience de la façon dont nous sommes coupés de notre environnement et pour le réinvestir.

    Sur commande
empty