Mjw

  • Cet ouvrage tente de répondre à une interrogation récurrente dans le soin aux adolescents limites ou borderline : pourquoi certains de nos patients paraissent devoir se trouver, ou se retrouver, dans le pire, répétant les expériences traumatiques au mépris apparemment des plus élémentaires prudences ? Les manifestations cliniques sont revues pour considérer que, plus qu'une comorbidité, le traumatisme psychique constitue en fait l'épine irritative des troubles limites. L'hypothèse du complexe traumatique décrit l'infiltration de la pensée par ce trauma toujours antérieur qui apparaît comme une sclérose transgénérationnelle des fantasmes organisateurs de la subjectivation. Certaines créations (Pantagruel de François Rabelais, Frankenstein de Mary Shelley, l'oeuvre d'Alain Bashung) permettent de courts croquis préalables à la modélisation psychodynamique. Quelques liens entre notre modernité et la sensibilisation à un tel complexe sont également désignés pour interroger l'accroissement actuel du nombre de diagnostics de personnalité limite. Cette description enrichit celle des grands axes thérapeutiques des pathologies limites à l'adolescence. Le travail des soignants est très pragmatiquement évoqué, en représentant les supports que ceux-ci doivent trouver et créer.

    Sur commande
  • Dans de nombreuses situations, le processus de résilience face à l'adversité et aux événements potentiellement traumatisants se déroule sans l'aide des professionnels. L'étude de ces situations a permis de déterminer quels sont les facteurs impliqués, ainsi que les mécanismes sous-jacents, et a conduit à l'élaboration de programmes visant la construction de la résilience. Sur la base des connaissances ainsi accumulées, l'ouvrage Bâtir la résilience présente une large pale?e de méthodes utilisables dans différentes situations rencontrées dans la pratique clinique. Si certaines méthodes ont un caractère préventif, d'autres aident à traverser plus facilement les situations vécues. En même temps, l'ouvrage ouvre des pistes pour la création de nouvelles méthodes applicables dans des situations où celles-ci manquent. Sont, aussi, fournis des exemples d'interventions visant la construction de la résilience dans des communautés, des sociétés secouées par la violence. Les méthodes sont présentées de manière didactique et chaque fois que cela est possible, contextualisées dans ce que la recherche mondiale a produit ; ceci explique le sous-titre de l'ouvrage, considéré comme un Manuel de pratiques professionnelles. Bâtir la résilience est le résultat du travail d'un groupe d'enseignants-chercheurs, de praticiens et de doctorants du Cameroun, du Canada, de la République Centrafricaine, de la République Démocratique du Congo, de France, d'Italie, de Roumanie, du Rwanda, du Sénégal.
    L'ouvrage a été élaboré sous la direction de Serban IONESCU, psychiatre et psychologue clinicien, professeur émérite de psychopathologie à l'Université Paris 8 Vincennes -Saint-Denis et à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Il est membre correspondant de l'Académie de médecine de Roumanie et l'auteur de très nombreuses publications, dont 32 ouvrages.

    Sur commande
  • Hiatus adolescent

    ,

    • Mjw
    • 22 Février 2018

    L'adolescence n'est pas une maladie et dans ce sens, ce livre n'est pas un traité sur l'Adolescence. Il se lit plutôt comme un Essai. Car la rencontre entre des analystes aventureux et des adolescents blessés, blessants et perdus nous met en garde devant toutes sortes de généralisations. Ces rencontres évoquent plutôt la houle de la mer ou la vague qui « vient par en dessous » tant la clinique peut être déstabilisante et inattendue. La consultation ou la psychothérapie place le psy (psychiatre, psychanalyste, psychologue clinicien) du côté des travailleurs de la mer, tels que les décrit Victor Hugo, par la façon de se faire malmener. Incontestablement, il y a des qualités et des compétences requises dans la clinique de l'adolescence qui font penser comme à un hommage à Montaigne. Comme lui, nous dirions : « Peignons pas l'être mais le passage ». L'hiatus adolescent n'est donc pas une nouvelle catégorie diagnostique mais une proposition de donner un nom à ce que l'on trouve dans la clinique. Trop grave, trop important, obéissant à trop d'influences entre le familial, le sociétal, le pédagogique, l'institutionnel et le pulsionnel pour se réfugier derrière une prétention théorique quelconque, nous l'avons ainsi nommé « Hiatus » pour tenter de dire en une formule, ce que nous espérons juste, entre justice et justesse, de cette relation, de ce temps logique et de ces mouvements du corps et de l'âme. Parlons de la rencontre clinique et non de la théorie, car il n'y a pas de garantie dans ce domaine ni pour ces essais non transformés ni pour ces tentatives encore vaines : deuils de la tendresse et de l'enfance, inventions de la génitalité et de l'âge adulte. La référence à la psychanalyse reste pourtant toujours utile et ces essais sont aussi un hommage à Freud. Nous pensons cette ouverture comme indispensable à la clinique : c'est comme la rencontre improbable de « deux tunnels qu'on perce des deux côtés de la montagne ».

    Sur commande
  • Ce second volume des oeuvres complètes de Pierre FÉDIDA, 1963-2005, contient les textes parus entre 1975 et 1976. Ici commence une production féconde où l'histoire de la psychanalyse en France s'écrit par rapport à son application à la clinique. Mais c'est aussi le début de l'ère de la dépression qui est présente de façon de plus en plus importante dans les divers exposés cliniques et révèle également la prise de conscience de l'importance des troubles alimentaires. L'auteur, psychanalyste, montre son engagement, lequel l'a amené à participer aux débats relatifs à l'hospitalisation et au diagnostic clinique, à proposer des notes de lectures, à élaborer la préface à Esquirol et la présentation de ses propres séminaires de recherche. Tout cela l'a conduit ainsi à ouvrir la discussion sur des domaines où la psychanalyse pouvait contribuer, comme c'est le cas, à la fin du volume, à comprendre les répercussions de la guerre sur le vécu du sujet. Dans ce second volume le lecteur assiste à la confirmation de cette écriture typiquement fédidaéenne naviguant entre la phénoménologie binswangérienne - à laquelle il a été formé - et la clinique psychanalytique, incluant les mouvements transférentiels et contre-transférentiels vers l'interprétation. Ces contributions sont préparatoires aux trois ouvrages de références des années 1977, écrits par Pierre Fédida, L'absence, puis Corps du vide et espace de séance, et, enfin, Le concept et la violence. La préface du Pr Jean Guyotat (CHU Lyon), qui a été son Maître lors de sa formation hospitalière puis qui est devenu un ami, a été écrite en témoignage de son amitié pour l'élève brillant qu'était Pierre Fédida, après sa disparition, lors de la commémoration à l'Université Paris 7 en 2003 de son oeuvre et de son travail universitaire. En reproduisant ce texte, l'éditeur rend hommage à cet ami très cher, le Professeur J. Guyotat, disparu en 2017.

    Pierre FÉDIDA (1934-2002), psychanalyste (Association Psychanalytique de France, APF et International Psychoanalytic Association, IPA) de renommée internationale et professeur des universités (Denis Diderot - Paris 7), a été à l'origine de nombreuses créations universitaires et scientifiques (Laboratoire de Psychopathologie fondamentale, Centre d'Étude du Vivant, co-fondation de l'Institut de la Pensée Contemporaine, co-création Revue Internationale de Psychopathologie et membre fondateur d'associations de recherche). Directeur de l'UFR « Sciences Humaines Cliniques » (Paris 7) et fondateur de la « Psychopathologie fondamentale », il est l'auteur d'environ 250 publications dont des traductions en plusieurs langues.

    Sur commande
  • Un vampire sur le divan

    Max Kohn

    • Mjw
    • 15 Mars 2013

    Que représente un vampire ? Pour quoi occupe-t-il une telle place dans la culture ? Le vampire est un invariant culturel avec des différences culturelles. Ce livre part d'exemples littéraires pris comme des situations cliniques, de Dracula de Bram Stoker (1897) et d'Entretien avec un vampire d'Anne Rice (1977). Le vivant est un non mort (undead) et le non mort est encore vivant. D'un point de vue psychanalytique, quel est donc ce rapport aux dents et à la morsure qui contamine, qui fait que l'autre devient aussi un vampire ? Le vampire est un bébé qui mord et qui a un désir ambivalent d'immortalité. Le lait maternel est vital comme le sang pour le vampire. Le vampirisme concerne aussi la généalogie et les ancêtres. Le vampire concentre et canalise en lui en tant que puissance, figure et image, fantasme et mythe, signifi ant et témoin d'un entre deux mondes, tout ce qu'il y a d'indétermination en nous dans la distinction entre la vie et la mort. Le vampire et la vampirisation sont des symboles d'une série de constructions et destructions psychiques interminables. Illustration de la couverture : Hank Blaustein, A vampire on the coach (copyright réservé)

    Sur commande
  • Ce livre de Max Kohn présente les chroniques intitulées « L'oeil du Psy » parues depuis 2012 dans les Cahiers Bernard Lazare à l'initiative de son ancien Rédacteur en chef, Claude Hampel (né le 18 octobre 1943 à Varsovie, mort le 11 novembre 2016 à Paris) qui dirigeait aussi les Cahiers Yiddish. La chronique de magazine est une forme écrite courte qui nécessite de bien préciser sa pensée et d'aller à l'essentiel. C'est un art de bien dire. Une parole juste, c'est comme un geste juste. Max Kohn y aborde différents sujets d'ordre culturels, pris dans des conversations avec des proches, en essayant à chaque fois d'avoir un regard neuf sur un livre, un film, un concert, une pièce de théâtre et de faire partager ses intérêts et ses passions avec le lecteur, autour des thèmes du langage et des langues, de la musique, de la littérature, de la psychanalyse. Comme le dit Walter Benjamin, le chroniqueur est le narrateur de l'Histoire dont la matière est la vie humaine, chaque instant vécu devient une citation à l'ordre du jour. Dans le cas d'une maladie, le chronique peut durer longtemps. Mais cela peut devenir aigu dans une chronique, un raccourci.

    Sur commande
  • Ce troisième volume des oeuvres complètes de Pierre FÉDIDA comporte les textes parus entre 1977 et 1982. Ils sont le reflet des préoccupations de la recherche en psychanalyse, en France. Mais l'auteur affirme son style et des angles de vue qui lui sont propres ; ceux-ci vont sillonner son oeuvre comme l'avait pressenti Jean-Bertrand Pontalis et exprimé dans Le Monde des livres à l'occasion de la soutenance de la thèse d'État de P. Fédida, passage obligé pour devenir professeur des universités. La même année, P. Fédida a publié trois livres (Le concept et la violence, Corps du vide et espace de séance et L'absence) et des articles de réflexions figurant dans ce volume sur le fait clinique dans la psychanalyse, sur le rapport entre l'écriture et la clinique, sur la question du corps, du somatique et du sexuel dans une psychanalyse, sur la notion d'états limites ainsi que sur le cas limite par rapport aux cas réputés difficiles. À cette époque étaient posés, pour la première fois des questions essentielles : comment définir la « spécificité de la preuve dans le cas clinique » ? Que peut-on attendre de la collaboration entre le travail psychanalytique et la consultation médicale ainsi que de la prescription du médicament ? Quel est l'intérêt de la consultation en génétique dans une perspective de la filiation en rapport avec la symbolisation psychique ? Autrement dit ce qui est encore d'actualité aujourd'hui. En 1979, il était déjà question du « retour à Freud » dans un climat marqué par la forte influence de Jacques Lacan, en France, et par la psychanalyse anglaise et américaine. Le psychanalyste était alors appelé à se situer par rapport à ces références et il devait se questionner par rapport à l'indication ou non d'une cure psychanalytique chez un patient. Celui-ci n'était pas facilement admis en psychanalyse et la notion du borderline constituait, en quelque sorte, un point d'orientation, d'une part, sur ce que l'on pouvait espérer ou non d'une psychanalyse et, d'autre part, sur le danger de basculer dans une psychothérapie bienveillante, avec un certain profil de patients, au risque de les installer dans leurs symptômes. Enfin, ce tome trace le début d'une période très féconde d'une synergie entre l'organisation de la recherche au sein du laboratoire de l'UFR de Sciences Humaines Cliniques à l'Université Paris 7, le développement d'une activité de publication et de recherche qui a été exemplaire (en particulier par la qualité des débats entre collègues), et une collaboration nationale entre les universités et les équipes de recherches, prenant également une tournure internationale. Ce fort potentiel de recherche a permis une envolée de la productivité en matière d'échanges scientifiques et de publications.

    Sur commande
  • Les textes publiés entre 1978 et 1980, présentés dans ce tome 3 des oeuvres complètes d'Arthur Tatossian, traitent de thèmes divers : l'inconscient, le temps humain, la psychologie des cancéreux, l'animal et l'homme, le stress et les évènements biographiques dans lesquels la phénoménologie est toujours présente. Un hommage est rendu au Pr Hubertus Tellenbach, phénoménologue allemand, à l'occasion de la première traduction en français de son ouvrage princeps, La mélancolie, paru en Allemagne en 1961. Arthur Tatossian, après avoir distingué symptôme et phénomène en psychiatrie et symptôme clinique et structure phénoménologique, montre que la phénoménologie permet d'accéder au vécu du patient par une voie nouvelle, et ainsi de comprendre, au-delà des symptômes présentés, ce que vit le malade. Afin de l'aider au mieux, il propose une attitude qu'il appelle « devançante » opposée à l'attitude directive qui est la règle en médecine somatique et parfois en psychiatrie. Il insiste sur la nécessité d'écouter le patient et de discuter avec lui, prônant une approche psychothérapique. Une place importante est octroyée par l'auteur aux rapports entre l'animal et l'homme aux divers âges de la vie ; il est montré que l'animal facilite chez le tout petit la découverte de son environnement et crée un lien affectif durable et qu'il égaye le quotidien de la personne âgée isolée en rythmant ses journées, ce qui d'ailleurs a conduit à la zoothérapie de plus en plus utilisée actuellement. Le rôle de l'animal dans l'expérience délirante et dans certaines perversions sexuelles est illustré par des observations nombreuses rendant la lecture particulièrement attrayante et enrichissante. Arthur Tatossian, à partir de réflexions sur le sommeil, les rêves et l'insomnie, met en garde sur le danger de transformer un insomniaque accidentel en insomniaque chronique par un traitement médicamenteux inapproprié, l'approche psychothérapique lui paraissant très préférable aux médicaments. Les conséquences psychiques des traumatismes, plus particulièrement chez le sujet âgé, ainsi que celles du cancer, dont les troubles de la communication, sont étudiées et une critique est faite des attitudes médicales vis-à-vis des malades cancéreux en phase terminale. L'auteur s'est intéressé aussi au transsexualisme et à la méthodologie à l'occasion de la pathologie du stress (évènements vitaux, évènements biographiques ou Life events).

    Sur commande
  • Lorsqu'il est question de troubles du comportement alimentaire, la personne se sent vite stigmatisée et responsable d'un dysfonctionnement qu'elle aurait, de surcroît, provoqué elle-même. Être obèse ou anorexique est une étiquette qui est vite apposée par l'entourage, et l'on finit par s'identifier à ce jugement. Au-delà d'un conflit insurmontable, cette personne souffrira donc de l'image qu'elle donne à voir. En consultation, le psychothérapeute assiste souvent à une alternance de deux manifestations : la prise de poids et l'amaigrissement. De fait, cette alternance est bien plus présente qu'on ne le croit dans l'épreuve psychique, et ce livre est là pour le démontrer. Car l'amaigrissement ne trouve son sens que dans la comparaison avec un état antérieur, celui de la prise de poids, et inversement. L'ouvrage décrit cette complexité du vécu de patients suivis pendant des années. On verra à quel point l'envie de manger jusqu'à engloutir, ou au contraire la répulsion ou le dégoût pour la nourriture, obéit à des secrets bien gardés. Si bien gardés, et pour ainsi dire incorporés, qu'ils ne sont souvent pas accessibles au patient lui-même. Dans cet ouvrage, trois cas construisent le fil de la réflexion et sous-tendent une théorie de la clinique, révélatrice de l'importance du rapport à l'autre, celui que l'on porte en soi. Cette présence de l'autre est ici si forte, omniprésente, qu'elle " commande " de manger ou de maigrir. " Pour qui est-ce que je mange ? " s'interroge la première patiente. Cette dépendance des patients s'élabore à travers le processus de la psychothérapie et le transfert au psychothérapeute. C'est ainsi que se révèle l'interaction entre " être à deux" et la confusion entre la présence de l'autre et l'autre en soi. Depuis cette particularité relationnelle, la personne s'est vouée à " vivre pour l'autre " comme si l'acte de manger ou de ne pas manger était l'enjeu principal pour maintenir l'autre en vie et pour le faire exister pour soi.

    Sur commande
  • Quinze auteurs s'intéressent au regard qu'on peut porter sur le comportement de l'Homme. Issus de disciplines variées telles que la psychologie, la psychiatrie, la philosophie, l'anthropologie, ils se posent la question fondamentale des possibilités d'adaptation de l'être humain à son environnement. Cette recherche de compréhension est inspirée par des sources insolites telles que l'étude des conduites animales et leurs analogies avec le comportement humain, les perspectives évolutionnistes, la rencontre clinique ainsi que la confrontation à la psychopathologie. Par adaptation, l'on entendra un processus continu dans lequel s'inscrit chaque être vivant, et auquel participe tout acte, volontaire ou non. Celle-ci nous offre un angle de vue idéal pour identifier la logique structurelle sous-tendant le fonctionnement psychique de l'individu. L'adaptation repose sur un double mouvement, celui de la conformité aux contraintes de la vie quotidienne et celui de la créativité offrant la possibilité d'agir sur l'environnement. Ce subtil équilibre équivaut à la santé mentale, il est inhérent à la vie. Il ne faut donc pas poser la question " S'adapte-t'on ? ", mais plutôt " Comment s'adapte-t'on ? ". Le savoir qui s'esquisse au travers de cet essai participe à la construction d'une anthropologie. Celle-ci a pour objectif d'éclairer le praticien en sciences humaines, de susciter la réflexion épistémique du chercheur, mais également de fournir des matériaux utiles à l'avancement de la connaissance en matière d'adaptation. Jérôme ENGLEBERT est Docteur en psychologie, psychologue clinicien à l'établissement de Défense Sociale de Paifve (Belgique), et Maître de conférences à l'Université de Liège. Il y enseigne différents cours de psychopathologie et de psychologie clinique. Ses travaux portent sur le champ de la phénoménologie clinique. Il a notamment publié Psychopathologie de l'homme en situation (Hermann, 2013) et la réédition, en collaboration avec Valérie Follet, du livre d'Albert Demaret Éthologie et psychiatrie (Mardaga, 2014).

    Sur commande
  • Bien des choses opposent Freud à deux de ses disciples : Otto Gross et Wilhelm Reich, les pères du freudo-marxisme. Ces derniers critiquent sévèrement le patriarcat, promouvant l'égalité des sexes et l'amour libre. Anarchistes radicaux, ils rejettent la religion et toute forme d'autorité. De même, tandis que, selon Freud, l'éducation doit inhiber, interdire et réprimer pour aider l'enfant à se civiliser, Gross et Reich, fidèles à Rousseau, font l'apologie d'une éducation sans contrainte. Freud se voit donc dans l'obligation de prendre ses distances avec des disciples de plus en plus indésirables. Les points de rupture concernent l'étiologie des névroses, la possibilité d'une « psychothérapie populaire », les modalités de la cure, les rapports entre psychanalyse et politique, la famille, l'éducation, la religion, le travail ou encore la création artistique. L'anthropologie freudo-marxiste et la pratique clinique de ses théoriciens reposent sur une critique du capitalisme et l'adoption d'un modèle inspiré d'hy othétiques sociétés matriarcales disparues. Réformer la société permettrait, selon eux, d'en finir avec la névrose. La pensée de Gross et celle de Reich ont eu un rôle de taille, non seulement dans l'histoire de la psychanalyse mais encore dans l'élaboration même de la pensée freudienne. Ils furent les premiers à insister sur la part essentielle de la misère économique et de la misère sexuelle dans l'origine des névroses. Toutefois, la radicalité de ce mouvement a entraîné son propre déclin. Les théoriciens freudo-marxistes furent confrontés à leurs propres contradictions : la sexualité débridée et le primat de l'Éros ne pouvaient, à eux seuls, rendre heureux les individus. En effet, peut-on refouler Thanatos sans nier le réel ?

    Sur commande
  • Le cadeau

    Anne Ramier

    • Mjw
    • 18 Février 2019

    Les mots défilent dans ma tête. Ils s'accumulent. Ils me bousculent jour et nuit. Ils s'immiscent au plus profond de mon être. Le bruissement des lettres qui s'entrechoquent s'acharne dans la tempête. Je dois les extraire. Cueillir ceux qui me nourriront. Trouver la voie entre les mots. L'auteure tisse un récit de belles histoires personnelles, pour tenter l'impossible trajet, qui la sortira de l'impasse d'une maltraitance originelle. Elle prend ainsi possession de sa vie, pour rendre lisible les séquelles de l'enfance, pour entraîner le lecteur vers une histoire collective.

    Sur commande

  • nos histoires d'amour sont la partie la plus obscure de nous-mêmes.
    tomber amoureux, c'est un peu comme tomber malade : c'est subir les affres de ses propres passions. troublé par l'expérience de l'autre qu'on porte déjà en soi et qui peut devenir hostile, on se demande si ce qu'on éprouve relève encore de l'amour ou pas plutôt de la maladie psychique. l'amour possède sa propre logique. dans cette perspective, l'amour ressemble au symptôme psychique : tous les deux donnent vie à une histoire ancienne.
    puis, ils contiennent aussi tous les deux une part de résistance, tout comme un potentiel de changement. enfin, tous les deux expriment la vérité du sujet et sa quête d'identité. pour autant que l'amour réveille en nous la part inconsciente, l'inconscient de nos choix amoureux reste un objet obscur pouvant motiver d'entreprendre une psychanalyse. non seulement il existe une psychopathologie de la vie amoureuse, mais encore celle-ci est la contribution la plus importante dans la constitution de soi.
    quand les patients parlent d'eux au psychanalyste, ils parlent de leurs amours. au psychanalyste, reste le travail d'entendre l'intime qui cherche à se communiquer. le patient évalue la satisfaction qu'il peut attendre de l'autre, en découvrant que celle-ci dépend étroitement de ses propres attentes. bien que tout le monde possède ses propres expériences dans le domaine de l'amour, le doute ne manque pas de survenir quant à la fiabilité de ses propres observations.
    l'amour étant purement subjectif, l'amoureux se trouve devant les mêmes problèmes d'observation que les premiers psychiatres à la naissance de l'observation clinique. s'il est vrai de dire qu'il y a de la folie dans la revendication amoureuse, il est aussi vrai qu'il existe des revendications amoureuses dans les différentes maladies psychiques. toute relation comporte des révélations inattendues, peut-être même provoquées par soi-même ! toute personne qui aime peut, de manière soudaine, se voir confrontée à l'étendue des souffrances de l'âme sans comprendre ce qui lui arrive.
    le trouble est alors d'ordre identitaire. l'auteur établit ici le lien entre la clinique psychanalytique, le transfert dans l'amour et les histoires d'amour, les nôtres, telles qu'elles se racontent.

    Sur commande
empty