Liber

  • Les enfants ont-ils une activité sexuelle ? À partir de quel âge ? Quelles formes cela prend-il ? Comment y réagit-on ? Qu'est-ce qui est normal ? L'auteur propose ici un tour d'horizon aussi vivant qu'étonnant des connaissances psychologiques, anthropologiques et historiques relatives à ces questions qui, de nos jours encore, suscitent bien des malaises. Le sujet étant délicat, beaucoup de parents n'osent pas s'intéresser à la question en l'évitant le plus souvent. Pourtant, nous le savons, il existe bien une curiosité sexuelle dès le plus jeune âge et elle se manifeste de plusieurs manières. L'auteur aborde l'ensemble des interrogations, études scientifiques et témoignages qui entourent la sexualité des enfants et qu'il faut incontestablement savoir et entendre ! « On m'a souvent demandé pendant que je rédigeais ce livre pour quelle raison je pouvais bien vouloir écrire sur un pareil sujet. L'intérêt que montrent les étudiants lorsque j'aborde avec eux la sexualité des enfants n'y a pas été pour peu, et si le thème ne manque jamais de les étonner, le fait est que j'ai été le premier surpris par l'ensemble de leurs idées reçues sur ce sujet. À tort ou à raison, je me suis dit que le lecteur pourrait à son tour, sinon tirer profit de ce petit tour d'horizon, à tout le moins partager mes propres étonnements... »

    Sur commande
  • De nos jours, le domaine de la psychopathologie est largement dominé par le manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM), inventaire de troubles et de leurs symptômes qui laisse peu de place à l'individualité du patient et à ses malaises. L'approche phénoménologique en psychopathologie est une manière d'exercer le métier de la relation d'aide sans que cela devienne une affaire strictement technique de conformité symptomatique. Ses concepts peuvent mieux rendre compte de l'expérience même de la maladie mentale, de la comprendre de l'intérieur selon la perspective des patients et suivant les récits et les images qui donnent un accès à la souffrance concrètement vécue. L'intégration de la phénoménologie au champ de la psychopathologie permet donc un raffinement et un approfondissement des compétences diagnostiques et cliniques. En psychopathologie, dans l'enseignement aussi bien que dans la clinique, la tradition phénoménologique est peu connue. Elle n'en est pas moins bien vivante. Aussi, dans une intention didactique et introductive, cet ouvrage en propose des clés de lecture au travers de la contribution de ses plus importants représentants : Ludwig Binswanger, Wolfgang Blankenburg, Medard Boss, Karl Jaspers, Henri Maldiney, Rollo May, Eugène Minkowski, Jacques Schotte, Hubertus Tellenbach et Jan Hendrik van den Berg.

  • Nous vivons dans une société où la transparence est une valeur de haute importance. Dans le contexte d'un suivi au long cours, va-t-il de soi qu'un patient ait « à tout dire » à son médecin, son psychiatre, son psychothérapeute ou son infirmière ? La proximité dans les soins implique-t-elle automatiquement la révélation de tous les objets secrets ? Les textes rassemblés dans cet ouvrage sont des regards sur l'intimité. Différentes manières d'appréhender, de s'approcher par le langage de ces secrets que nous partageons. Jusqu'où le professionnel peut-il et doit-il pénétrer dans l'intimité de l'autre en dépit de la proximité dans les soins ? Que devons-nous penser et faire lorsque des personnes déposent des secrets qui mettent les intervenants dans l'embarras ou qui les paralysent ? L'écoute de l'intimité est un exercice qui ne s'improvise pas. Par sa posture tout à la fois proche et retenue, le professionnel tend une main aux exclus, aux souffrants et plus largement à un autre humain, semblable et différent, pour leur rappeler qu'une rencontre est possible.

    Sur commande
  • Une psychothérapie est un travail qui se fait à deux. Vous qui avez le projet d'entreprendre cette démarche ou qui êtes déjà engagé dans cette expérience, êtes-vous préparé à faire votre part ? Peut-être pas. Ce livre vous offre des points de repères pour comprendre comment devenir le partenaire de votre psychothérapeute en sortant de la passivité dans laquelle on a l'habitude de se mettre avec les soignants. Ce faisant il vous emmène au coeur de la psychothérapie en vous montrant comment se fait le partage du travail de parole et d'écoute. Il vous aidera à vous interroger entre autres sur votre rapport à la dépendance et à la dépression, à la confiance et au secret, à la vérité et au mensonge, sur l'effet de la psychothérapie sur votre couple ou sur l'étrange attachement qu'on peut avoir aux symptômes qui font souffrir. Il se terminera, bien entendu, sur la question : qu'est-ce que réussir sa psychothérapie ?

    Sur commande
  • Des jeux et des rites

    Guy Ménard

    • Liber
    • 1 Septembre 2008

    «Dans son Homo ludens, Johan Huizinga a mis en lumière ce qui rapproche le jeu du secret, du mystère, de l'action sacrée - bref, du rite. Réciproquement, l'action rituelle est un spectacle, une représentation dramatique, une figuration, un geste répétitif et réglé: en d'autres termes, un jeu. Quelle que soit sa valeur, ce rapprochement entre le jeu et le rite est apparu comme un outil à la fois provocant et prometteur. D'autant plus que, à bien des égards, la culture contemporaine manifeste un engouement considérable pour d'innombrables formes ludiques, du sport professionnel aux jeux vidéo, en passant par les «jeux de société», les quiz, les jeux de «hasard» et les séductions du show business. À partir de l'analyse d'une «action ludique», quelle qu'elle soit - voyages à Las Vegas de touristes captivés par le Caesars Palace, engouement pour la téléréalité, fascination pour les jeux «de rôle» ou pour les jeux vidéo d'horreur -, il serait ainsi possible de déboucher sur le rite. Mais, à l'inverse, en examinant un rite - liturgie eucharistique, manifestation du 1er mai, remise des médailles olympiques, pèlerinage à Compostelle ou à Katmandou -, c'est bel et bien au jeu que l'on aurait le sentiment d'aboutir. Pourrait-on dès lors, au sens strict - et non à celui d'une vague analogie -, poser une équivalence entre rite et jeuoe Telle est en tout cas la question qui sert de fil conducteur à cette réflexion collective qui dégage, sous divers angles et à propos d'un grand éventail de manifestations culturelles anciennes et récentes, la force anthropologique et la persistance du jeu autant que du rite.» (P. S.-G., G. M.)

  • «Cet ouvrage raconte mon expérience de trente-cinq ans avec la maladie mentale. À une époque où les statistiques nous révèlent qu'une personne sur cinq, au cours de sa vie, connaîtra un épisode de ce genre de pathologie, écrire sur la folie, puisqu'il faut l'appeler par son nom, peut paraître banal. Des scientifiques du milieu médical ou d'ailleurs le font. Des partisans de telle ou telle théorie psychologique ne s'en privent pas. Des journalistes et des administrateurs du budget de la santé non plus. Des romanciers et des poètes lui consacrent des textes. En revanche, peu de personnes atteintes de maladie mentale s'y essaient. Par défaitisme, par pudeur, par ignorance. Pour ma part, j'ai décidé d'écrire et surtout de décrire ma maladie, poussé par le désir de l'exorciser, après des années passées à la ruminer, et dans une volonté ferme de la faire connaître et de contribuer ainsi à éviter à d'autres les écueils que la vie finit toujours par ajouter de surcroît aux déraisons. Avec le temps, je suis devenu solidaire de tous ceux qui n'ont malheureusement que leur folie pour s'exprimer ou qui cachent leur état derrière les préjugés qu'on leur a inculqués.» (Denis April)

empty