Du Palio

  • Le mal-être professionnel est à l'ordre du jour. Psychologues, sociologues, médecins s'emparent de cette question et tentent d'en maîtriser l'inflation.
    Le traitement des RPS s'inspire le plus souvent de la démarche médicale : la souffrance au travail est tenue pour une pathologie, individuelle ou collective. Et l'objectif poursuivi est également d'ordre médical : redonner la santé physique et psychique ; individuelle et collective.
    Pour Solenne de Kersabiec, cette méthode a le mérite d'apaiser les tensions, mais elle résout rarement les problèmes au fond. Pourquoi ? Parce que l'homme ne peut se contenter de vivre en bonne santé, il a aussi besoin que sa vie ait un sens. De sorte que les difficultés finissent par réapparaître si elles ne sont pas traitées à ce niveau. Maîtriser les risques psychosociaux impose donc de redonner du sens au travail là où il fait défaut.
    Or mettre le travail en perspective relève plus du questionnement philosophique que de l'approche thérapeutique. Que nous dit la philosophie du malaise professionnel qui se répand dans les entreprises françaises ? Comment permet-elle de mieux comprendre et affronter les formes contemporaines du travail ? Dans un style accessible à tous, Solenne de Kersabiec montre que face à la souffrance au travail, les réponses d'Hippocrate ne suffisent pas : il est indispensable d'aborder les problèmes à leur source, en suivant la démarche ouverte par Socrate.

    Sur commande
empty