Desclee De Brouwer

  • On parle d'autistes, de « zèbres », d'hypersensibles, de « dys », de haut potentiel, d'«atypiques », d'enfants « différents ». Souvent, l'école et la société les jugent juste capricieux et ingérables, accusent leurs parents de créer des complications...
    C'est pourtant une réalité, décrite sous le terme de « neurodiversité », et qui concerne près de 20 % de la population. Elle est souvent détectée au moment de la scolarisation, début d'un vrai parcours du combattant.
    Mais comment faire grandir un enfant « hors case » que le système doit « caser » à tout prix ?
    Et comment se construire lorsque l'on perçoit que l'on est un problème ?
    Il faut ouvrir les yeux sur les richesses et les qualités des neuroatypiques pour devenir capable de les aider dans leurs apprentissages et la gestion de leurs émotions.
    Claire Stride a elle-même connu ce chemin, lorsqu'elle était enfant, et elle accompagne aujourd'hui familles et éducateurs. Elle nous explique le fonctionnement de ces enfants extra-ordinaires, et nous donne des clés et des ressources pratiques pour les accompagner sans culpabiliser ni se battre en permanence.

  • Quand la vieillesse ne prend pas des allures de sagesse, mais dévaste les capacités mentales, psychiques ou corporelles de l'individu, doit-on lire ce déclin comme une simple destruction des facultés et des acquisitions de toute une existence ? Ce dépouillement n'est-il pas au contraire l'occasion d'une lente et dernière transformation ? C'est le pari que fait Aude Zeller, en relatant les six dernières années de vie de sa mère et l'accompagnement dont elle a bénéficié jusqu'à sa mort. Ce fut en effet grâce à un soutien psychologique étayé par certaines techniques de communication, mais aussi grâce à un cheminement spirituel, que cette femme atteinte de démence sénile a pu accepter de lâcher prise et aborder consciemment sa fin. Ce récit vient ainsi combler un vide dans la connaissance que nous pouvions avoir de la vieillesse : le savoir psychanalytique et la spiritualité chrétienne s'y épaulent de façon très féconde et permettent de comprendre en quoi la régression peut devenir l'un des pivots de la guérison. L'auteur montre en effet qu'en retrouvant ou en revisitant la conception de la mort qu'elles s'étaient forgées dans leur petite enfance, les personnes âgées peuvent faire face à la révolte et à l'angoisse.

    Sur commande
  • Chacun dans sa vie a pu faire des rencontres malheureuses et se heurter à des événements catastrophiques. Ils ont engendré des traumatismes psychiques dont les traces douloureuses ont envahi le quotidien, souvent de manière souterraine. Si chacun garde désormais à l'esprit les récents actes terroristes, bien des histoires de famille peuvent s'appréhender à partir des traumas, mais aussi de leurs transmissions, d'une génération à l'autre.
    S'appuyant sur des penseurs actuels des traumas comme Françoise Davoine en France, Dori Laub et Cathy Caruth aux États-Unis, Yaelle Sibony-Malpertu explique comment les mécanismes de survie produisent différents degrés d'encapsulement dans la mémoire. Elle montre alors le chemin nécessaire pour se défaire de l'emprise et de la fascination qu'exercent les expériences traumatiques.
    Ce livre propose des approches concrètes pour se réapproprier son existence. Illustré par de nombreuses situations cliniques ou par des exemples issus de la littérature et du cinéma, il aide à faire face aux discours pervers qui figent la pensée et cherchent à la neutraliser pour exercer leur emprise.

  • Après le succès de son livre, Notre troisième cerveau, Jean-Michel Oughourlian s'attache à démontrer que les mécanismes toxiques et pathogènes à l'oeuvre dans les maladies physiques et dans les troubles mentaux ont une cause commune : l'altérité. La vraie question n'est donc pas : De quoi souffrons-nous ? mais bien : De qui souffrons-nous ?
    Altérité exogène, comme dans les maladies infectieuses, ou altérité endogène, comme dans les cancers. Mais altérité fluctuante en psychopathologie, tantôt modèle et amie, tantôt rivale et ennemie. Comme les cellules cancéreuses dissimulent leur agression sous le masque de certains enzymes, l'altérité ennemie, dans les psychoses et les névroses, se cache sous des symptômes qu'il faut savoir décrypter.
    Guérir de maladies physiques, ou mettre fin à des désordres psychologiques, consiste à reconnaître cette altérité rivale. Mais il ne faut pas se tromper d'adversaire : prendre l'ami pour l'ennemi ou l'ennemi pour l'ami. Dans cette petite histoire de l'altérité émaillée d'exemples, on montre comment éviter la méconnaissance et s'ouvrir à une vraie relation.

  • Qu'est-ce qu'une attaque de panique ? Quel est son effet sur le cerveau et le corps ? Quelles sont les méthodes les plus efficaces pour y faire face ?
    Dans le domaine des troubles anxieux, les Thérapies Cognitives et Comportementales sont la méthode la plus éprouvée pour apaiser son esprit et retrouver confiance en soi, quand on en a le plus besoin. Ce guide vous permettra de diminuer l'impact et la fréquence des attaques de panique grâce à des exercices simples et utilisables dans tous les contextes, et des stratégies de relaxation, de pleine conscience et d'acceptation. Il vous donnera des conseils sur le sommeil, l'alimentation, l'exercice physique et vous montrera comment vous exposer de façon progressive à ce qui déclenche vos peurs, pour les apprivoiser.

  • Ils sont bébés, enfants ou adolescents, et déjà la mort s'est emparée d'une personne qu'ils aiment. Devant leur détresse, leurs silences, leurs questions, nous nous sentons souvent impuissants et ne savons pas toujours comment réagir.
    Comment leur annoncer le décès d'un proche ? Qu'en comprennent-ils à leur âge ? Comment parler de la mort accidentelle, subite ou par maladie, ou encore du suicide et de l'homicide ? Quelle est la différence entre leur deuil et celui des adultes ? Un deuil pourrait-il avoir un impact tout au long de leur vie ?
    Décrivant de façon claire et simple la façon dont les enfants vivent la mort d'un être cher, riche en témoignages et en conseils concrets, ce livre saura guider les parents, les éducateurs et toute personne proche d'un jeune endeuillé.

  • Nous voulons tous être reconnus pour les dons que nousfaisons ou que nous croyons faire. Telle est la vérité que lesauteurs font apparaître. En relisant Sénèque, Marcel Mauss etbeaucoup d'autres, ils montrent comment notre existence s'inscritau coeur de nombreux cycles du demander, donner, recevoir etrendre, et analysent les troubles psychiques comme autant deblocages dans ces cycles qui fondent les sociétés.Ainsi, nous demandons trop (nous sommes exigeants) ou troppeu (nous sommes timides) ; nous donnons trop (nous sommesgrandioses) ou trop peu (nous sommes calculateurs) ; nousn'acceptons pas de recevoir (nous sommes blasés) ou surestimonstoujours ce qu'on nous donne (nous sommes extasiés) ; nous nesavons pas rendre (nous sommes ingrats) ou ne supportons pasd'être en dette (nous sommes tourmentés).Décrivant avec humour tous ces « ratés » de la relation avant qu'ilsne deviennent pathologiques, Alain Caillé et Jean-Édouard Grésynous donnent les moyens de les surmonter pour retrouverun équilibre, c'est-à-dire un juste rapport aux autres et au monde.
    Alain Caillé, professeur émérite de sociologie à l'université Paris-Ouest- Nanterre et directeur de La Revue du MAUSS, est l'auteur d'une trentaine de livres, dont Anthropologie du don, Anti-utilitarisme et paradigme du don et co-auteur de Pour une nouvelle sociologie classique.
    Jean-Edouard Grésy est anthropologue. Associé fondateur du cabinet AlterNego, docteur en droit et diplômé de l'EDHEC, ses recherches portent sur la conflictualité et la coopération. Il est notamment l'auteur de Gérer les ingérables, co-auteur de Gérer les risques psychosociaux et Comment les négociateurs réussissent.Ensemble, ils ont publié La Révolution du don. Le management repensé à la lumière de l'anthropologie.

    Sur commande
  • Un classique de l'Analyse Transactionnelle. L'auteur est le premier à avoir approfondi le scénario de vie résultant d'une décision prise à l'adolescence. Il analyse, en les illustrant, les scénarios tragiques et banals.
    Mais au-delà de l'intérêt théorique et de la pratique de l'A.T., cet ouvrage pose des problèmes combien actuels et débattus : qu'est-ce que c'est que la « maladie mentale », les rôles sexuels figés imposés, le concept du pouvoir et de la compétition, la limitation de la liberté de l'individupar les choix restreints qu'on lui laisse, débouchant sur des vies préfabriquées.
    Claude Steiner, psychologue clinicien etthérapeute, a été l'un des plus proches collaborateurs d'Éric Berne, le père de l'A.T. Il fait partie du groupe de psychiatrieradicale de Berkeley-Californie, dont larevue Issues in Radical Therapy a bouleversé la pratique de la psychiatrie classique.
    Claude Steiner est, avec Éric Berne, l'undes concepteurs de l'Analyse Transactionnelle.

    Sur commande
  • On a beaucoup dit que l'éducation donnée aux enfants du siècle dernier les a chargés d'un sentiment permanent de culpabilité aux conséquences désastreuses.
    On a dit aussi qu'il fallait éduquer chez l'enfant la capacité de prendre des responsabilités, tout en bannissant chez lui toute idée de faute. mais aujourd'hui, oú en sommes-nous de cette éducation qui semble avoir évacué la morale et les interdits? que disent parents, voire grands-parents, devant ce cadre nouveau? a partir d'une longue expérience de thérapeute auprès des enfants, nicole fabre s'interroge: et si la moindre insistance mise aujourd'hui sur la culpabilité en faveur du sens de l'autonomie n'était pas une chance, une vraie possibilité pour éduquer nos enfants en faveur d'un nouveau sens moral, plus apte à favoriser leur liberté et leur épanouissement?.

    Sur commande
  • Cet ouvrage est une invitation au voyage au pays de la clinique.
    Une clinique de la différence, de sa reconnaissance et de son acceptation. une clinique singulière qui, au-delà des frontières, s'est nourrie de toutes les rencontres et des missions qui ont été confiées à l'auteur en sa qualité de psychologue. le point de départ est un voyage initiatique, dévoilé à travers le récit biographique de l'auteur, sorte d'incursion dans une intimité qui éclaire un parcours et des choix professionnels.
    C'est ainsi tout l'univers de l'auteur qui s'ouvre à nous. nous partons alors à la rencontre de l'autre, dans la singularité de son histoire, de son appartenance familiale ou communautaire, quand les différences portent la souffrance et les difficultés, l'impossibilité à être. mais aussi de cet autre, quand le réel lui a imposé sa violence et la mise en péril de son ipséïté. que les rencontres aient lieu ici ou là-bas, là oú l'intervention se dit " humanitaire ", francis maqueda sait trouver la juste place, du côté du sujet, dans la rencontre, l'entretien clinique, le soutien des équipes ou la mise en oeuvre d'un dispositif original visant la mise en avant des compétences existantes.
    Enfin, de toute la richesse de son expérience, francis maqueda nous offre un regard aigu et critique sur la réalité du monde d'aujourd'hui et de la place de l'humain dans les décisions prises, tant au point de vue politique, qu'aux points de vue économique, national et international. il dénonce leurs retentissements considérables sur notre société - comme l'explosion de violences dans les banlieues -, sur l'action humanitaire - victime, elle aussi, des dérives néolibérales - et sur les possibilités laissées aux professionnels de résister à l'envahissement des impératifs économiques, y compris lorsqu'il est question de souffrance psychique.

    Sur commande
  • L'amour porte-t-il en lui une potentialité et une insistance à se déployer en une histoire, à s'inscrire dans la durée ? Les statistiques actuelles sur les divorces comme la relative rareté des mariages n'inciteraient pas à le penser. Yves Prigent interroge à la fois l'expérience transmise depuis la pensée antique jusqu'aux " trouvailles freudiennes ", mais sa réflexion passe aussi par le témoignage des poètes et des moralistes. Il constate que l'amour de l'homme et de la femme présente une multiplicité extrême et une économie toute particulière faite de joie fondatrice, d'échange et de reconnaissance du désir et de son manque. Tout ceci le conduit à penser que le " dispositif " amoureux, dans son asymétrie et son antagonisme, porte en lui la nécessité pour l'amour de vivre son propre développement d'une façon " identique et changeante comme la vis du pressoir ", suivant la formule d'Héraclite. Ce livre, qui n'ignore rien de la psychologie comme des élans du coeur, propose à ceux qui s'aiment de " vivre encore et de connaître leur histoire jusqu'à la fin ".

    Sur commande
  • Peur, rivalité, partage du pouvoir : la pulsion d'agressivité, présente en chacun de nous, se retrouve aussi dans la vie quotidienne des couples.
    Même si celle-ci ne prend pas, heureusement, des proportions dramatiques chez nombre d'entre eux, il faut néanmoins gérer pour tous cet instinct premier. D'où la réflexion de Catherine Serrurier, psychothérapeute et spécialiste du conseil conjugal, pour mieux cerner un phénomène trop souvent préjudiciable à la vie à deux. En s'appuyant sur de nombreux cas et des témoignages directs, elle passe en revue les manifestations les plus criantes de la peur dans le couple : l'éternel malentendu du sexe, l'agressivité comme instinct premier, le pouvoir et la rivalité qui pointent chez certains " tyrans domestiques ", le pouvoir féminin mis en exergue par la montée de l'individualisme et d'un certain féminisme, la question de la " peur réciproque ".
    En finale, Catherine Serrurier propose des conseils pour éviter la guerre des sexes et une méfiance mutuelle, source de ces nombreux conflits qui en arrivent à déborder les protagonistes. Car pour ceux qui veulent durer, l'amour n'est pas seulement un sentiment spontané ; il suppose aussi un apprivoisement dans le temps...

    Sur commande
  • A l'annonce d'une mort prochaine, le malade et son entourage se trouvent fragilisés, voire psychologiquement anéantis.
    A la douleur, à la souffrance de la maladie, s'ajoute la crainte de la séparation, d'une brèche qui bouleverse la vie de chacun. Et puis, la perspective de la fin réveille les non-dits, les conflits, les peurs des proches. Comment alors permettre que les " derniers instants de la vie ", selon l'expression d'Elisabeth Kübler-Ross, puissent devenir l'occasion d'un apaisement dans un climat de confiance retrouvée ? Comment prendre le chemin d'une " mort réconciliée " ? C'est tout le sens de l'engagement de Suzanne Hervier, psychologue clinicienne qui, après avoir été elle-même éprouvée par la mort dans sa jeunesse, se consacre depuis près d'une vingtaine d'années à l'accompagnement des personnes parvenues au terme de leur existence.
    Elle retrace ici les trois grandes étapes de son parcours : en grande Bretagne, l'hospice St Lukes, pionnier dans ce domaine; en France, l'unité de soins palliatifs; et enfin, l'hospitalisation à domicile. Les leçons de vie qu'elle en dégage sont fortes. A chaque fois, il s'agit d'écouter les malades et leurs proches, de se trouver auprès de l'équipe soignante, de permettre aux uns et aux autres d'exprimer leurs angoisses ou leurs craintes, d'accueillir leurs besoins, d'entendre leurs désirs pour y répondre avec authenticité et bienveillance.
    Croisant des expériences diverses, nourri de nombreux portraits, attentif aux mots et aux silences, ce nouveau livre de Suzanne Hervier est tout à la fois un témoignage poignant et une invitation à la vie.

    Sur commande
empty