Paul Geuthner

  • S'il ne fallait étudier qu'une seule oeuvre d'Ibn el-Arabi, ce devrait être celle-ci. Méditée encore de nos jours par les Cûfis qui y trouvent les bases essentielles à la restauration d'une spiritualité opérante de la fin des temps, elle manifeste de manière magistrale le redressement global nécessaire à toute démarche spirituelle, quelle qu'en soit la tradition. Eminemment centrale, elle voit le jour à Mekka en décembre 1203, son auteur a quarante ans, il est à la moitié de sa vie. Il avait quitté son Andalousie natale depuis trois ans et, entouré de disciples de tous horizons, il entame une phase qui évoque celle du Prophète lorsqu'il reçut la révélation au même âge, même endroit, et commença à s'entourer de fidèles de toutes conditions. Ibn el- Arabi savait qu'il était le Sceau de la Sainteté muhammadienne, tout comme Muhammed fut et sera à jamais le Sceau de la Prophétie. Elevé en Islam au rang de Cheikh Akbar, Doctor Maximus, il remplit cette fonction embrassant dans sa double autorité exotérique et ésotérique toutes les disciplines et gnoses que cette religion recèle. Son kérygme fait écho à : Infah' ibe'dî ! Conseille Mes serviteurs, ordre divin reçu à Almería, Fès, Mekka, Damas... Mû par cette injonction réitérée et sans appel, il écrit cette oeuvre majeure : Rûb el-Qudus fi Munâçahet en-Nefs, épître qu'il enseignera sa vie durant.

    Sur commande
empty