Eoliennes

  • Le goût du travail

    Luc Dietrich

    Au mois de juin 1942, à la demande de son ami Philippe Lavastine, Luc Dietrich fit deux conférences devant les élèves de L'École nationale des cadres de la Chapelle-en-Serval (Oise).
    Longtemps, le texte de la première conférence resta introuvable et celui de la seconde incomplet. Pour lacunaire que fût ce dernier, il n'en laissait pas moins clairement transparaître le sujet de la causerie : l'Enseignement de Gurdjieff et la nature de la tâche que ce dernier proposait à ses élèves.

    Sur commande
  • Dans les années 40, G.I. Gurdjieff recevait ses élèves dans son appartement parisien de la rue des Colonels-Renard. Leurs échanges constituaient ce qu'on a appelé alors les groupes. Les notes qui font l'objet de ce livre ont été prises au cours de ces réunions. Elles sont un témoignage fidèle de l'enseignement de Gurdjieff durant cette période de sa vie. Les réponses aux questions posées alimentaient une recherche commune et s'inscrivaient aussi dans la continuité d'une relation intime et personnelle. Le compte-rendu de ces réunions de groupes peut être une aide pour qui cherche vraiment, mais à condition de garder en permanence à l'esprit que l'essentiel manque : la présence du maître. Gurdjieff était dans son être l'incarnation et le témoignage vivant de son enseignement. Si cet enseignement continue à vivre aujourd'hui c'est que ses élèves les plus proches ont transmis à leur tour cette influence vivante que Gurdjieff a incarnée.

    Sur commande
  • « Être : c'est remettre en question toute sa vie, mais si on s'aventure sans préparation dans cette expérience, on rencontre en soi-même un mur de résistance, comme tout simplement la peur d'être sot, incapable et ainsi de suite. Seuls des chercheurs exceptionnellement motivés prendront le risque de laisser sa place au questionnement et de dépasser ainsi le sentiment d'insécurité et ses fantasmes. Nous sommes pour la plupart d'entre tellement occupés à apporter des réponses justes et tellement identifiés à l'image que nous avons de nous-mêmes, que nous avons besoin de recevoir de grands chocs tels que la mort, la souffrance, la maladie, une frustration profonde, ou une « supergratification », pour nous éveiller à cette question. »

    Sur commande
  • Dans les années 40, G.I. Gurdjieff recevait ses élèves dans son appartement parisien de la rue des Colonels-Renard. Leurs échanges constituaient ce qu'on a appelé alors les groupes. Les notes qui font l'objet de ce livre ont été prises au cours de ces réunions. Elles sont un témoignage fidèle de l'enseignement de Gurdjieff durant cette période de sa vie. Les réponses aux questions posées alimentaient une recherche commune et s'inscrivaient aussi dans la continuité d'une relation intime et personnelle.Le compte-rendu de ces réunions de groupes peut être une aide pour qui cherche vraiment, mais à condition de garder en permanence à l'esprit que l'essentiel manque: la présence du maître. Gurdjieff était dans son être l'incarnation et le témoignage vivant de son enseignement. Si cet enseignement continue à vivre aujourd'hui c'est que ses élèves les plus proches ont transmis à leur tour cette influence vivante que Gurdjieff a incarnée.

    Sur commande
empty