Bellefontaine

  • Sa vie, son enseignement et son influence sur le monachisme orthodoxe - Traduit du russe par François de Damas Biographie complète du starets (1722-1794). Le Père Tchetverikov présente non seulement la vie de Païssij, mais aussi le milieu où il vécut, tant en Ukraine qu'en Roumanie et au Mont Athos. Païssij reste un personnage incontournable pour qui veut comprendre l'évolution du christianisme en Ukraine, Roumanie et Russie, au XVIIIe siècle et jusqu'à nos jours.

    Sur commande
  • QUOI ? Le Frère Dominique Cerbelaud (o.p.) nous propose ici une traduction commentée d'hymnes de Saint Ephrem le Syrien. L'art poétique de Saint Ephrem sert magnifiquement une thématique originale qui est la descente de Jésus aux enfers. COMMENT ? La solide introduction du Frère D. Cerbelaud permet à tout lecteur d'entrer dans la spiritualité d'Ephrem et de saisir la qualité poétique de son style. La théâtralité de certains passages procure un certain plaisir à goûter avec facilité l'essence des thématiques abordées dans ce recueil. QUI ? Ephrem vécut au IVème siècle en Mésopotamie. Influencé par le premier évêque de Nisibe, il devient 'moine à domicile' comme c'était fréquemment le cas dans le milieu chrétien de l'époque. Diacre, ses homélies captivent, Son Ars Poetica le mènera à mettre en scène ses propres créations dans la cathédrale de Nisibe. Lors du siège de la ville, il se réfugie en territoire romain à Edesse où il décèdera, laissant une oeuvre considérable en syriaque. OÙ ? Spiritualité orientale POUR Qui ? Les amateurs de littérature et de spiritualité syriaque puisque Saint Ephrem est considéré comme l'un des plus grands poètes perses.

    Sur commande
  • A partir de la personnalité et des écrits d'Evagre, le Père Bunge expose comment la paternité spirituelle - à laquelle le chrétien est appelé par " l'Esprit de filiation " - conduit l'homme à une véritable " gnôsis " chrétienne.
    Personne ne peut devenir père spirituel sans avoir été d'abord fils lui-même. En marchant à la suite du Christ par l'accomplissement des commandements évangéliques, le chrétien devient fils du Christ-Père et porteur de son Esprit pour engendrer, à son tour, " un grand nombre à la vertu et à la connaissance de Dieu". Le discernement de ce " sage " et " vrai gnostique " s'adapte à l'état et à la compréhension spirituelle de son fils, adaptation qui n'est pas ésostérisme élitiste mais mystagogie et arcane pédagogique.
    Plutôt qu'une hérésie, le gnosticisme est une attitude de l'esprit humain, caractérisée par l'arbitraire et par une philautia qui ne dépasse pas l'éveil à soi-même. La gnose chrétienne, elle, prend son départ dans une foi humble qui, par l'amour personnel, conduit l'homme à la reconnaissance " qu'il n'y a pas d'autre chemin vers Dieu que celui qu'il a pris Lui-même pour venir vers nous ". " Bien plantés dans la connaissance du Seigneur, les justes feront s'épanouir beaucoup d'hommes en ce monde aussi bien que dans les Eglises, et par leur enseignement spirituel ils leur feront porter du fruit ".
    (Evagre, texte cité p. 111).

    Sur commande
  • Le staretz silouane est né en 1866 dans la province de tambov, en russie centrale.
    A 26 ans, après la jeunesse rude, voire agitée, d'un simple paysan, il décidé, en 1892, de se faire moine au mont athos, dans le monastère russe de saint-pantaleimon. il y vécut quarante-six ans une vie apparemment ordinaire, rendant service au moulin et surtout à l'économat, avant d'y mourir en 1938. il a été canonisé le 26 novembre 1987. en réalité, une expérience spirituelle de grande qualité avait habité cette vie : expérience longuement mûrie et appronfondie avant d'être livrée, dans les dernières années de sa vie, sous la forme d'écrits spirituels dont on trouve ici des extraits particulièrement significatifs.
    On ne peut qu'admirer la simplicité de sa pensée ; elle n'est pas autre chose que l'enseignement traditionnel des pères, revécu et expérimenté par un homme dévoré d'une exceptionnelle nostalgie de dieu et d'une immense tendresse pour les hommes. " elle est douce, la grâce de l'esprit saint, et infinie la bonté du seigneur ". (page 48).

  • Né à Nisibe, à la frontière de la Turquie et de la Syrie, vers 306, d'une famille chrétienne, et baptisé à l'âge adulte, Ephrem sert l'Eglise locale comme diacre et responsable de la catéchèse, sous la direction de quatre évêques remarquables.
    Il mourra à Edesse en 373, au cours d'une épidémie de peste, victime, très probablement, de son dévouement auprès des malades. Son oeuvre comprend des commentaires bibliques, des écrits en prose; mais c'est surtout à travers ses compositions poétiques, instrument adéquat pour exprimer le Mystère sans le limiter ni l'enfermer, qu'Ephrern a exhorté les "fidèles à s'engager sur les voies de l'expérience spirituelle, les encourageant à progresser, tout en les mettant en garde contre les dangers et les tentations de la route" (Introd., p.
    22). Avec celui qui fut surnommé à juste titre "La harpe du Saint-Esprit", découvrons le Dieu caché, mais manifesté en Jésus; divin, mais tellement humain en son Fils jeûnant quarante jours au désert. "Voici le jeûne du Premier-né, commencement de ses exploits. Voici le jeûne exaltant que le Premier-né a fait rayonner pour exalter les humbles." (Hymne 1,1.2)

empty