Yellow Concept

  • Dame morue réjouissait, mais alle apportait parfois sa souffrance au quotidien. Pour témoignage, ce sont les milliers de pertes humaines de ces derniers siècles. Au 16ème, on la pêchait du bord à la ligne, puis vint l'ère de la chapoule, puis celle du doris de 1873/1951 et enfin du chalutier.
    Pour avoir pratiqué la pêche à Terre-Neuve pendant plus de trente ans, et traversé l'Atlantique une centaine de fois en subissant parfois de très fortes tempêtes, je me pose questions : nos aïeux partaient pêcher avec des navires d'une moyenne de 200 tonneaux avec des longueurs variant de 18 à 24 mètres et parfois moins, des équipages de plus de 100 hommes entassés dans la cale pour aller pratiquer la pêche à la morue sèche. Beaucoup ne revinrent pas !
    Qu'étaient-ils donc :
    Des audacieux ? Des courageux ? Des malgré eux ?
    Des obligés ? Des aventureux ou des inconscients ?...
    A travers ces pages, ce sera à vous de juger...

    Sur commande
  • - C'est toi Martin, le mousse de carré ?
    - Oui monsieur !
    - À Terre-Neuve il n'y a pas de monsieur. Tu m'appelleras Chef. Si tu embarques fainéant, tu débarqueras courageux ! Il a tout de suite compris le p'tit Lionel... « Mousse le pain ! Mousse le café... ! » Le chien du bord était souvent plus heureux. Premier levé, dernier couché. Un bon « trancheur » travaille six cents morues à l'heure, le mousse, lui, les lavera toutes, une moyenne de sept mille deux cents morues, de deux kilos, à traiter par jour.
    Ainsi débuta sa vie de marin. Neuf milles jours sur les mers c'est long pour devenir capitaine. Il lui aura fallu accepter la promiscuité du bord et, pour exemple, un seul seau d'eau pour dix sept hommes d'équipage.
    Conséquence, sur la peau une puanteur persistante de poisson.
    On la transporte jusque dans les trains, à faire vomir les passagers. Le quotidien c'était parfois dix huit heures de travail...

    « la nuit sous les projecteurs nos couteaux lançaient des éclairs sous les embruns glacés. Les deux bordées chantaient pour maintenir la cadence et se donner du courage. » - Après avoir péché et mangé des centaines de mouettes, parce que c'était de la viande et que nous avions faim, claironne l'auteur, j'ai compris que cette vie de marin était un combat permanent, celui qui m'a aidé à gravir tous les échelons de la hiérarchie du bord !
    Lionel Martin, malouin d'adoption, est né un vendredi, jour de morue, à l'Inscription Maritime de Cancale, comme il se plaît à dire... Après soixante quinze campagnes à Terre-Neuve et huit dans le Grand Sud, il est le seul capitaine français à avoir péché le krill dans la banquise de l'Antarctique et dans la plupart des mers du monde.
    Nous étions les derniers Terre-Neuvas, un livre Mémoire, témoignage d'un vécu extraordinaire dans un milieu où la discipline, le courage et l'amitié scellent les bordées dans le seul but de gagner sa vie.

    Sur commande
  • À l'origine de la création, en Bretagne, d'un lieu de vie, d'accueil et de soin « Les Enfants au Pays », destiné à des enfants et des adolescents touchés par l'autisme et la psychose, Christian Lucas témoigne de cette création innovante, se réclamant de la pédagogie et de la psychothérapie institutionnelles.

    S'articulent pour l'accueil de ces enfants :

    - Un hôpital de jour.

    - Un placement familial spécialisé.

    - Des artisans et des commerçants associés à cet accueil en journée.

    C'est en fait tout un village qui s'est préparé et mobilisé pour devenir acteur à part entière de cette histoire et ainsi relier des enfants à un pays, et un pays à des enfants. Cette innovation n'aurait pas pu exister sans le soutien clinique de Françoise Dolto dont Christian LUCAS fut l'élève. À travers ce récit, cet éducateur décrit cette expérience à la fois singulière et ordinaire, tout en étant universelle.

    Cet ouvrage témoigne de l'essence même du métier d'éducateur et de la clinique au quotidien.

    L'autre visée, c'est le désir de transmettre, à travers ce cheminement, une joie imprenable et le goût d'une telle démarche, car ces enfants dits différents nous amènent à nous déplacer, à nous ouvrir à d'autres endroits de nous-mêmes. C'est aussi l'histoire de vie d'un éducateur car ce métier permet une rencontre de corps à corps, de coeur à coeur et d'âme à âme, avec l'énigme et le mystère de l'autre. Enfin, ce livre est un hommage à l'éthique de ces nobles métiers d'éducateur, de médiateur et de formateur, souvent parlés mais si peu écrits.

    Sur commande
  • E(t) lyme minée

    Celine L'Hote

    Céline L'hôte est enseignante en Lettres et Histoire en Bretagne. Elle raconte ici son parcours et son combat contre la maladie de Lyme diagnostiquée après moult examens, rendez-vous et souffrances, physiques et morales.
    Elle nous livre un témoignage âpre et sans concession sur la prise en charge de cette maladie qui manque bien souvent d'humanité et d'écoute.
    À travers cet ouvrage, elle tient à transmettre un message d'espoir à celles et ceux qui traversent des épreuves mais aussi à leurs proches, qui, malgré eux, sont entraînés dans une spirale infernale.
      La maladie de Lyme (ou borréliose) est inoculée par une morsure de tique infectée par la bactérie Borrelia.  Cette maladie déstabilise le système immunitaire et, si elle n'est pas diagnostiquée ni traitée à temps, peut passer à un stade chronique.
    Au niveau national, on évalue à 29 000 le nombre de nouveaux cas diagnostiqués chaque année en France.
    Alors maladie rare ou maladie cachée ?

    Sur commande
  • Les Goëlettes de Saint-Pierre retrace la vie de Jean-Marie Robert, né au Valade à Cancale en 1841. C'est aussi l'histoire de toute une famille, marins de pères en fils entre Cancale et Saint-Pierre-et-Miquelon.  On s'attache immanquablement à ce personnage et à ses proches : parents, frère, épouses, enfants, compagnons de pêche, et... d'épreuves bien souvent, qui ont traversé les grandes étapes de l'histoire maritime de 1850 à 1920.

    De la petite pêche en baie de Cancale à la grande pêche sur les bancs de Terre-Neuve, Alain Leclair nous conte la vie de ces hommes et ces femmes, leur quotidien familial et de labeur agrémentant son récit de cartes et documents inédits. Entre les naufrages de goëlettes saint-pierraises, l'épidémie de choléra à Cancale, les prières à Notre Dame du Verger, l'évolution économique et la transformation du paysage maritime malouin, avec la construction des phares notamment, les cyclones meurtriers sur les côtes de Terre-Neuve, les graves de l'île aux Chiens, l'auteur nous plonge dans la grande histoire de l'armement colonial jusqu'à son déclin dans les années 1910-1920.

    Sur commande
  • Claude Aubertin est le papa de Daphné, petite fille autiste de 6 ans. Depuis que son enfant a été diagnostiquée autiste, il y a 3 ans, c'est en quelque sorte le parcours du combattant que lui et sa famille ont fini par maitriser non sans tâtonnements et douleur.

    « Chaque étape, chaque moment du quotidien revêt une difficulté, une problématique qu'il faut à tout prix surmonter pour le bien-être et le développement de son enfant, nous avons longtemps cherché une sorte de memento du quotidien qui nous aurait aidés à trouver la solution simple et rapide à certains problèmes ou situations liés à l'autisme de Daphné. Ne l'ayant pas trouvé, j'ai écrit ce 'retour d'expérience' destiné aux parents vivant une situation identique. » - Claude Aubertin      C'est donc bien pour répondre aux interrogations, aux angoisses et parfois à la colère des parents confrontés au handicap de leur enfant que Claude Aubertin a répertorié les réponses que lui et sa famille ont eux-mêmes trouvées au fil du temps et des expériences quotidiennes avec Daphné.

    Sur commande
  • François Vadon nous embarque avec lui pour une croisière en Manche, de Saint-Malo aux îles Scilly en revenant par les îles anglo-normandes.
    Fort d'une riche expérience personnelle, cet ancien officier de marine prend prétexte d'un récit haut en couleur pour passer en revue non seulement les épreuves que les marins sont amenés à endurer, mais aussi les petits bonheurs dont ils savent profiter.
    Les « terriens » y découvriront les plaisirs et les risques inhérents à toute navigation. Quant aux « voileux »,  ils retrouveront, outre des rappels élémentaires à la prudence, des parfums d'aventure et de liberté dans un texte qui à coup sûr ne manque pas de sel !

    Sur commande
  • Nés au début du vingtième siècle en Haute-Bretagne, issus de familles dont les ascendants exerçaient le métier d'agriculteurs depuis des générations, Angèle et Georges témoignent de leur vie avec simplicité, exposant leurs souvenirs comme ils leur reviennent, acceptant de dévoiler parfois un peu de leur intimité. Ils nous livrent avec modestie et une certaine bonhomie le récit d'une existence faite avant tout de labeur, mais qu'ils ont su agrémenter de plaisirs certains et d'ouverture sur le monde. Ils ont concédé à leurs enfants les valeurs auxquelles ils tenaient, transmettant ainsi pour les générations futures  l'empreinte qu'ils auront à leur manière laissée pour toujours, léguant ce qu'ils estimaient devoir l'être.
    Nés en 1929 et 1931, Georges et Angèle ont aujourd'hui conscience d'achever un long parcours, ils nous racontent une vie paysanne dont ils sont fiers, sans regrets ni remords, satisfaits du travail qu'ils ont accompli avec leurs solides convictions.
    Georges Marquet, fils d'Angèle et Georges, a recueilli longuement le témoignage de ses parents et relate leur vie en tentant de révéler au travers des individus, des faits et événements vécus les parts d'humanité, de sentiments, d'émotions et de sensibilité qui furent rarement mises en mots.

    Sur commande
  • Dominique Guérin fait un retour sur son existence passée au travers de son expérience personnelle ou celles de personnages qu'il a côtoyés... ou imaginés et le message est clair : et si c'était à refaire ?
    La réponse est des plus évasives tant le sujet est délicat. Entre ceux qui ne regrettent jamais rien de leurs choix, persuadés qu'ils avaient raison et les éternels indécis qui finissent par prendre un chemin qui n'est plus à leur goût, il n'y a pas de place pour une autre alternative.
    Où est la vérité ?
    L'auteur est à la recherche de la sienne et bien malin qui pourrait l'y aider.

    Sur commande
  • Nous sommes émoustillés au plus haut degré à l'idée d'explorer un territoire quasiment vierge de l'extrême ouest du Népal. Par dessus-tout, c'est la perspective d'approcher de très près le Tibet interdit et mystérieux qui nous fascine et nous excite.
    Nous sommes nourris des récits fabuleux d'Alexandra David-Néel, du père Huc, des explorateurs britanniques, d'Heinrich Harrer, et le projet d'aller jusqu'à toucher des yeux la frontière tibétaine nous émeut follement. Nous deviendrons alors un peu comme les héros fantastiques de nos lectures favorites !!!...
    Yvan Comolli effectue un voyage en Inde en 1963 et à cette occasion en profite pour faire une petite escapade au Népal. Ce royaume lui fait l'effet d'une véritable révélation. À un point tel qu'après avoir entrepris de mieux connaître la vallée de Kathmandu et fait un premier trek dans le Helmu en 1967, il revient dans ce pays qui le fascine et dans les régions avoisinantes (Bhoutan, Sikkim) à quatorze reprises... À un point tel également, qu'il se met sur le champ à apprendre le népali et le tibétain...
    Florence Comolli, la fille d'Yvan, participe à ce trek avec dix-neuf autres personnes. Elle a alors seize ans. Ce voyage au Népal de 1973 est son premier grand voyage et son premier contact avec l'Asie tant rêvée. Ce trek concrétise pour la première fois ses voeux les plus chers. Le Népal, pour elle, illustre à la perfection le sentiment, étrange de prime abord, d'être enfin pleinement elle-même ! Elle est comme un poisson dans l'eau, elle évolue avec bonheur au milieu de ces « étrangers », immergée dans cette civilisation si radicalement différente de la sienne.

    Sur commande
  • Chateaubriand nous confiait dans Les Mémoires d'outre tombe : "on m'a infligé la vie un soir de tempête..." Ainsi serions-nous propulsés sur cette terre sur laquelle il convient de s'accrocher pour survivre. Avoir des racines... une nécessité absolue pour résister, valeur essentielle qui conditionne notre équilibre et notre sérénité. Cette mémoire du passé, faite de chair et de cendre, nous appelle du fond des âges pour nous enrichir et nous guider. Instinctivement chacun de nous souhaite connaître ses ancêtres. Si nous n'avons pas la capacité de les suivre à la trace, nous pouvons les rejoindre en prenant connaissance des recherches effectuées par ceux qui les ont pistées au nom de leur lignée.
    Marie-Odile Gastaldi, l'auteure de cet ouvrage sur les Bonnetain, retraitée de l'enseignement, a entrepris des recherches aux Archives Départementales de Mâcon, aux archives Municipales de Brandon, en Saône-et-Loire. Elle a ainsi pu reconstituer la généalogie des Bonnetain. Au-delà de la sécheresse d'un acte d'état-civil, elle a souhaité redonner davantage d'humanité à ses ancêtres bourguignons du Clunisois. Elle a donc récolté des renseignements concernant la réalité de chaque époque en s'attachant au contexte socio-économique et culturel.
    Ce livre met en scène la vie des paysans au 18ème siècle, les difficultés de rendement, les années d'abondance ou de disette. Puis les événements révolutionnaires se profilent et la vie des Bonnetain se transforme. Devenu meunier au début du 19ème siècle, l'un d'eux sera aussi conseiller municipal et le lecteur partage son métier et sa vie de famille.

    Sur commande
  • Barnabé, 5 ans trouve que la vie est compliquée : il est trop petit pour être grand et trop grand pour être petit. Pas simple non plus le choix de Marthe qui doit, malgré elle, faire face à la séparation définitive, de Ludo qui se bat avec l'administration ou encore d'Eve à la recherche de relation virtuelle puis réelle par l'intermédiaire d'internet.
    Angoisse d'une mère devant les rides du temps, des non-dits débouchant sur des relations plus ou moins arrangeantes ou plus ou moins hypocrites. Tranches de vie d'hommes et de femmes surfant à la crête d'une vague et se demandant comment ils vont retomber et vivre à travers tous les aléas de la vie.
    Récits pleins de tendresse, d'humanité, d'humour parfois grinçant ou même cinglant par rapport à la société, qui laisse si peu de place à l'homme et aux sentiments. C'est une observation pointue, fine et délicate, plaisante à lire.
    « J'avais l'impression d'avoir le cerveau à l'air libre et je regardais aller et venir mes pensées, comme des particules de poussières ça n'était pas toujours heureux, entre clichés et incohérence, intime et inavouable, osé et retenu, mais je les recueillais toutes. » Elisabeth Berlan-Mary

    Sur commande
empty