Seguier

  • Vagabondages

    Lajos Kassak

    Qui n'a jamais rêvé de tout plaquer pour prendre la route ? Nous sommes en 1909, Lajos Kassák a 22 ans et plus d'une raison d'y songer. Partout en Europe, une effervescence artistique et révolutionnaire fait trembler l'ancien monde sur ses bases... et le jeune Hongrois a bien l'intention de prendre part à la mêlée. Sur un coup de tête, il décide de quitter Budapest pour rallier à pied l'épicentre de l'agitation : Paris. C'est le point de départ d'une odyssée picaresque et libertaire qui le mènera d'un bout à l'autre du continent. En chemin, il croisera la route de l'écrivain anarchiste Emil Szittya, avec qui il s'initiera raffinements et aux combines de la vie de bohème. Les tribulations des deux amis sont une cascade de situations burlesques et de dialogues truculents dont l'humour n'a rien perdu de son mordant. Ode iconoclaste à l'oisiveté, Vagabondages est un anti-roman d'apprentissage où l'on s'instruit, littéralement, dans l'art de ne rien faire. Une pépite oubliée de la littérature hobo, à ranger d'urgence entre Kerouac et le Jack London des Vagabonds du rail.

  • La nuit du revolver

    David Carr

    David Carr, journaliste au New York Times, cocaïnomane pendant plus de vingt ans, prend conscience que ses souvenirs de cette période ont été altérés par la drogue : certains sont flous - d'autres erronés. Pour se réapproprier ce passé qui lui échappe, il décide de faire de sa propre vie son prochain sujet d'investigation. Commence alors une enquête de trois ans au service de laquelle il met toute son expertise de grand reporter, accumulant plus de 60 témoignages de proches, policiers, médecins et avocats, réalisant des heures d'entretiens filmés. Son livre est le récit de cette histoire vraie : à la fois un témoignage captivant sur les paradis artificiels, une enquête de fond sur le trafic de stupéfiants, et une recherche du temps perdu, aux confins de la mémoire et de la folie.

    Sur commande
  • Londres, 1940. Charles Wertenbaker dirige le département de politique étrangère de Time Magazine ; Lael Tucker est une des correspondantes internationales du journal. Brillants, bons vivants, ils tombent amoureux et s'installent en France aprèsguerre.
    Mais tout bascule lorsqu'en 1954, Charles se découvre atteint d'un cancer. Se sachant condamné, il demande à son épouse de l'aider à mourir. La Mort d'un homme est le récit de ses derniers mois, pendant lesquels Lael consigne le moindre détail, avec pudeur, élégance et la précision de son regard de journaliste. Mais à mesure que l'issue terrible approche, l'émotion envahit leur ciel, la vie, son livre. Cette histoire vraie, sans concession, conserve intact son pouvoir d'émotion et de questionnement des tabous qui entourent la fin de vie.

    Sur commande
  • Paris, dans les années d'après-guerre. Nous faisons la connaissance d'une famille bourgeoise sous la tutelle d'un patriarche austère. Pourtant, la fille, Mathilde, est différente, passionnée. L'ennui lui pèse, attise la fièvre de ses premiers émois. Heureusement, à l'horizon de sa désolante adolescence se profile l'événement qui devrait tout changer : le bal de ses 18 ans. Mais au lendemain de la fête, la désillusion est amère. La jeune fille sombre dans l'anorexie, voudrait disparaître. C'est sans compter que dans un « certain milieu », on ne met pas fin à ses jours : on se soigne en clinique, puis on se marie. Commence alors un parcours initiatique qui croise la route de deux hommes, russes, juifs et musiciens. À leur côté, au son des violons, la vie pourra-t-elle recommencer ?

    Sur commande
  • Invité à écrire son journal de voyage lors d'une tournée en Russie, le comédien nous livre un récit libre, sincère, intime, passionné.
    Une expérience qui a incité cet homme, toujours curieux, à arpenter avec bonheur un nouveau chemin littéraire.
    Une aventure à la fois multiple et unique.

empty