Publiwiz

  • Quand je suis arrivée en France dans les années 70, je n'étais qu'une jeune étudiante.
    Après mes études, je suis retournée dans mon pays le Congo pour restituer ce qu'il m'avait donné : ma naissance, ma culture et le financement de mes études.
    Quand le Congo a basculé dans la guerre civile, je suis revenue en France, pays d'accueil et des droits de l'homme en passant par la Côte d'Ivoire. C'est ce retour que je raconte.
    Vous verrez que l'immigrée que je suis devenue a été obligée de faire un long parcours chaotique juste pour l'obtention d'un titre de séjour.
    Aucune colère, ni haine en moi, sinon partager cette aventure étonnante avec vous !
    Quand vous finirez de lire mon histoire, je vous dirai encore :
    « Merci, on est ensemble ». Z. Mayembo

    Sur commande
  • Sur commande
  • Gio

    Metral Olivier

    • Publiwiz
    • 13 Septembre 2019
    Sur commande
  • Sur commande
  • Ton suicide

    Janin J-C.

    • Publiwiz
    • 17 Janvier 2020
    Sur commande
  • Les enfants du ciel

    Charles Versini

    • Publiwiz
    • 22 Janvier 2021

    Il sont partis il y a déjà bien longtemps, un peu avant le milieu du XXème siècle. Ils s'appelaient Pierre et Angèle, ils étaient frère et soeur ! Il avaient, l'un à peine treize ans et quelques jours, et l'autre pas encore neuf ans.
    C'est leur vie et leur mémoire que je ravive ici, car ils étaient des enfants du ciel !
    Ils sont nés en Corse, dans une île qui conservait alors son caractère antique, celui de la jeunesse de l'humanité.
    Et ils me suivent dans ce livre jusqu'à aujourd'hui, m'aidant, par leur présence et leur exemple, à montrer, parmi un monde en attente, le chemin du retour vers les terres et la vie authentiques.

    Sur commande
  • Femme porcelaine

    Mehdi Heraut-Zerigui

    • Publiwiz
    • 18 Septembre 2020

    Pendant longtemps j'ai eu peur de me le dire, de me l'avouer. Je faisais confiance à l'éducation que j'avais reçue. J'avais honte. Je me sentais sale. Sale et fatiguée. Mon corps me répugnait. Il ne m'appartenait plus. Je me sentais coupable. J'étais la geôlière de ma propre douleur. En ne faisant rien, en ne disant rien, j'emprisonnais avec moi la condition de mon sexe. Prisonnière. Mais j'avais peur. Peur d'avoir encore plus mal. Peur de la douleur. J'étais ridicule et pire encore. J'avais honte.
    Puis, les mots, des centaines de mots ont commencé à surgir avec les coups. Plus il me frappait, plus j'écrivais dans ma tête. Chaque fois que mon crâne cognait, chaque fois que j'étais humiliée, destituée de mon corps de femme, dès lors que je devenais une chose, il fallait que je me raconte cette histoire. Je ne devais pas oublier. J'étais une femme porcelaine.
    Ces chroniques que tu t'apprêtes à découvrir, toi lecteur, sont l'écho de nombreux entretiens, témoignages, récits de vie, tous issus d'une réalité que l'on préférerait imaginaire. Ces souvenirs sont la rencontre de l'art et de destins bouleversants, d'histoires de femmes à couper le souffle, de petits riens, de rires, de larmes, mais surtout de beaucoup d'humanité. Ces femmes sont des guerrières, des survivantes, elles ont osé prendre la parole, elles ont raconté, et nous leur rendons hommage. Ces femmes, fortes, qui ont entrepris de braver l'inconstance, ont donné naissance à Abigaëlle Baumgartner, femme porcelaine.

    Sur commande
empty