Publibook

  • Voici un village presque imaginaire. Un endroit inconnu que tout le monde connaît. Où les grands-mères ont l'oreille absolue, où les coqs sont ténors, les instituteurs communistes, les cyclomotoristes dégingandés. Où les fous sont au volant, où les agriculteurs se croisent, où les chiens sont de faïence, les curés toujours prêts, et le cimetière, sous la pluie. Les nuages de ce petit recoin du nord sont à la démesure des accords de Richard Strauss ou de Gustav Mahler. Être chef d´orchestre, c'est organiser les sonorités. Celles d´autrefois, celles d´Outrebois, semblent avoir suscité cette musique...

    Sur commande
  • « Depuis longtemps, je ne relève plus mes appels téléphoniques qu'au terme des étapes. Et encore, quand il ne me prend pas de les effacer avant de les entendre. J'étais habitué aux survols, aux synthèses, à l'effervescence, à la précipitation. J'ai découvert la lenteur, les bruits précieux ou non, la beauté des détails. Je me délectais des contraintes pour éviter, comme tant d'autres, de constater la fuite inexorable du temps. Ici, je suis ma pente, lentement. » En se lançant sur le chemin de Compostelle, D.-J. Chertier savait-il qu'il ouvrait dans sa vie une parenthèse ? Éloigné des préoccupations quotidiennes, l'homme retrouve son ampleur, redécouvre son environnement. Son regard se fait plus lent, patient, mais aussi acéré, voire critique, en tout cas moins égocentrique et plus ouvert sur ce que le monde à offrir. Et le temps de prendre plus d'épaisseur, de densité, pour finir par absorber totalement le marcheur qui, en même temps qu'il se déplace, progresse dans sa mémoire et l'histoire. À contre-pied des traditionnels récits de voyage, D.-J. Chertier compose ici une oeuvre littéralement déroutante, dont l'horizon est moins géographique que spirituel.

  • « Donc voilà, plus d'Allemands, plus de Juifs, quasiment plus de Roumains, en cent ans cette année le miracle de la Petite Vienne de Bucovine aura vécu. Il n'en reste que l'urbanisme et l'architecture. Tchernivtsi est à mon avis la ville la plus extraordinaire de mon parcours austro-hongrois, elle symbolise le meilleur de ce que peut réaliser une société multiethnique et tolérante vivant dans une relative autonomie, où les financements, l'éducation, l'investissement en infrastructures publiques et l'État de droit sont assurés. Un modèle unique qui a duré à peine plus d'un siècle, un siècle doré, s'achevant en 1918. Dans un territoire d'environ 10 000km², la Bucovine, peuplé d'environ 2 millions d'habitants, une taille et une population comparables à celles de l'Alsace. Un modèle unique totalement anéanti en un autre siècle par la bêtise des hommes, par les nationalismes et les combats idéologiques. Faites le test autour de vous, personne ne connaît Tchernivtsi et la Bucovine. Et pour ce qui est du tourisme, il faut être motivé et "pays de l'Est friendly" comme votre serviteur... » Après leur Voyage au Caucase de 2017, c'est le retour à une destination strictement européenne pour E. Henry et sa fidèle BMW 525i Touring de 1992, qui vont parcourir à l'été 2018, pour le centenaire de sa disparition, ce qui fut l'Empire austro-hongrois, soit dix pays différents aujourd'hui en sus de l'Autriche et de la Hongrie, à la recherche des traces de ce passé commun sous l'autorité de François-Joseph. Un road trip littéraire et historique, à la fois personnel et universel, à la découverte d'une Europe méconnue. Une aventure exaltante et enrichissante, qui porte un regard qui se veut malgré tout optimiste pour le devenir de notre vieux continent, malgré les tentations nationalistes et populistes.

    Sur commande
  • En mai 2006, Evelyne Denis et son époux, tous deux pharmaciens, entreprennent un voyage touristique en Afghanistan. De ce séjour, elle retire un récit personnel, Afghanistan bleu, dans lequel elle témoigne de sa découverte d'un pays qui n'occupe plus la une de nos journaux. Ce séjour afghan apparaît ainsi, au fil des pages et des rencontres, comme le lieu de toutes les ambivalences : entre misère et apprentissage de la culture afghane, entre une condition féminine toujours précaire et l'émerveillement devant les vestige d'une civilisation millénaire, Evelyne Denis propose un instantané d'un Afghanistan chaotique, oscillant entre la modernité et ses spectres talibans.

  • Laure Dykstra nous livre ses impressions sur la Chine à travers deux séjours. En 1986 d'abord, étudiante parlant chinois, elle devient « group leader » et doit jongler entre les souhaits des Français et les impératifs des Chinois. Á l'occasion d'un voyage d'affaire ensuite, en 2008, elle redécouvre le pays qu'elle trouve changé et ouvert. Avec ses attentes, ses déceptions et ses interrogations, l'auteur brosse un portrait de la Chine qui s'éveille doucement, ménageant la tradition, les principes maoïstes et la modernité. Cet ouvrage invite à pénétrer dans deux "Pékin" très différents, à suivre le lent chemin entre la Chine fermée et sa renaissance aux yeux du monde lors de l'ouverture des Jeux Olympiques en 2008.

    Sur commande
  • Buzios. Ville qui a émerveillé Brigitte Bardot. Ville à laquelle BB a donné un peu de son éclat. Comme elle, Patrick Sevila a été enchanté par la beauté sauvage de cette presqu'île de rêve, lumineuse, chaleureuse et adorable que sa femme, brésilienne, lui a fait découvrir. Comme elle, il a passé plusieurs mois dans cet univers simple et naturel, mais tellement vrai. Comme elle, il a été séduit, bouleversé et y a passé les plus beaux instants de sa vie. Des moments qui ont donné naissance à ce livre que vous tenez entre les mains.

  • Pendant vingt-cinq ans, de 1984 à 2008, Marie et Jean Bernard Joly sont allés deux fois par an au Viêt Nam pour participer à des actions d'enseignement. Jean Bernard, médecin connaissant la réanimation des nouveau-nés, missionné par l'association l'APPEL avec d'autres pédiatres et des ingénieurs hospitaliers, aidait les agents de santé à perfectionner leurs pratiques et à améliorer leurs relations en leur proposant des méthodes et des techniques adaptées à leurs possibilités. Marie, monitrice en planification familiale naturelle, missionnée par la Fondation Leïla Fodil, a enseigné cette méthode simple, efficace et peu coûteuse, formant des moniteurs nationaux. Ils ont travaillé avec les mêmes personnes, rudes, actives, courageuses, parfois âpres, dans la ville de Hà Nôi et dans des provinces lointaines, jusqu'aux niveaux de base des communes et des villages. Ils ont aussi ouvert largement leurs yeux, leurs oreilles et leur coeur. Ils ont aimé séjourner à Hà Nôi en partageant les actes de la vie courante dans les petites rues de la vieille ville. Ils ont pu accéder à l'intimité de ce peuple discret, secret, attentif, poète, si différent de nous et pourtant si proche par l'histoire. Ils racontent leur travail, dont ils ont allégé les détails, ainsi que leurs souvenirs. Les événements relatés dans le premier livre se situent dans la province de Hà Nôi. Ceux du deuxième se passent dans des provinces du Nord, au plus près des habitants des petites communes. Il contient aussi certaines visites, des histoires et des légendes que leurs amis leur ont transmises.

    Sur commande
  • « Mais sur le moment, cher lecteur, laissez-moi vous parler de la nature alentour ; elle était si belle ce jour-là... On eût dit un jardin féerique à perte de vue ! Quel ravissement ! Quelle quiétude ! Au loin, des monts fertiles ensoleillés entouraient le château comme le cadre doré d'une merveilleuse peinture ! Des plaines, des bois, des forêts, répandaient d'enivrantes senteurs. » Issu d'une famille de la bourgeoisie, Julius Fronssac est un jeune homme exceptionnellement doué pour les sciences qui demeure avec ses parents dans un magnifique domaine des bords de Saône. Un beau jour, il se découvre un don pour la poésie, ainsi que celui - plus inquiétant - de communiquer avec les esprits des morts. Ces nouveaux sens le métamorphosent et ne lui laissent pas un instant de répit. Il est assailli par des visions, dont celle de ses cousines défuntes qui reviennent le hanter. Après une série d'aventures aux confins du monde réel, Julius parvient à se libérer de l'emprise des démons buveurs de sang et à trouver l'apaisement... dans la mort. Ce roman émerveille et effraie tout à la fois, offrant une subtile alternance de lumineuses réflexions philosophiques et de lugubres fantasmagories.

    Sur commande
  • « Pour l'instant, ma tenue est impeccable. Mon maillot noir, vierge de toute publicité, car le cyclotouriste ne se transforme jamais en homme-sandwich, frissonne sous une légère brise. Mon cuissard luisant moule des jambes bien bronzées. De larges lunettes soutiennent un front dégarni. La pointe d'un cale-pied grésille sur le macadam ; les sacoches s'ébrouent à l'arrière ; les chaussures cliquettent dans leur mouvement de bascule un peu ridicule. La bicyclette et son chef d'orchestre donnent un petit concert matinal. Je suis heureux, alors la machine se réjouit avec moi. » Dès les premières pages de ce récit, l'on sent que la relation de ce tour de la France ne sera pas comme tant d'autres... Jugez : dans ces pages, la bicyclette flaire le bitume quand elle ne transpire pas après l'effort ; un chevreuil peut vous décocher un sourire avant de disparaître ; les éléments sont de pleins compagnons de route, tantôt amis, tantôt contraignants ; une symbiose se crée entre le cycliste et son vélo ; les rencontres humaines sont toujours inattendues... Voici quelques-unes des anecdotes et impressions, touchant parfois au surréel, qui émaillent ces pages où il est question de rendre compte d'une expérience de vie intense, transformatrice, qui change l'oeil et le rapport au monde de celui qui s'est lancé dans ce périple.

    Sur commande
  • Andréanne a passé son enfance à lire les magazines National Geographic. Déjà petite, elle rêvait de parcourir le monde. À dix-sept ans, elle part en Inde. Puis, elle parcourt l'Asie et quelques pays d'Amérique latine. Après son baccalauréat en science politique, elle rêve maintenant de traverser l'Afrique. Beaucoup lui disent que son projet est impossible, mais qu'à cela ne tienne : elle prend son sac à dos et suit la côte est du continent de l'Éthiopie à l'Afrique du Sud... Sept pays, mille découvertes et rencontres, un trésor d'anecdotes... Voici le récit touchant d'une grande voyageuse, assoiffée de mieux comprendre le monde et les humains qui y habitent. Une belle aventure qui saura passionner tous les amoureux de l'ailleurs.

    Sur commande
  • "Il arrive que par quelques dispositions natives nous soyons plus naturellement portés à nous souvenirs de nos joies plutôt que de nos désespoirs ; c'est souvent aussi parce que ces joies étaient de celles qui accompagnent les expériences fructueuses. Alors quand la vie a passé, et que ses avatars nous ont privés de ces lieux, de ces visages, de ces paysages où s'épanouirent nos émotions et grâce auxquels nous nous sommes construits, les chemins mystérieux de la psychologie nous les font retrouver dans le regret et la tristesse sans doute, mais aussi dans un bonheur d'éternité, et une gratitude inexprimable : ces lieux, ces instants, ces visages, je leur devais mes quelques lignes silencieuses." Par la grâce d'une écriture mélodieuse et délicate, ce petit recueil de souvenirs que nous offre Patrick Heurley nous emporte dans un flot d'émotion et de nostalgie dont il n'est pas aisé de se détacher.

    Sur commande
  • Hantise

    Annaëlle Aurinko

    « Je t'ai aimé sans m'y attendre, sans le vouloir, sans le provoquer. Je t'aime comme si t'aimer était ma seule chance de survie. Je t'aime comme si t'aimer était mon seul moyen pour respirer. Je t'aime pour toujours et à jamais, comme si avant et après n'avaient aucun sens. Je refuse d'avoir à aimer une autre personne ou encore à apprendre à le faire. » Dans Hantise, A. Aurinko s'inspire d'histoires vraies pour nous livrer le témoignage d'une femme souffrant de ne pas être aimée par l'élu de son coeur. Dans ce roman, tel une lettre à coeur ouvert, la narratrice avoue à celui qu'elle aime ses sentiments les plus profonds dont elle ne peut se défaire, entre passion et contradiction. Une véritable confession dans laquelle une jeune femme se met à nu et nous expose ses émotions les plus intimes. Un roman poétique et touchant.

    Sur commande
  • Voyage au Caucase

    Etienne Henry

    « C'est maintenant le no man's land vers la Russie, premier filtre, je patiente. On appelle ?Strasbourg?, ce qui veut dire qu'il y a eu de l'échange d'information avec le poste ukrainien, je réponds et on me fait mettre de côté, quid ? Un type ne parlant que russe m'aboie dessus, il a l'air de me dire que j'aurais dû prendre le poste frontière de la route principale E101 vers Moscou et que je dois faire demi-tour ? et aller au diable, en fait. Il est limite agressif [...] je reste calme, souriant et droit dans mes bottes, je ne vais pas rebrousser chemin quand même, et perdre au bas mot deux heures et 150 kilomètres ! Je crains le pire, mais on me laisse entrer, tout le monde rigole, peut-être n'était-ce qu'une comédie pour m'intimider. On me donne une fiche de police à remplir, et je peux accéder à la zone frontière russe. Soyons clairs : Alexandre Dumas a été nettement mieux accueilli en Russie en 1858 que moi en 2017... ».
    Nouvelle destination pour E. Henry et sa plus que vénérable BMW 525i de 1992 qui ne cessent d'arpenter les routes d'Europe : leur nouvel objectif est en effet Bakou, pour un voyage qui repousse les limites des précédents. Espace et temps étant des dimensions indissociables, il n'est pas étonnant que ce périple devienne propice à une plongée dans le temps, à l'évocation des heures sombres et des tragédies qui ont marqué cette partie de l'Europe et ses populations au cours des siècles. Populations que l'auteur croque par ailleurs avec un ?il acéré ou étonné, dans une écriture parfois acide ou grinçante, au fil de pages qui oscillent entre légèreté et gravité.

    Sur commande
  • « Ce sont eux qui m'ont permis, depuis ma naissance en 1952 jusqu'à aujourd'hui de tenter de ne pas travestir ma vérité. C'est dater l'âge des personnes importantes pour moi que j'ai connues ou dont on m'a parlé qui m'a été le plus laborieux. Laborieux surtout de contenir dans ces pages l'histoire tragique de mon frère Louis. » Après un cinquième roman, Élodie et leurs dernières volontés, dans lequel nous découvrions la vie d'une épouse de médecin, Claude Forzy décide cette fois-ci de coucher sur le papier l'histoire de Marie-Charlotte. Depuis sa naissance en 1952 jusqu'à aujourd'hui, elle nous raconte avec une émotion certaine son enfance en Bretagne puis à Paris, ses joies et ses peines, mais surtout sa vie familiale avec pour figure centrale son frère, Louis, qui connut un destin tragique. C. Forzy nous livre ici un récit bouleversant dans lequel la présence du frère est partout : la vie avec lui mais aussi sans lui.

    Sur commande
  • La dame de coeur

    Anne Marlen

    « Ce soir encore l'histoire se répète. Malheureusement, elle se répétera encore et encore, car c'est une histoire sans fin. J'aurais aimé pouvoir la mettre en garde plus tôt, mais ce n'est pas le moment. La colère gronde en moi crescendo en pensant à tous les problèmes qui vont débouler dans sa vie au grand galop, à ma vie qui va être chamboulée, alors que mon quotidien est en équilibre instable. Mais, je ne peux pas abandonner Caroline. Une mère n'abandonne jamais son enfant. » Trois générations de femmes d'une même famille s'entremêlent tout au long du récit à des époques différentes, parfois dans l'indifférence, souvent douloureusement, mais au final elles doivent affronter les mêmes obstacles, les mêmes contraintes : celles du corps, de la sexualité, de la maternité, du mariage, le poids des institutions, le regard des autres, l'injustice, le patriarcat et le machisme instauré dans les moeurs depuis la nuit des temps.

    Sur commande
  • Journal d'une seconde vie

    Marie Gillet

    « La vie est une suite de moments allant du noir profond au blanc pur, en passant par toute une gamme de gris. Dans cette gamme, bien plus de gris qu'il n'y a de notes, du do au si. On va et on vient, on monte et on descend ; et tant qu'on fait cela, on reste en vie. » Dans notre monde actuel, vivre c'est bien souvent courir : après le temps, tout d'abord - mais sans jamais avoir la satisfaction de le rattraper ; et après ces obligations de réussite qui nous obligent à être forts et à ne jamais montrer de signes de faiblesse. Et, parfois, un événement arrive. Un accident, un deuil, une maladie, une trahison. Tout s'effondre. On perd beaucoup. Tout peut-être. On n'a plus de repères. Progressivement seulement, on apprendra à reconnaître çà et là des pistes pour se trouver enfin. On doit choisir. Arrive alors une période de délestage et d'allègement : on se débarrasse du superflu et de l'accessoire. Face à ce rien qu'il faut apprivoiser, on peut rester à terre ou se relever. Faire connaissance avec les possibilités d'une seconde vie et ne plus vivre à la superficie de soi-même. C'est ce que l'auteur veut partager dans ce texte, en montrant quelles sont les pistes inédites qu'elle tente de suivre pour converger vers son centre. Le chemin est long mais plein d'espoir.

    Sur commande
  • « Coucher un état d'âme sur du papier. Poser un certain regard sur le monde. Une colère. Une révolte. Une extase. Quelque chose que je dois expulser de moi. Comme une défécation. Des tranches de vie crues et dérisoires s'étalant sur ma page. » La vie comme un poème, et basta, nous entraîne, au gré de son style inimitable, dans les pérégrinations professionnelles, sentimentales ou des voyages d'Emmanuel Harel. Cet auteur hors normes se met ici à nu et nous livre en toute sincérité ses colères et ses révoltes contre une société de plus en plus déshumanisée, un chaos dans lequel, pourtant il y a la vie ! Et ça, c'est le coeur de cet ouvrage atypique. Et basta !
    />

    Sur commande
  • Institutueur

    Mathéo Matahahrit

    « Il avait toujours agi comme ça, et au final, en quasiment vingt ans de «carrière», force était bien de constater que le sieur Marvin, c'était pas forcément un manche dans son domaine, entre le blaireau et Arsène Lupin, mais plutôt dans la catégorie des «p'tits malins pas bien méchants» ; de ceux qui cherchent avant tout à vibrer mais qui font pas dans le corporel (un seul kidnapping, mais le p'tit Grégory du jour avait commencé, et ce fut - il l'espérait - pédagogique pour le petit arnaqueur gros doigt)... » Dès les premières pages, Matheo Matahahrit nous plonge dans le monde halluciné de Marvin, trentenaire solitaire aux aspirations frustrées. De fil en aiguille, le livre nous entraîne plus profondément au coeur d'une intrigue politique, colorée par le crime. On se délecte de ce savoureux roman où l'humour caustique du héros n'a de cesse de révéler sa vulnérabilité. On retrouve dans ce livre tous les ingrédients qui en font un classique du genre. À lire sans attendre.

    Sur commande
  • Une leçon de vie

    Anna Marlen

    « Annie se redressa et calmement lui apprit qu'elle était aveugle d'un oeil à cause du virus, et que bientôt elle risquait de perdre complètement la vue. Marie resta immobile, bouleversée... Elle était venue dans l'intention de communiquer cette joie qu'elle ressentait à peindre. Elle pensait naïvement apporter un rayon de soleil dans le coeur des malades. En fait, sans le savoir, elle apprenait à peindre à une jeune femme que le destin avait condamnée à la cécité ! Le choc fut terrible, intériorisé, mais elle sortit perturbée de cette séance. » Marie et Annie sont deux femmes en suspens. Ainsi, quand la première, au chômage, tente de donner un sens à son quotidien, la seconde assiste, impuissante, à son propre effondrement sous l'effet de la maladie. Deux femmes qui vont, au hasard du destin, se rencontrer lors d'un atelier créatif et entre lesquelles va se sceller une profonde amitié. C'est cette relation que place Anna Marlen, au coeur de ce récit autobiographique qui relate, dans un style cristallin, une double transformation : celle, terrible, du corps d'Annie ; celle, spirituelle, de Marie qui découvre la part la plus fragile de notre mortelle humanité.

    Sur commande
  • L'Odyssée des bannis

    Gilbert Saby

    Les Arripes sont d'anciens nomades qui viennent de se sédentariser et de vivre vingt ans sur les rives d'un lac. Ils y ont bâti un village et défriché des champs. Mais un jour tout s'effondre : un glissement de terrain, et leur paradis est inondé. La tribu va devoir partir. C'est le début d'un long périple, semé d'embûches et de rencontres, au bout duquel les attend un autre grand lac qu'on appelle « la mer », et d'où venaient leurs ancêtres. Leur quête prendra-t-elle fin ?

    Sur commande
  • Ce livre est le récit d'un étonnant voyage : un voyage de quatre ans à l'intérieur d'une ville. L'histoire d'une errance à petite distance. Youri s'est retrouvé à Naples un peu par hasard, à la suite d'un été agité sur une plage du sud de l'Italie. Il découvre une ville dont il ne connaît rien mais qui semble réunir l'intégralité des clichés italiens. Et pas seulement. Une ville pleine de surprises, abritant l'entrée des Enfers, mais aussi le Purgatoire et le Paradis ; une ville où les miracles existent encore, berceau de la musique et des légendes européennes ; une ville où le souvenir des Anciens Grecs côtoie celui de Maradona. Youri a exploré les quartiers de Naples un à un, découvrant les histoires et les légendes qui s'y cachent. En y habitant et en y travaillant, il a vécu la ville de l'intérieur et est devenu lui-même, peu à peu, napolitain. Au final, ces années à Naples forment une étrange histoire d'amour, faite d'attraction et de répulsion. L'histoire d'une sirène...

    Sur commande
  • Pays Patchwork affolant de diversité, pays où les volcans qui flirtent avec le ciel tentent aussi de soudoyer la mer, pays mal ravaudé où les boursouflures du passé s'épuisent à ressurgir le long de souples anses de sable blond. Ici, les champs s'ajustent méticuleusement pour des cultures minutieuses dans des brouillards d'altitude. Là, un soleil de feu se piège dans les méandres alanguis de fleuves bordés de forêts insondables, plus loin et plus haute, la fulgurance cristalline des neiges, des glaces apaisées par le feu des volcans. Elles rosissent de plaisir sous les caresses rouge sang du soleil couchant. Vient alors la démonstration lumineuse que des dieux protègent encore les Andes. L'Équateur. Un endroit compliqué. Un endroit cerné de frontières mouvantes qui se discutent parfois à coups de rafales de mitraillette, à coups d'explosions d'obus de mortier à cause de frontières incontrôlables que le Pérou revendique de temps en temps. Un endroit incompréhensible où des femmes et des hommes engoncés dans des ponchos qui masquent crasse et misère, se rient de nos agitations pressées, de nos gesticulations inconséquentes. L'Équateur où, au mois de mars d'une année quelconque, les rêves se fabriquent à plusieurs.

    Sur commande
  • Dans le cadre de missions universitaires effectuées en Guinée à la fin des années 1980, deux amis partent à la recherche d'un collègue mystérieusement disparu. Après toute une expédition en forêt équatoriale, ils découvrent un véritable trésor grâce à des légendes rapportées par un vieil écrivain guinéen. Ils le monnaient sur le marché clandestin avec l'aide d'une jeune femme dont ils tombent tous les deux amoureux.

  • Une embuscade, une tentative d'assassinat. Plutôt un retour au bercail mouvementé quand on vient de se marier. Qui donc cherche à l'éliminer ? C'est ce que Nyoko, magistrate à la Cité des Rumeurs, va chercher à découvrir... Et cette fois, c'est sa propre vie qui est en jeu. Après "Le Mort, le poète et la magistrate", le collectif d'auteurs Toshi Monogatari nous livre ici le deuxième tome des enquêtes de Nyoko, magistrat impérial.

    Sur commande
empty