Privat

  • Le 22 septembre 1878, robert louis stevenson quitte le monastier-sur-gazeille, près du puy dans le velay, pour entreprendre la traversée des cévennes en compagnie d'une ânesse, modestine.
    Il arrive à saint-jean-du-gard, près d'alès, le 3 octobre au terme d'un voyage ô combien pittoresque. chaque soir, il prend soin de tenir son journal, qui sera publié à londres, en 1879, sous le titre voyage avec un âne dans les cévennes. les editions privat et le club cévenol présentent la seule édition critique du texte intégral de cette oeuvre, d'après le manuscrit inédit découvert dans une bibliothèque américaine.
    Rien ne prédisposait stevenson à pareille randonnée à travers les montagnes du velay, du gévaudan et des cévennes. issu d'une famille bourgeoise de presbytériens écossais, il renonce à ses études d'ingénieur, puis d'avocat, pour se consacrer à l'écriture. a sa mort, à l'âge de 44 ans, en 1894, il lègue à la postérité essais, récits de voyages, romans, contes, lettres et poèmes. il est notamment l'auteur de l'ile au trésor (1883) et de docteur jekyll et mister hyde (1886), aujourd'hui classique de la littérature d'épouvante.
    Rompant avec les valeurs traditionnelles de son milieu, il fréquente les cafés littéraires du quartier latin, de 1874 à 1879. et sa randonnée en cévennes est le prélude à une existence vagabonde. dans le journal de route, jacques poujol met en exergue ce penchant pour la bohème et montre aussi son intérêt pour les camisards. stevenson mêle à son récit des réflexions philosophiques, historiques, géographiques et ethnographiques.
    Il sait être touchant, bucolique, mélancolique, mais aussi profondément réaliste. il s'inscrit en définitive dans la lignée des grands voyageurs.

  • au début du siècle dernier, jean de larminat, ingénieur des ponts et chaussées, désirant assurer à ses fils - ils étaient sept - une existence d'hommes libres, dégagée des contraintes et des mesquineries auxquelles il craignait de les voir soumis, organisa leur émigration vers un pays neuf où leurs talents pourraient s'épanouir pleinement.
    l'argentine fut choisie et, à dix-neuf ans, jacques, le quatrième fils, s'embarqua en éclaireur pour buenos aires. il trouva en patagonie, au pied de la cordillère des andes, un lieu propice à l'implantation de l'entreprise d'agriculture et d'élevage qu'il allait développer avec ses frères. grâce au journal de bord tenu par les fondateurs et à la correspondance échangée avec la france, miguel de larminat, petit-fils de jacques, retrace toutes les étapes de cette aventure.
    même sous les armes, pendant la grande guerre, jacques demeure un pionnier : ses carnets, abondamment cités par miguel, montrent ce cavalier se risquant comme volontaire dans les tanks, au prix de nombreuses blessures. retour en argentine, arrivée d'autres frères de jacques, mariages et naissances, crise de 1929, seconde guerre mondiale... au rythme des événements, l'exploitation familiale évolue et prend de l'ampleur, et la nouvelle génération, établie dans diverses provinces du pays, perpétue ainsi l'oeuvre fondée voilà bientôt cent ans.

    Sur commande
empty