Poles D'images

  • En 1785, Jean-François Galaup de Lapérouse se lança dans une vaste expédition d'exploration sous la tutelle de Louis XVI. Après deux ans de navigation et quelques explorations à l'île de Pâques, en Alaska, au Japon, les deux navires arrivent au Kamchatka, vaste péninsule à l'extrême est de la Russie.
    A la fin de cette escale, il se sépare de son interprète russe, Jean-Baptiste Barthélémy de Lesseps, auquel il confie les récits, les cartes et les dessins de ses deux années de voyages. Le jeune de Lesseps a pour mission de rapporter au roi les précieux documents. Il réussira cette périlleuse avanture en 13 mois, traversant la Sibérie à ski, en traîneau avec des chiens ou des rennes et au péril de sa vie.


  • l'expédition lapérouse s'est perdue corps et biens en 1788 sur une île du pacifique : vanikoro.
    nous le savons grâce à l'opiniâtreté d'un homme : peter dillon. dès 1827, il fut le premier à découvrir les traces de l'expédition et su interpréter la tradition orale des habitants de l'île. ce capitaine irlandais nous la laissé le récit épique de ses aventures sans le pacifique sud, véritable fresque maritime oú l'on croise aussi bien des anthropophages que la douceur de vivre des insulaires. ce texte réédité pour la première fois reste d'actualité suite aux dernières découvertes, qui lèvent un peu plus à chaque nouvelle expédition le voile du mystère qui enveloppe les naufrages de la boussole et de l'astrolabe.


  • "Lapérouse était un marin généreux et un navigateur passionné. Avec lui, la
    France inaugure l'ère de la navigation scientifique, une ère nouvelle de
    l'exploration où l'étude scientifique de l'humanité prend le pas sur les
    profits matériels, une ère où les navigateurs n'ont pour objet, en décrivant
    les moeurs des peuples nouveaux, que de compléter l'histoire de l'homme. A
    tous de savoir apprécier cet héritage exemplaire et de permettre, en
    écrivant le dernier chapitre de cette expédition brutalement interrompue, de
    mieux faire connaître la richesse de ce passé maritime dont la France peut
    légitimement être fière." Madame Michèle Alliot-Marie, Ministre de la
    Défense Extrait du discours prononcé à l'occasion de la conférence de presse
    du lancement officiel de l'expédition Vanikoro 2005 (22 mars 2005). Après
    les aventures de Jean-Baptiste Barthélémy de Lesseps à travers la Sibérie
    (Le messager de Lapérouse, 2004), complétées par l'enquête et la découverte
    par Peter Dillon du lieu du naufrage de l'expédition Lapérouse (A la
    recherche de Lapérouse, 2005), c'est tout simplement par le récit de cette
    navigation légendaire que nous terminons la trilogie. Seul de Lesseps,
    unique survivant de l'expédition, pouvait condenser et compléter ce texte de
    façon utile ; c'est cette version que nous vous proposons maintenant. A
    l'heure où les dernières recherches sur le site des naufrages à Vanikoro
    nous apprennent toujours plus sur cette tragique expédition, il est
    indispensable de reprendre le voyage à son origine : Brest, le 1er août
    1785.

empty