Plon

  • Rumeurs d'Amérique

    Alain Mabanckou

    • Plon
    • 27 Août 2020

    Pour la première fois, j'ouvre les portes de mon Amérique, celles de la Californie où je vis depuis une quinzaine d'années, où j'enseigne la littérature française, mais aussi où j'écris tous mes romans. L'opulence de Santa Monica, l'âpre condition des minorités de Los Angeles, le désespoir des agglomérations environnantes, mais également l'enthousiasme d'une population qui porte encore en elle le rêve américain, c'est aussi mon histoire aujourd'hui. Faits divers, musique, sport, guerre des gangs, enjeux de la race, habitudes politiques et campagne de l'élection présidentielle, moeurs des Angelinos, découverte d'endroits insolites, tout est passé au crible ici pour dessiner le portrait d'une autre Amérique.

  • De Brigitte Macron, les Français connaissent la silhouette longiligne, le sourire solaire. Une première dame lisse, soucieuse de rester à sa place, légèrement en retrait. Qui sait qu'elle joue, en coulisses, un rôle capital ?

    Dans le huis clos de l'Élysée, elle est la première conseillère du chef de l'État, sa coéquipière, la véritable « maîtresse des horloges », celle qui le sermonne quand il dérape. Chaque soir, une fois fermée la porte des appartements privés, elle lui fait remonter les colères qu'elle perçoit, les doléances qu'elle glane. À l'aise dans les jeux de la cour, cette fausse candide a un avis tranché sur les ministres et conseillers, et le fait savoir. La garde rapprochée du président, qu'on surnomme le « club des mormons », a dû apprendre, non sans peine, à composer avec cette singulière épouse.

    Dans cet ouvrage riche en révélations - ses coups de colère, les mesquineries des collaborateurs du chef de l'État, la vie quotidienne des Macron au Palais -, fruit d'une longue enquête, de rencontres avec la première dame et d'entretiens avec de nombreuses personnalités politiques, c'est le véritable rôle de Brigitte Macron à l'Élysée qui, pour la première fois, est dévoilé.

    Sur commande
  • Un candide à moto

    Come Levin

    • Plon
    • 11 Janvier 2018

    « Je pars. C'est absurde. L'objectif est tellement loin, l'itinéraire pour l'atteindre si long qu'ils n'ont pas de réalité dans mon esprit. Devant moi, le ruban d'asphalte défile et je le perçois comme une immense passerelle vers l'Asie. Une passerelle qui traverserait l'espace, mais aussi le temps. Il est maintenant clair que ce voyage est une bulle dans ma vie, d'une légèreté aérienne. Tout y est possible et à la fois isolé, sans conséquence. Je ne suis ni attendu ni soumis au moindre engagement. Je suis libre de faire ce que je veux. Libre de m'arrêter tout de suite, là où je me trouve. De faire demi-tour et de rentrer chez moi. Ou de changer de route. Ou de continuer dans la même direction. Et pour l'instant je continue. Cap sud-est. »

    Sur commande
  • Larmes de combat

    Brigitte Bardot

    • Plon
    • 25 Janvier 2018

    Que garderez-vous de moi ? Une danse lascive au son d'un mambo endiablé ? Une petite Parisienne devenue star par hasard ? Une idéaliste qui a voulu un jour consacrer ce qui lui restait de temps sur terre à la cause animale ? Si aujourd'hui j'accepte de parler de moi, même très intimement, si j'accepte de publier ce dernier livre, c'est parce que j'en ai besoin, je veux balayer toute ambiguïté concernant ma vie et mes intentions, dans un souci d'honnêteté et de transparence. Je veux remettre à plat le sens de mon combat et rappeler toujours et encore la place qui doit être rendue aux animaux. Ils m'ont sauvée, dans quelles mesures je les sauve moi ? » Brigitte Bardot.
    À 83 ans, Brigitte Bardot verse des larmes de combat et s'interroge sur la puissance de son action depuis près d'un demi-siècle. Cette avant-gardiste acharnée a milité sans relâche pour une éthique animale. Pour la première fois, B.B. explore sa part sauvage, douce et féroce, expliquant bien des choix, inspirations et révoltes qui ont jalonné sa vie. Instinctive, libre et émouvante, elle revient sur son parcours de star, son quotidien au contact de ses compagnons animaux, sa lutte. Plus qu'un héritage, Brigitte Bardot offre une confession de sentiments profonds.

    Sur commande
  • Croire au bonheur

    Ingrid Chauvin

    • Plon
    • 3 Novembre 2016

    « Me voilà en tête-à-tête avec ce test de grossesse positif. Les premiers mots que j'ai prononcés en regardant la photo de Jade ont été : "Merci ma fille". Comme si elle avait attendu que je sois prête pour m'offrir à nouveau de porter et de donner la vie. Pour que ce bébé qui arriverait ne soit pas un bébé de remplacement, mais un petit frère ou une petite soeur qui aurait sa place à part entière...
    Les miracles se produisent uniquement pour ceux qui veulent bien y croire.
    Ces mots ont résonné dans mon esprit et guidé mes espoirs durant ces deux années. La vie réserve ainsi de merveilleuses surprises et je voudrais, en vous dévoilant ce que la nature veut bien nous offrir aujourd'hui, être un exemple pour tous ceux qui traversent l'épreuve similaire de la perte d'un enfant.
    Comme pour mon premier témoignage A coeur ouvert, ce livre à plusieurs buts. D'abord de me libérer, de me faire du bien parce que j'éprouve une grande libération et un réel plaisir à écrire. D'avoir pour plus tard une trace indélébile de mon chemin de vie, de mon amour inconditionnel de maman. Enfin, de partager cela avec ceux qui le souhaitent, ceux à qui mon parcours peut donner de l'espoir et de la force.
    J'ai aujourd'hui des sentiments, des émotions et une expérience positive à communiquer. Je voudrais sincèrement que cela puisse aider un maximum de personnes en reconstruction... ».
    Ingrid Chauvin  

    Sur commande
  • À observer les troubles qui agitent les tribus libyennes de 2016 et persistent, hélas, à maintenir dans le pays une anarchie politique et religieuse extrêmement nocive, on ne peut s'empêcher d'y reconnaître comme en miroir la Libye du tout début du XIXe siècle, celle que les premiers voyageurs occidentaux redécouvrirent, souvent au péril de leur vie, après plusieurs siècles d'effacement. Le niçois Jean-Raimond Pacho qui visita la Cyrénaïque de 1824 à 1825 est assurément le plus audacieux et le plus fiable d'entre eux.
    C'est dans son sillage que Jean-Marie Blas de Roblès nous invite à parcourir la Libye antique. Pacho, à la fois explorateur, archéologue et homme de lettres a parcouru seul le désert libyen et y a découvert les ruines des civilisations antiques abandonnées. Il a ainsi localisé des sites archéologiques tels Leptis Magna ou Apollonia qui comptent parmi les plus importants au monde. Son voyage lui aussi permis d'observer les moeurs et les langues des populations locales.
    Construit autour de larges extraits du Récit de voyage de Jean-Raimond Pacho (publié en 1827), que Jean-Marie Blas de Roblès commente et met en perspective, cet ouvrage nous conduit au coeur des racines grecques et carthaginoises de la Libye.
    Un texte littéraire à double voix, fidèle aux témoignages publiés dans la collection Terre Humaine.
     

    Sur commande
  • « Je suis entré une première fois au Népal un peu par hasard, ne sachant tout à fait ce que j'allais y chercher. Sur cette bande de terre serrée entre les deux géants de l'Asie, d'innombrables microcosmes s'étagent entre les forêts humides du Sud et les hautes montagnes qui hérissent le Nord de leur chaîne grandiose. La population qui l'habite est à l'avenant : parmi elle, les langues foisonnent, et les modes de vie peuvent diverger du tout au tout. On rencontre aussi bien le résidu de peuples nomades vivant presque comme à la préhistoire qu'une bourgeoisie cosmopolite toujours entre deux avions, tandis que la majorité, elle, vit les pieds dans la glèbe.
    J'ai vécu à de nombreuses périodes dans des villages de l'ouest du pays, à l'écoute de leurs traditions et de leurs rites. J'ai recueilli notamment des épopées, chants d'un passé lointain déclamés encore aujourd'hui par une caste de musiciens-narrateurs.
    «Ethnologue», «anthropologue», sans doute, mais il faut aussi savoir n'être qu'un passant, qu'un patient, qu'un marcheur, qu'un amant... La matière première du chercheur de terrain, ce ne sont pas des archives ou des tests de laboratoire, mais bien des personnes et des lieux.
    Le présent livre est né d'une nécessité, d'une impossibilité de plus en plus grande à servir ces rhétoriques convenues qui s'adressent à un infime lectorat de spécialistes. Le monde dont il est fait témoignage ici est à la fois le lieu d'une certaine permanence, et aussi celui où se font sentir les premiers frémissements de la crue. Ces récits sont à la charnière entre ces deux moments, derniers instants d'une société qui craquelle. » Rémi Bordes.

    Indisponible
  • « Avrai dire, j'ai le mal du pays pour un pays qui n'est pas le mien. Les steppes, les solitudes, les neiges éternelles et le grand ciel clair de "là-haut" me hantent ! Les heures difficiles, la faim, le froid, le vent qui me tailladait la figure [...] les camps dans la neige, dormant dans la boue glacée, et les haltes parmi la population crasseuse jusqu'à l'invraisemblance, la cupidité des villageois, tout cela importait peu, ces misères passaient vite et l'on restait perpétuellement immergé dans le silence où seul le vent chantait, dans les solitudes presque vides même de vie végétale, les chaos de roches fantastiques, les pies vertigineux et les horizons de lumière aveuglante. Pays qui semble appartenir à un autre monde, pays de titans ou de dieux. Je reste ensorcelée. » Ce sont à la fois les hauts plateaux tibétains et les confins nord-ouest de la Chine himalayenne que célèbrent avec une nostalgie poignante ces lignes d'Alexandra David-Neel. Chine et Tibet sont en effet les pays de prédilection de la célèbre exploratrice. Elle les a parcourus sur des milliers de kilomètres de jungle, de steppes ou de solitudes glacées, à pied, à dos de yack ou de mule, le plus souvent par des chemins inexplorés. Ces voyages, Alexandra David-Néel les a racontés dans une série de livres inoubliables rassemblés ici en un seul volume, sous le titre simple mais évocateur de Grand Tibet et Vaste Chine. Le premier récit débute en février 1921, quand Alexandra entreprend le projet fou de rejoindre Lhassa, la cité sainte perchée sous le toit du monde, à pied, déguisée en mendiante. La dernière aventure prend fin en 1946, quand, famélique et vêtue de hardes, elle échappe aux horreurs de la guerre sino-japonaise. Dans chacun des cinq textes qui couvrent ces deux périodes d'exploration, le lecteur retrouvera intacts l'acuité du regard, la profondeur de réflexion, l'humour, tout ce qui fait l'immense talent de celle que l'on a surnommée "la femme aux semelles de vent".

  • 4 décembre

    Nathalie Rykiel

    • Plon
    • 1 Octobre 2015

    « Etre bien à soixante ans, ce n'est sûrement pas ressembler à une jeune fille. C'est plutôt qu'une jeune fille ait envie de vous ressembler, quand elle aura soixante ans. » Dans ce récit littéraire et singulier, où tout est peut-être faux et rien n'est sans doute tout à fait vrai, elle se raconte en morceaux choisis : la mode, l'amour des hommes et de la littérature, la relation mère-fille qui s'inverse parfois, la dépression, l'âge et la maladie, la maternité et la féminité, et toujours, au centre, la quête de l'amour et du bonheur. Pour être femme, être soi, à soixante ans.

  • Le roman du nil

    Bernard Pierre

    • Plon
    • 1 Novembre 1991
  • Trois années d'aventures autour du monde.
    100000 kilomètres parcourus sur les mers du globe. huit grandes expéditions sur tous les continents. enigmatiques indiens yuhup d'amazonie, rapa nui survivants de l'île de pâques, pêcheurs de perles des tuamotu, polynésiens de l'archipel des marquises, saa perdus du vanuatu, bugi des îles célèbes, " nomades de la mer " du détroit de komodo ou derniers marins arabes des boutres du sultanat d'oman, tous ces peuples sont au coeur de la succession d'expéditions menées par l'équipage de la boudeuse, dernier grand trois-mâts traditionnel courant librement les mers du monde en quête de découvertes et d'aventures.
    Son capitaine, patrice franceschi, nous donne ici la première partie du journal de cette odyssée unique, nous emmenant avec lui à la poursuite d'un vieux rêve de liberté alliant l'esprit des grandes expéditions maritimes du passé à des interrogations modernes sur le devenir des peuples isolés face aux mutations du monde moderne. marins, écrivains, philosophes, artistes ou aventuriers, ils ont été nombreux à faire partie de l'équipage de la boudeuse pour participer à cette grande aventure humaine autour de la planète.

  • Le roman du danube

    Bernard Pierre

    • Plon
    • 1 Novembre 1991
  • Nulle part qu'a venise

    Alain Vircondelet

    • Plon
    • 6 Novembre 2003

    De Venise, on croit tout savoir.
    Tant d'écrivains, d'artistes du monde entier, depuis des siècles, l'ont décrite, imaginée, célébrée. Mais, comme tous les mythes, Venise est inépuisable. Elle se réinvente chaque jour, peu à peu familière à celui qui la découvre ou l'interprète. Par sa force secrète, Venise fait entrer ses visiteurs dans sa légende, et chacun en devient l'amant, le confident, toujours ébloui et enchanté. Alain Vircondelet est l'un de ces intimes.
    Grand connaisseur de la ville magique, il la met à nu, elle qui aime tellement se travestir, et la révèle dans son histoire millénaire: idéale, objet de fantasmes et de désir, utopie réalisée, que ni les circuits touristiques ni les menaces écologiques ne pourront détruire. Parce que Venise est un joyau unique au monde, l'expression la plus aboutie des civilisations occidentale et orientale, un véritable mystère de beauté et d'éternité, le lieu des amours mortes et des amours naissantes, le rêve abouti des éblouissements de l'enfance, Alain Vircondelet est parti en quête de l'énigme.
    De cette marche initiatique où se croisent les imaginaires de toutes les époques naît un récit qui se lit comme une biographie dont le personnage principal serait, pour une fois, une ville.

empty