Noires Terres

  • Méandres : ce mot peut évoquer le cours sinueux de la Semois (ou Semoy), tout comme les circonvolutions de la pensée humaine, qui en un instant vont d'une idée en une méditation.
    C'est bien sûr dans ce sens qu'il faut comprendre l'intitulé de cet ouvrage, qui consiste en une sorte de journal intime. L'originalité en est que la plume est tenue par un Ardennais qui y mêle sans cesse les choses du terroir à celles de la société en général, en recourant tant à des auteurs régionalistes qu'aux plus grands écrivains. La ligne de faîte de ce journal intime est un humanisme sincère, pour lequel la tolérance et le respect d'autrui ne sont pas des vains mots. Mais tout ceci est indissociable d'un attachement à de vieilles racines terriennes, que vient soutenir une sélection de photographies d'arbres en noir et blanc. Celles-ci contribuent à conforter l'atmosphère ardennaise et forestière qui émane constamment de l'ouvrage.

    Sur commande
  • D'entrée, j'avertis le lecteur que cet ouvrage n'est pas une apologie touristique de Nantes, mais, à fin plus universelle, une méditation sur ce que représente ma ville natale pour un Voyageur philosophe et curieux, un être dépassant le fait, la forme et la statistique.
    Je veux rompre l'habitude, même si de temps en temps elle peut rassurer. Proust, dans le « Temps retrouvé », explique qu'un livre « est un grand cimetière où sur la plupart des tombes on ne peut plus lire les noms effacés ». Les noms du passé ne sont que des noms, le mot n'est pas la chose, il la suscite seulement, et l'effacement d'hier ne m'a jamais empêché d'écrire aujourd'hui, au contraire. J'avais depuis longtemps le projet d'écrire un livre sur ma ville natale, je lui ai donc consacré toute une année. Je voulais faire au moins une fois pour Nantes, en Loire-Atlantique, où j'ai vécu trente ans, ce que j'avais fait de multiples fois pour l'Île d'Yeu, en Vendée, où je réside depuis 1982. Ce livre n'est ni un guide ni un recueil de souvenirs, même si l'Histoire de Nantes y est évoquée avec sérieux, et même si la Mémoire du poète y est fatalement saillante, car ce livre est destiné au spéléologue de sa propre âme, non à celui qui se contente d'y folâtrer en surface.

    Sur commande
  • Au gré de quatre chroniques autobiographiques, l'auteur nous guide sur les chemins de plusieurs régions de France, parcourus exclusivement à pied. Au fil des paysages, déclinés en autant d'itinéraires buissonniers, la liberté éternelle de la vie s'offre sans mesure.
    La marche devient alors une attention de chaque instant, portée à tout ce qui se présente, au hasard des routes. Écrits dans une prose habitée par la poésie, ces récits invitent à renouer avec une authenticité profonde et intérieure. Une évidence lumineuse, qui nous révèle au monde et à nous-mêmes.

    Sur commande
empty