Nevicata

  • Un immense enthousiasme accueillit la parution en 1948 d'Aux Confins de la Terre, le chef-d'oeuvre sur la Terre de Feu, qui inspira à Bruce Chatwin l'écriture d'En Patagonie. Cette oeuvre unique, qui relate « plus de récits étonnants que cent romans », s'est imposée comme l'incontournable référence littéraire sur ces régions du bout du monde. Lucas Bridges naît en 1874 à Ushuaïa, en Terre de Feu, où sa famille s'est établie quelques années auparavant. Une région sauvage, encore grandement inexplorée. Il grandit parmi les Indiens Yaghans de la côte, apprenant leur langue et leurs usages. Plus tard, il entre en contact avec la tribu redoutée des Onas, devient leur ami et est initié comme guerrier. À coup sûr, la prédiction du critique littéraire du New York Times lors de la parution de ce livre est encore d'actualité : "Je n'ai aucun doute qu'Aux Confins de la Terre trouvera sa place au panthéon de plusieurs domaines de la littérature : aventure, anthropologie et histoire frontalière."

  • Japon perdu

    Alex Kerr

    Alex Kerr est un écrivain et japonologue américain, né en 1952. Au début des années 1970, il acquit une maison traditionnelle abandonnée, plusieurs fois centenaire, dans la vallée d'Iya, sur l'île de Shikoku. Ce sera le point de départ d'une vie d'écrivain, conservateur, marchand et expert des arts japonais d'une remarquable érudition. Écrit à l'origine en japonais, ce récit enchanteur suit ses pérégrinations au Japon pendant une trentaine d'années. Un plongeon feutré dans l'architecture, les arts traditionnels, la calligraphie, le théâtre kabuki, l'histoire et la vie contemporaine de l'archipel nippon, des vallées reculées aux grandes métropoles modernes. Le Japon fut à une époque un sanctuaire de forêts verdoyantes aux villages préservés, et ce monde a aujourd'hui pratiquement disparu.

  • Paru en 1992, Héros et Nageurs a d´emblée été salué comme un chef-d´oeuvre par la critique anglo-américaine. Panorama complet de la discipline, il entrelace tout à la fois l'histoire, la géographie - de la Grèce à la Polynésie -, la littérature, le cinéma, la peinture.. et bien sûr le sport. Depuis les Grecs et les Romains jusqu'aux Jeux olympiques, des Anglais qui réinventent l´art de nager à l´ère victorienne en passant par le romantisme allemand, de l´art du plongeon suédois à l´école de natation japonaise, des fleuves des Indiens d´Amérique aux plages de Californie, ce livre nous propose surtout une « quête spirituelle de l'eau » : il nous plonge dans de profonds étangs au coeur de nos propres têtes. Charles Sprawson s´inscrit dans le sillage des plus grands auteurs - Homère, Goethe, Byron, Gide, Pouchkine, Leigh Fermor ou Mishima - et nous révèle qu´ils furent aussi de fervents nageurs, pour qui l´immersion est une échappatoire vers le sublime et l´héroïque. Un récit enchanteur.

  • Un après-midi gris de décembre 1933, le jeune Patrick Leigh Fermor quitte l'Angleterre avec l'idée de traverser l'Europe à pied jusqu'à Constantinople.
    Une aventure dont il tirera un récit magistral en deux volumes (Le Temps des offrandes et Entre fleuve et forêt), aussitôt reconnus comme des chefsd'oeuvre.
    Mais plutôt que d'arriver à Constantinople, le second livre s'arrête aux gorges du Danube, à la frontière de la Serbie et de la Roumanie. La question devient vite lancinante. Qu'en est-il de la dernière partie de ce voyage enchanteur au coeur d'une Europe aux portes du cataclysme ? Pendant des années on crut ce troisième manuscrit à peine esquissé, abandonné, inachevé, voire inexistant. Puis, miracle, aujourd'hui paraît enfin ce dernier récit, La Route interrompue, inédit, magistral, qui nous mène jusqu'au Mont Athos en Grèce.
    Presque quatre-vingts ans jour pour jour après que le jeune « Paddy » eut pris la route, voici la première édition intégrale de l'une des oeuvres majeures du siècle, un chef-d'oeuvre d'humanisme à la rencontre d'un monde disparu, où éclatent l'intelligence, la culture et la passion juvéniles de l'auteur.

  • Le Vol d'Icare est le récit de la découverte, de 1947 à 1951, d'un pays mythique par Kevin Andrews, un jeune Américain étudiant en archéologie, enragé de grec, qui a obtenu une bourse à l'École américaine d'Athènes.

    Son livre, qui tient du récit de voyage, de l'analyse ethnologique et politique, et de l'autobiographie, est un chef-d'oeuvre. Le grand Patrick Leigh Fermor, comme beaucoup d'autres amoureux de la Grèce, y voyait « l'un des plus beaux livres jamais écrits » sur ce pays.
    En 1947, la Grèce est un pays littéralement ravagé par la guerre, l'occupation allemande et surtout la guerre civile, entre collabos et communistes, dont les flammes ne sont pas éteintes. D'où le sous-titre « Voyages en Grèce pendant une guerre civile ». Bien vite l'auteur se passionne pour la Grèce contemporaine, noue des amitiés intenses dans tous les camps, mais parmi les gens les plus simples, les bergers, les paysans et leurs familles. Il nous offre la peinture d'une terre et d'un monde âpres, une galerie d'êtres d'un stoïcisme inouï et d'une pauvreté absolue. C'est pour le jeune étudiant la découverte d'un monde pétri de vérité, souvent tragique, toujours poétique.

    À la toute fin du livre, alors qu'il est rentré aux États-Unis, on devine qu'il reviendra en Grèce. De fait, il y émigrera et en prendra la nationalité en 1975. Il décède en 1989, noyé dans la mer Égée.

    Sur commande
  • Un portrait délicat de la cité de l'Adriatique, carrefour des tumultes de l'histoire européenne.
    L'écrivain britannique Jan Morris a découvert Trieste comme soldat en 1945, et cette ville n'a cessé depuis de la hanter. Maintes fois bousculée par les remous de l'histoire, Trieste incarne la précarité des frontières, la finitude des empires et s'est affirmée depuis des siècles comme un havre pour les exilés, célèbres ou anonymes.
    Évoquant l'histoire, l'art, la littérature ou l'architecture, Jan Morris esquisse dans ces pages un tableau élégant et teinté de mélancolie de la grande cité portuaire des Habsbourg, éprouvée par les années noires du fascisme et le glacis du rideau de fer. La Trieste d'aujourd'hui, cosmopolite et frémissante, à la fois latine, slave et germanique, reste une métaphore de l'histoire troublée de notre continent.

  • Sultan à Oman

    Jan Morris

    En 1955, les vents du changement commençaient souffler sur les montagnes et déserts du sultanat d'Oman. Les effluves troublants du pétrole promettaient de bouleverser cet État encore médiéval. Les rumeurs de révolte se mélaient aux intrigues de puissances étrangères.
    Pour le sultan, il était temps d'agir.
    Appuyé par les Britanniques, à l'époque encore influents, le souverain entreprit une grande tournée jusqu'aux coins les plus reculés de son royaume afin d'y affirmer son autorité.
    L'expédition quitta un beau matin la ville côtière de Salala en direction de Mascate, la capitale du Nord. Le voyage était historique, jamais le sultan n'avait parcouru l'intérieur de son pays. Ce fut probablement la dernière traversée « classique » du grand désert avant la révolution du pétrole - et la première en véhicule motorisé.
    Le sultan invita Jan Morris, alors journaliste au Times, à l'accompagner comme observateur. Son récit de cette aventure royale, tout en finesse et non dénué d'humour, est une ode à un monde disparu.

    Sur commande
  • Pendant près de 30 ans, Jim Bridwell, dit The Bird, fut une figure majeure de l'escalade américaine et mondiale. Dans ces folles années 60 et 70, baignées de rock et de substances illicites, les aspirations de l'escalade libre, tournée vers les « Big Walls », se sont mêlées aux idéaux de la contre-culture hippie. À la croisée de ces mondes, Jim Bridwell a maîtrisé la totalité des techniques de l'escalade, du libre extrême en rocher aux plus hauts sommets.
    La marque de Bridwell, c'est une quête d'aventure, et un style audacieux et imaginatif qui lui a permis de réussir là où d'autres avaient échoué. Faire la seconde ascension d'une voie du Bird était souvent plus recherché par les grimpeurs que réaliser une véritable première. Auteur de plus de cent premières au Yosemite, son ascension en un jour de l'immense paroi du Nose en 1975 a marqué l'histoire de l'escalade libre. Ses exploits en Patagonie et en Alaska l'ont fait entrer dans la légende.
    Un récit intense et haut en couleur à l'image d'un homme de passion et attachant. Reinhold Messner dit de lui qu'il est plus qu'un grimpeur de l'extrême. « C'est un personnage. Un homme sauvage, qui nous raconte enfin sa vie de sauvage. »

  • La Patagonie, depuis sa découverte, hante l'imaginaire des Européens, voyageurs et aventuriers, poètes et écrivains. Donner une idée de cette littérature de témoignage vécu, qui s'est accumulée sur cinq siècles, tel est l'objectif ambitieux de ce livre. Un ouvrage qui permet aussi de dépasser le seul corpus des textes écrits ou déjà traduits en français en présentant de nombreux auteurs étrangers, ici traduits pour la première fois.
    Cette anthologie présente pour la première fois un éventail unique des plus beaux récits de voyage en Patagonie, ce grand Sud de l'Argentine et du Chili. Des textes provenant du monde entier, choisis tant pour leur qualité littéraire que pour leur importance historique, et commentés avec grande expertise par Philippe Grenier.
    Il manquait à la légendaire Patagonie cette anthologie des plus envoûtants récits d'aventure. Voici un ouvrage de référence à ajouter dans toute belle bibliothèque de voyage.

    Sur commande
  • Voici que Jean Bourgeois, le « miraculé de l'Everest », après son échappée par le versant tibétain de la plus haute montagne du monde, nous propose une nouvelle édition, revue et augmentée, de son très beau livre paru en 1972 sur les montagnards de l'Afghanistan sous le titre Les Seigneurs d'Aryana.
    L'Afghanistan d'alors n'existe plus. Mais les Pachtouns, son véritable peuple, ces contrebandiers des frontières avec le Pakistan, luttent désormais sans merci, puisant dans les gorges de l'Hindou-Kouch, et dans les neiges des hivers terribles, la volonté de survivre et de combattre pour ce qui est leur bien le plus précieux : la liberté. Nomades dans tout le pays afghan, qu'ils sillonnaient avec leurs nombreuses caravanes, ils étaient autrefois le sang même de la nation afghane, et leurs parcours irriguaient le pays d'un sang généreux. Les seigneurs d'Aryana ne sont plus que des hommes traqués par les guerres incessantes de ce pays.
    Il est nécessaire de lire ce récit de Jean Bourgeois pour mieux mesurer le génocide qui s'est accompli, et ce qu'était la vie d'un peuple fier. Un document exceptionnel, illustré de photographies inédites de l'auteur.

    Sur commande
  • Au coeur des montagnes isolées et des déserts brûlants d'Asie centrale, une lutte épique opposa au dix-neuvième siècle l'Empire britannique et la Russie tsariste. Cet affrontement fut connu sous le nom de « Grand Jeu » - et ses répercussions se font encore sentir de nos jours.
    Le vaste échiquier où se déploya cette rivalité s'étendait du Caucase à l'ouest jusqu'au Tibet à l'est. Lorsque le jeu débuta, les frontières de la Russie et des Indes étaient distantes de plus de trois mille kilomètres. À la fin, moins de trente kilomètres les séparaient par endroits. Les Britanniques étaient convaincus que les Russes ne s'arrêteraient pas avant de s'emparer des Indes, le joyau de l'Empire britannique. La guerre semblait inévitable.
    Ce livre raconte l'histoire du « Grand Jeu », l'un des chapitres les plus romanesques de l'histoire moderne, à travers les aventures de ses acteurs.
    De jeunes officiers des deux camps, pour qui participer au « Grand Jeu » était le sel de leurs rêves, l'occasion d'échapper à la monotonie de la vie de garnison et de se couvrir de gloire.
    Les violentes répercussions du « Grand Jeu » nous hantent encore aujourd'hui.
    Le renversement de dignitaires locaux, l'invasion d'ambassades, les retraites infâmantes d'Afghanistan, les bains de sang du Caucase : tout cela était déjà familier dans la presse victorienne. Aujourd'hui, alors que la guerre d'Afghanistan se prolonge, les leçons de l'histoire du « Grand Jeu » restent plus que jamais au coeur de l'actualité.

  • Si l'Antarctique est un continent fascinant de démesures et d'inconnues, il m'était aussi étrangement familier depuis ma plus tendre enfance, tant les récits d'explorations dans le grand Sud ont toujours fait partie de l'histoire familiale. Je me suis alors hasardé dans une "exploration" particulière de l'aventure de mes aïeux pour mieux en saisir la saveur et comprendre l'extraordinaire épopée qu'ils ont vécue chacun à leur époque et à leur manière à la découverte du continent blanc. Adrien, mon arrière-grand-père marin, commandant de la Belgica, fut le premier, en 1897, à vaincre l'hiver antarctique accompagné de scientifiques. Soixante ans plus tard, son fils Gaston a emmené dix-sept hommes avec lui pour ériger la première base belge en Antarctique, la base Roi Baudouin. En complément du film L'Antarctique en héritage, dont le dvd est joint au présent livre, Henri de Gerlache reprend dans ces pages l'intégralité de cette pérégrination, mêlant archives exceptionnelles, commentaires et témoignages inédits.

    Sur commande
  • Théodore Monod raconte sa dernière grande expédition au coeur du Sahara, à la recherche d'une petite fleur unique au monde.

  • La collection L'âme des peuples répond aux questions que se posent voyageurs, hommes d'affaires, étudiants, touristes ou hommes politiques sur les ressorts profonds des pays et des peuples qu'ils rencontrent.
    Une démarche centrée sur la compréhension des peuples et de leur patrimoine intellectuel et culturel, en Europe d'abord, dans le reste du monde ensuite.
    Une façon de découvrir les nuances d'un pays et d'un peuple sans se perdre dans des références culturelles ou historiques compliquées.
    Une occasion unique de donner la parole à de grands témoins sur les réalités cachées - ou négligées - de leurs pays.
    Une équipe d'auteurs, écrivains-journalistes aux regards originaux, nourris de leur familiarité avec le pays concerné, sa langue, sa culture, sa géographie, son histoire et sa population.
    Parce que pour convaincre les peuples, il faut d'abord les comprendre.

    Indisponible
empty