Mediaspaul

  • Maryel Devera est bien connue dans le milieu de la télévision pour avoir participé à la création des émissions de téléréalité : Loft Story, Secret Story, La Ferme célébrités... Passionnée par son métier, elle se laisse happer de nombreuses années par un tourbillon professionnel séduisant, mais qui peu à peu l'isole et lui fait perdre le contact avec elle-même. Malgré une éducation chrétienne et une scolarité dans l'enseignement catholique, elle regarde la foi et l'Église avec distance et suspicion. Elle met volontiers en boîte les « cathos », leur lançant sa question favorite et provocatrice : « T'as vu la Vierge ? » (sous-entendu : « t'es fêlé de croire encore à ces sornettes » !) En mai 2013, elle rejoint quelques amis venus, à Lourdes, participer au pèlerinage des artisans de la fête animée par l'aumônier des forains avec qui elle lie amitié. Elle commence par se moquer des « bondieuseries » et de la piété populaire, poste sur Facebook (en parodiant des vacances à Las Vegas), des photos « en direct de Las Lourdas » ! Mais, contre toute attente, elle vit soudain, devant la grotte, une expérience spirituelle qui la secoue profondément. Elle reçoit intérieurement pendant près d'une heure une avalanche de questions sur la vie qu'elle mène alors. Elle a aussi l'intuition qu'il lui faut créer pour les médias un groupe de rencontre pour celles et ceux qui s'interrogent sur la foi et le sens de leur vie. Quelques années plus tard, ce groupe réunit régulièrement, en toute discrétion, 70 personnes (journalistes, producteurs, animateurs, techniciens, artistes...) pour un temps de prière dans un monastère parisien. Ce groupe s'est rendu à Rome et a pu, au cours d'une audience générale, parler avec le Pape le jour même des attentats contre Charlie Hebdo. « Il faut prier pour les médias » dit-elle alors à François qui l'encourage. Depuis, Maryel Devera continue de cheminer, de lire, de rencontrer des témoins de la foi. Elle raconte dans ce témoignage bouleversant et inclassable, sa redécouverte de la foi chrétienne et de la prière.

    Sur commande
  • Mourir comment ?

    Collectif

    De septembre 2010 à mars 2011, une commission gouvernementale itinérante a consulté les Québécois sur la question d'une légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté. L'enjeu de cette démarche comprenait mais aussi débordait le domaine de la médecine, de la relation patient-médecin et des choix individuels : permettre ou non l'euthanasie, c'est aussi un choix de société. Voilà ce que montre cette sélection de mémoires déposés par des groupes à la crédibilité solidement établie : l'Ordre des psychologues du Québec, l'Association québécoise de prévention du suicide, l'Association québécoise de gérontologie, le Centre de ressources Alzheimer Carpe Diem, l'Association du Québec pour l'intégration sociale, la Fédération du Mouvement Albatros, le Réseau des soins palliatifs du Québec et la Maison Michel-Sarrazin.
    /> Si tous ces organismes n'ont pas une position arrêtée sur la légalisation de l'euthanasie, ils ont en commun un regard critique sur ce scénario, attirant l'attention sur ses risques pour certaines populations vulnérables et pour l'ensemble de la société, qui serait alors touchée dans ses symboles et ses représentations. Ce recueil se veut le témoin d'une partie de la réflexion québécoise sur un sujet crucial.
    Aussi équilibrés qu'éloquents, les textes qui le composent offrent également des repères à toute personne confrontée aux questions entourant la fin de la vie.

empty