Mediapop

  • Le 12 septembre 2019, Philippe Pascal disparaissait brutalement, alors que son groupe Marquis de Sade, séparé depuis 1981 et qui venait de se reformer pour une série de concerts, préparait un troisième album inespéré. Pour rendre hommage au chanteur magnétique qu'il rêvait d'approcher à ses débuts, Dominique Ané, connu sous son nom d'artiste Dominique A, nous livre le récit sobre et délicat de leurs rencontres souvent manquées, de ce qui a eu lieu et de ce qui aurait pu avoir lieu. Au fil des pages, ce sont les destins croisés de deux chanteurs liés à deux villes voisines, Rennes et Nantes, que nous raconte l'auteur sans enjoliver ou cacher ses sentiments.

  • Ce livre tisse les témoignages de personnes venues un jour ou l'autre vivre en France.
    Issues de l'Europe des années cinquante, rapatriés d'Algérie ou d'Indochine, réfugiés politiques, jeunes migrants africains nés aux abords du vingt-unième siècle, ils prêtent tous leur voix à un chant choral disant le mélange d'espoir, de souffrance, de soulagement, de nostalgie, d'envie, de peur qui constitue le sentiment de l'exilé...
    Cette rhapsodie s'enchâsse ici dans une évocation libre et personnelle du voyage mêlant les figures d'Ulysse, de Julian Jaynes, un psychologue américain aux théories audacieuses, de Jorge-Luis Borges ou encore de Pablo Neruda. Soit, une autre version du voyage, comme on sait le penser dans les pays dits riches et démocratiques.
    Alors, dans cette histoire-là, même si les bancs sont inconfortables pour la nuit, ils montrent des étoiles

    Sur commande
  • C'est l'histoire d'un homme qui a grandi dans un petit village perdu au coeur de la forêt de Brocéliande. Un homme vivant chaque jour de sa vie comme si c'était le dernier. C'est l'histoire d'un homme aux mille facettes, photographe, bâtisseur, voyageur, et surtout amoureux fou de rock'n'roll et de vieilles bagnoles.
    Un chevalier des temps modernes venu secouer au tournant des années soixante et soixante-dix les torpeurs d'une ruralité endormie. Où l'on retrouve les charmes de la campagne bretonne, ses terrains de foot cabossés, ses bistrots où le temps n'existe plus, ses légendes immémoriales, comme le poids de traditions cisaillées par les riffs de Keith Richards ou les coups de baguettes telluriques de Keith Moon. C'est l'histoire (illustrée de photos de concerts millésimées et inédites) d'un homme épris d'émotions fortes et de liberté, disparu prématurément sous l'effet d'un cruel et funeste tour du destin. Et c'est aussi l'histoire d'un enfant qui, grâce à cet homme, devint lui-même épris de musiques, d'émotions fortes et de liberté.

    Sur commande
  • Chaque mort nous fait-il aimer plus encore les vivants qui restent ?
    Strasbourg, 11 décembre 2018.
    Un homme en fuite, le ciel aux hélicoptères et des corps à terre.
    On a tous envie, on a tous besoin, de savoir que tu n'es pas mort comme ça.
    C'est dans les heures, jours et semaines qui ont suivi l'attentat du 11 décembre 2018 à Strasbourg, dans lequel elle a perdu un ami, que Claire Audhuy a senti la nécessité de coucher sur le papier les épigrammes de cinq lignes qui composent ce recueil, entre poésie, journal de bord et récit.

    Sur commande
  • Des vies normales

    Collectif

    Le Microlycée 93 est un établissement scolaire situé en Seine Saint-Denis, qui accueille cinquante jeunes « décrocheurs », âgés de 17 à 25 ans.
    Ces jeunes ont choisi de reprendre leurs études pour passer le baccalauréat. Ils ont tous des parcours sinueux faits de ruptures et de désordres. Et pourtant, ils aspirent à ce que l'on appelle « une vie normale » :
    Avoir un diplôme, trouver sa place dans la société, se (re)construire.
    Durant l'année 2018-2019, à l'occasion des dix ans de l'établissement, élèves et anciens élèves du Microlycée 93 ont rédigé des témoignages à la première personne, au sein d'un atelier d'écriture.
    Ces textes sont livrés à l'état brut dans ce livre, sans retouches.
    Ils sont présentés sous la forme d'un journal intime collectif, qui suit les scansions d'une année scolaire et sociale classique, faite de rendez-vous incontournables et des surprises de l'actualité. On y éprouve, au fil des voix, la confrontation entre des rêveries, des colères, des douleurs, et les injonctions de la société, de la famille et de l'école. Leurs paroles s'entrechoquent et obligent le lecteur, en miroir, à se demander si ces jeunes, que l'on imagine si marginaux, ne seraient pas tout simplement... comme nous tous.
    Ce texte kaléidoscopique se lit comme un journal intime, et comme un recueil de poésie.

  • Des Vosges au mont Koronos en passant par Katmandou, Philippe Lutz raconte comment s'est construit son amour pour la marche, entre territoires de l'enfance et âge adulte.
    Interrogatif face à l'engouement de notre époque pour le voyage à pied, il évoque ses paysages familiers, les gens qu'il rencontre, le plaisir d'inventer son propre chemin, et compose au fil des pages un itinéraire fait de multiples détours.
    Un témoignage singulier, pour un livre tantôt léger, tantôt grave, dans lequel alternent anecdotes touchantes, souvenirs précieux, sensations furtives et pensées profondes...

    Indisponible
  • Habitants de Mulhouse, ville monde aux cent quarante nationalités, Éric Chabauty, Pierre Freyburger et Luc Georges entament avec Sept jours à Calais un long périple qui doit les conduire aux portes de l'Europe où frappent en vain plusieurs dizaines de milliers de personnes fuyant la guerre et les persécutions de la Corne de l'Afrique et du Moyen-Orient.

    Les témoignages qu'ils ont recueillis à Calais, porte de sortie européenne de plus en plus hermétique vers l'Angleterre, soulignent les atermoiements d'une Union Européenne tentée par le repli sur soi. À Calais, ils ont rencontré des migrants revenus du pire, déterminés à rejoindre un monde meilleur malgré l'extrême dénuement dans lequel ils sont confinés. Ils ont aussi mesuré le travail inlassable des citoyens bénévoles qui suppléent des services de l'État défaillants, d'une France qui peine à remplir son devoir du droit d'asile dans une Europe où, sauf rares exceptions, la solidarité des états envers les exilés, n'existe pas.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Rencontrer ses peurs, dépasser ses préjugés... est l'essence même du voyage. Il ne s'agit pas là de tourisme, mais de la seule aventure qui vaille : le voyage intérieur qui mène à la Terre Aimée.

    Sur commande
  • Après nous avoir conté son amour pour la marche et pour les îles grecques, Philippe Lutz nous invite à le suivre au coeur de la France profonde, sur l'ancien chemin de Saint-Guilhem-le-Désert.
    Etape après étape, dans des paysages de matin du monde, il nous emmène à la rencontre de personnages hauts en couleurs. Avec humour et gravité, tendresse et engagement, il nous conte la transformation de notre territoire à travers le temps, la fin de la société rurale, l'opiniâtreté de ceux qui sont restés pour vivre sur la terre qu'ils aiment.
    Un voyage où tout est vrai, mais où le récit finit par devenir une fable et l'itinéraire un chemin initiatique.

    Un livre de dépaysement, à savourer lentement, au rythme d'un voyage à pied.

    Sur commande
  • Francis Kauffmann prend le temps de la rencontre, il ne photographie pas à la sauvette et s'en va, il veut partager une rencontre pour de vrai. Une fillette se balance, photos de vie, quelques personnes dans une ruelle verticale étroite au pied des montagnes, ou aucun touriste ne passera, des femmes qui lui disent au revoir en riant, des cyclistes sur une grande place sous la pluie, les ombres des passagers sur le toit d'un bus avec lui - il voyage avec eux -, un homme voilé de dos qui regarde la mer, si loin du désert, une merveilleuse photo d'un homme devant une vitre embrumée par la buée, comme un portrait résumant tout le pays. Les gens des montagnes et du désert ne changeront jamais ! Et on sent qu'ils ont reçu Francis, l'ont accepté, ont compris sa gentillesse, et ont partagé le thé et les sourires. La photographie, c'est aller à la rencontre. Le voyage marocain de Kauffmann est très précisément cela, une authentique rencontre, un partage chaleureux.
    (Extrait de la préface de Bernard Plossu)

empty