Maelstrom

  • Alors que la crise sanitaire actuelle révèle les profondes inégalités sociales et de santé de nos sociétés, cette publication se fait l'écho du monde de la rue, depuis l'expérience des premiers concernés : des paroles recueillies pendant plusieurs années lors de discussions entre personnes sans abri, travailleurs sociaux, quidams, dans des lieux d'accueils bruxellois. Le mal-logement est une épreuve, une honte, un déni de justice, un échec à faire société : on l'entend dans les discours politiques, dans les bouches des experts, dans celles des travailleurs sociaux. On entend aussi qu'être à la rue serait pour certains un choix de vie, ou qu'à cette situation dramatique on ne pourrait rien changer, tout au plus apporter un peu d'aide : un café, un repas, un lit pour la nuit. Les façons de nommer et de montrer ce phénomène sont multiples, plus souvent le fruit de clichés recyclés que d'une réelle écoute de ceux qui, les premiers, sont concernés par cette situation. C'est ce que tente de faire l'ouvrage Paroles données paroles perdues ? qui assemble des fragments d'espaces de paroles entre personnes sans abri, travailleurs sociaux et quidams. Des réunions pour parler, en contrepoint de l'urgence, de l'appel à l'action. Un travail de sélection et de mise en forme de conversations, réalisé à partir des archives de ces réunions filmées pendant plusieurs années. Le livre donne à saisir ce qui précisément se joue au centre des interactions entre ces acteurs : des enjeux identitaires, professionnels et politiques. L'originalité de l'ouvrage réside dans sa forme, inspirée de celle du glossaire, mais surtout dans les questions qu'il soulève, en prenant pour point de départ la parole des personnes sans abri et mal logées. Paroles données paroles perdues ? fait résonner la voix des personnes qui fréquentent les services de l'aide sociale, pour questionner la place, les limites et les possibilités de leur participation, dans un environnement où survie, mises à distance, violences et illisibilités institutionnelles murent l'horizon.

    Sur commande
  • Sur le chemin alerte

    Moulias Pascale

    Sur commande
  • La voie qui danse

    Yumma Mudra

    « Ce n'est pas dans le monde du spectacle que j'ai trouvé ma danse, mais plutôt dans la retraite. La danse est devenue petit à petit ma divinité. C'est ma dévotion, et dans cette danse, il y a tous les êtres qui m'aident sur ma voie, les aides du passé et du présent. » C'est par cette phrase extraite de l'entretien exclusif qui complète cette réédition de son livre « La Voie qui Danse » que Yumma Mudra illustre comment, à travers de nombreuses péripéties, s'est dessiné, sculpté son chemin de vie, depuis un destin nomade d'enfant prodige, vers l'accomplissement actuel de la Trance Lucid Dance, en compagnie de Raji Chorésophe. Dans la première édition de son autobiographie (chez François Bourin, épuisé), Yumma Mudra fait le récit de sa vie pleine de rebondissements, marquée par la célèbre affiche « j'enlève le haut, j'enlève le bas », et pourtant essentiellement nourrie de retraites spirituelles, de silence et de dévotion. Enrichi d'une préface de la danseuse Monica Roncon, son amie et une de ses plus anciennes élèves du réseau Danza Duende Network, la présente édition complète l'incroyable récit de vie d'une grande artiste, profondément investie dans sa mission de transmettre la Chorésophie : une voie de sagesse par l'expérience intérieure du geste.

    Sur commande
empty