Lux Canada

  • Une fois encore, une dernière fois dans sa vie, Eduardo Galeano s'est engagé dans la jungle du monde pour y chasser des anectodes, petites histoires qui font la grande, qu'il a disposées avec amour et humour dans ce livre-testament.
    Mais pour la première fois, ce porteur de la voix des autres a ajouté à sa mosaïque des fragments de sa propre vie pour confesser, pourquoi il a écrit des livres, lui qui aurait tant aimé être footballeur.
    Ainsi, dans ce livre qu'il nous a laissé avant de nous laisser sans lui, on le voit au milieu des gens qu'il a aimés, de ses lecteurs, de ses contemporains de tous les continents et de toutes les époques.

    Sur commande
  • Ombres d'hommes

    Jim Tully

    Traduit pour la première fois en 1931, ce livre raconte les vies enfermées de ceux qui avaient pourtant tout sacrifié pour être libres d'errer d'un bout à l'autre des États-Unis, les vagabonds des rails.
    Sorte de Décameron des miséreux, Ombres d'hommes décrit les hobos aux prises avec la répression et la violence policière, condamnés aux fers ou au gibet, sans complaisance, sans misérabilisme, et non sans un certain humour noir.

    Sur commande
  • En ces temps de crise, il faut lire et relire cette chronique de l'Amérique de la Grande Dépression.
    Ce livre clé, " d'une critique impitoyable et d'une grande tendresse " (Jorge Semprun), a marqué les esprits dès sa sortie en 1938. Dans un genre littéraire qui lui est propre, qui tient autant du reportage que de la forme romanesque, Pozner observe et décrit un pays, les Etats-Unis, alors en pleine détresse spirituelle et matérielle, mais qui ne cesse de fasciner. Ce peuple, l'auteur en sonde l'âme par un puissant montage de détails : la vie quotidienne de Harlem, les briseurs de grève de l'agence Pinkerton, la guerre des journaux à Chicago, les héros déchus de Hollywood, les grèves violentes dans les mines de Pennsylvanie, John Dos Passos et Waldo Frank, le courrier du coeur et les écrivains publics, le marchand de lacets de Wall Street, les gangsters et les croque-morts...
    Il compose une mosaïque qui renvoie l'image d'un pays où l'énergie le dispute au désespoir, la solidarité à la misère, et où le culte du service et de l'efficacité mène le plus souvent à l'asservissement et au décervelage. Noam Chomsky, dans un entretien, rappelle l'actualité criante de cette époque et de ce livre. Jean-Pierre Faye signe une post-face qui évoque la vie de Pozner et le caractère novateur de son écriture.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Le baron de Lahontan vient en Nouvelle-France, comme officier, dès l'âge de dix-sept ans, pour y refaire la fortune familiale. Il y reste dix ans. De retour en France, il publie avec beaucoup de succès, à partir de 1703, des lettres, des dialogues, et des mémoires dans lesquels il jette avec ironie un regard critique sur les moeurs de la civilisation européenne, à la manière des Lettres persanes de Montesquieu.

    L'oeuvre de Lahontan est un morceau important de la littérature du siècle des Lumières. Elle va notamment inspirer à Jean-Jacques Rousseau le " mythe du bon sauvage". Il met en scène une discussion entre lui-même et un "Sauvage de bon sens" nommé Adario à travers laquelle il démontre la supériorité des sociétés amérindiennes sur la société européenne, en ce qui a trait à plusieurs sujets (la médecine, la religion, l'organisation politique).

    Sur commande
empty