Le Ver A Soie

  • Publié pour la première fois en 1984, Lettres de ma mémoire a constitué le seul témoignage connu en biélorussien du temps de l'URSS sur les conditions de vie dans le ghetto juif de Minsk pendant la Seconde Guerre mondiale, à partir de sa création en 1941 jusqu'à se destruction en 1943. Il s'agit d'un enchaînement de scènes de vie et d'événements, un kaléidoscope de visages et de destins, raconté par une de ses survivantes :

    "Cela ne me rentre pas dans le crâne... Comment était-ce possible ? Désigner tout un quartier pour l'exterminer... Rassembler les gens qui vivaient là, sans exception - des vieux et des enfants -, et les pousser vers des fosses préparées à l'avance. On y jetait les gens vivants... Puis on les arrosait d'essence... Les membres de la Gestapo à qui cela ne suffisait pas continuaient à tirer dans cette masse qui remuait dans la fosse...".

    Hanna Krasnapiorka a rassemblé ses souvenirs dans les années 1970, et retrouvé également des témoignages et journaux intimes, tandis que l'Holocauste était un sujet tabou en Union soviétique. Publié en 1984, le livre se vend en quelques jours avant d'être réédité à plus d'un million d'exemplaires en 1998 dans la revue littéraire soviétique L'Amitié des peuples, touchant particulièrement le milieu juif soviétique. Édité 4 fois en Allemagne, cet ouvrage a inspiré la création du prix allemand Hanna Krasnapiorka qui récompense les promoteurs de la paix entre l'Allemagne et la Biélorussie.

    Sur commande
  • Irrévocable !

    Sorin Dumitrescu

    Malgré les engagements internationaux pris par la Roumanie lors de la ratification de l'Acte constitutif de l'UNESCO et de la Convention sur les privilèges et immunités des Nations Unies, Sorin Dumitrescu, Directeur de la Division des sciences de l'eau de l'Organisation des Nations Unies pour l'Éducation, la Sciences et la Culture (UNESCO), fut retenu dans son pays par le régime dictatorial de Nicolae Ceausescu entre 1976 et 1978 : une période pendant laquelle il fut sujet à une longue série de pressions et de harcèlements. Pour la première fois, et contrairement aux dispositions de l'article VI de l'Acte  constitutif auquel il avait souscrit, un gouvernement membre de l'Organisation « assignait à résidence » un fonctionnaire international dans son pays d'origine, l'empêchant ainsi d'accomplir la mission que lui avait confiée l'UNESCO. Pour la première fois également, le Directeur général de l'UNESCO se trouvait dans l'impossibilité d'assurer son autorité sur un fonctionnaire de l'Organisation, en conformité avec les obligations qui résultaient pour lui de l'engagement qu'il avait souscrit au moment de sa nomination.

    C'est d'abord ce combat acharné contre le régime communiste dictatorial que raconte ce livre. Pendant deux ans, Sorin Dumitrescu va devoir déjouer un à un tous les pièges que lui tend la Securitate. C'est ainsi qu'au fil de situations authentiques qui ne manquent pourtant pas de rappeler les grandes heures du récit d'espionnage, l'auteur déroule sous nos yeux la véritable partie d'échecs qui l'oppose au gouvernement roumain et à Ceausescu  personnellement pour parvenir à sortir de son pays et recouvrer son droit à accomplir ses devoirs de fonctionnaire international. Pourtant, au-delà du récit détaillé des stratégies ubuesques de la dictature roumaine à son égard, c'est aussi à la découverte de l'histoire récente autant que passionnante de l'UNESCO que ce livre nous entraîne. Un livre, dans lequel on ne se lasse pas non plus de découvrir avec étonnement le caractère arbitraire et parfois tout aussi ubuesque des règles auxquelles les demandeurs d'asile pouvaient être confrontés dans la France des années 1980.

empty