Kailash

  • Au Maroc

    Pierre Loti

    • Kailash
    • 15 Septembre 2015
    Sur commande
  • Japoneries d'automne se compose de neufs textes que Pierre Loti a écrit en se référant à son journal intime, tenu pendant son deuxième voyage au Japon en 1885. Il y décrit la société japonaise de l'époque à travers ses rencontres ; un Japon qui vient d'entrer dans la modernité. Loti découvre un pays qu'il ne connaît pas et use de clichés sans complaisances envers la population, à laquelle il reproche de vouloir trop vite prendre les habitudes occidentales. Mais le talent est là, dans ce don à décrire dans les moindres détails, les ors des palais et des cérémonies impériales, la nature et le culte qui lui est rendu. Une "photographie littéraire" du Japon de l'Ère Meiji. Japoneries d'automne boucle la "trilogie" japonaise commencée avec Madame Chrysanthème et La Troisième jeunesse de Madame Prune.

    Sur commande
  • Pierre Loti, n'est plus à présenter. Toutefois ce livre, parmi les moins connus de l'auteur, présente une Inde de la fin du XIXe et tout début XXe d'une manière à la fois nostaligique et moderne. Son oeuvre réunit recueils, romans exotiques, études sur les civilisations de l'Orient et de l'Extrême-Orient, récits de voyages et mémoires.

    L'Inde sans les Anglais a pour cadre l'Inde du Sud au Nord. Loti réussit l'exploit, en pleine colonisation britannique, de faire une abstraction totale des occupants. Il décrit l'Inde, une Inde qui existe toujours aujourd'hui dès que l'on dépasse les clichés de la croissance et de la mondialisation. Paradoxe immuable de ce continent si mystérieux.

    Sur commande

    1 autre édition :

  • Un pèlerin d'Angkor

    Pierre Loti

    • Kailash
    • 16 Février 1997

    A la fin d'une vie de pérégrinations, Pierre Loti réalise son vieux rêve d'enfance : visiter les ruines d'Angkor. Ce journal de son expédition au Cambodge en 1901, décrit avec une rare précision, tant les ruines fameuses d'Angkor Vat et de l'ancienne capitale khmère d'Angkor Thom que le ballet traditionnel cambodgien à la cour du roi.

  • En 1905, du fond de son pavillon des Batignolles, Gustave Le Rouge rêve et reprend le thème du "Tour du monde en 80 jours". Un journaliste britannique sans scrupules se met en travers de la route d'un "gentil planteur français, monsieur Dubreuil. Ce dernier monte une expédition sur les conseils d'un grand lama tibétain, afin de retrouver sa fille enlevée par de diaboliques bandits chinois.

    Sur commande
  • Que va devenir Valmiki, jeune peintre indien découvert par l'impérieuse anglaise Caroline Bell dans un village désolé de la région de Madras ? De Londres à New York, de Paris à Rome, le jeune homme perd peu à peu son âme dans cette existence artificielle et folle des riches milieux artistiques occidentaux. Cependant les tragiques événements de sa vie en Europe l'amèneront à retrouver son pays et le maître de son enfance, sage renonçant qui, le premier, avait reconnu son talent. Possession est le tableau vivant des relations de ces personnalités d'Orient et d'Occident, dans leur attirances et contradictions que nous dessine ici Kamala Markandaya.

    Sur commande
  • Paru en 1905, Sanctuaires et paysages d'Asie décrivent la découverte du Skri-Lanka, de l'Inde et de la Birmanie.
    Dès sa découverte de Ceylan puis de l'Inde, il y a chez Chevrillon une thématique de l'éloignement, de la distance culturelle, surtout lorsqu'on approche de civilisations qui n'ont pas encore été entraînées dans un processus de modernisation coloniale qui consiste pour l'essentiel à les insérer dans l'engrenage des grandes forces mondiales. Chevrillon ne parle pas de " globalisation ", mais il analyse attentivement ce qu'il appelle un mouvement de " généralisation " planétaire dont il n'observe, en fait, que les commencements. De là son empressement à découvrir des cultures qui sont encore lointaines, et qui ont pu développer librement leur singularité.
    /> Sa traversée de l'océan indien, dans son immensité mystérieuse, est comme le prélude à un plus vaste dépaysement, dont Chevrillon se fera le chroniqueur et le poète. Mais l'" éloignement " est aussi synonyme d'une perte des repères culturels, au fur et à mesure que l'on s'enfonce à l'intérieur des terres, et que l'on découvre des civilisations (bouddhistes, hindouistes) devant lesquelles les critères intellectuels européens sont inopérants. Dès lors le voyageur fait l'expérience d'un éloignement de soi sans être sûr pour autant de rencontrer l'autre. De cette position inconfortable peut naître un genre littéraire bien particulier, à la rencontre du récit de voyage et de l'essai philosophique.

    Sur commande
  • De Ceylan, la fascinante, au Sri Lanka de nos jours, sur fond de guerre civile entre Cinghalais et Tamouls, Beach Boy raconte le parcours de Nissanka, un jeune bouddhiste, pauvre mais très rusé, dont le seul capital est sa grande beauté. Prêt à tout pour assurer la survie des siens, il remet ses rêves de bonne fortune entre les mains des étrangers de passage. Jalonné de rencontres avec des personnages hauts en couleur, son chemin va croiser celui d'Éléonore, une Européenne qui, par amour, tentera de changer le cours de sa destinée. Marie-Noëlle Seignolles nous entraîne à la découverte d'un pays à la richesse culturelle foisonnante, d'un peuple attachant tout autant que déchiré: un coin de Paradis avant le Tsunami.
    />

    Sur commande
  • En 1953, Vercors et son épouse se rendent en Chine pour un voyage de deux mois. Durant les deux années qui suivirent, Vercors se refuse à écrire sur ce séjour : «Deux mois passés dans un pays aussi immense, ne donnent pas le droit d'en faire le récit», déclara-t-il. Aux demandes pressantes de ses amis auxquels le couple Vercors ne cesse de raconter ces inoubliables journées, Vercors accepte finalement d'écrire un journal, au jour le jour, de leur voyage. Grâce à lui, cette Chine pleine de promesses nous a entr'ouvert ses portes.

    Sur commande
  • Les dieux rouges

    Jean d' Esme

    • Kailash
    • 28 Mai 2001

    Les Dieux Rouges est à la fois un grand roman d'aventures et de science-fiction. Dans la pénombre d'une fumerie d'opium dans la ville chinoise de Cholon, près de Saïgon, Pierre de Lursac raconte sa formidable aventure avant de se tirer une balle dans la tête. Délire d'un esprit torturé, saturé de fumée bleue ? Et pourtant, le ton, les détails et les personnages sonnent si vrai, et puis cette fin tragique et cette main, ce cadeau macabre que Lusac laisse comme une preuve à la fin de son récit : Il était une fois, un jeune homme plein de vie nommé au fin fond du pays moï inconnu pour commander le poste 32, isolé au pied du mont Pou-Khas.

    Sur commande
  • Au sommaire de ce 4e numéro : le carnet de mémoires du marin Augustin Vignaux (de 1867 à 1893), Un journaliste turc en France (1891), Notes de voyage de Félix Mormand dans la province de Constantine (1849), Paris-Pôle Nord, Mongolie été 2000, Tokyo express, Récits d'une musicienne en Chine, Décalages horaires (poèmes), Bibliothèque exotique.

    Sur commande
  • Retour a jaffna

    France Jean-Paul

    • Kailash
    • 1 Janvier 2019
    Sur commande
  • "Ce livre est à lire en priorité : passionnant de la première à la dernière page." D.A. Infos.

    "C'est un étonnant document, et une formidable leçon de tolérance." Marie-France.

    "Le Margousier est pareil à une sorte de miroir vibrant et chatoyant, infiniment sensible où se reflète la vie d'une petite communauté du Sud de l'Inde." Le Journal de Genève.

    "Les héros de ce récit sont présentés sur le ton de la conversation dans un style direct et dépouillé avec une sympathie profonde, un amour vrai, une sincérité totale". Le Soir.

    "Le Margousier... c'est d'abord un ton : rapide, cocasse, à la fois dépouillé et littéraire, bref un style". L'Evénement du Jeudi.

    "Sans trémolos ni goût du mélodrame. Mais avec beaucoup de tendresse et de complicité. L'écriture se coule adroitement dans le creuset du langage parlé sans que cela sonne jamais faux ni ne compromette la pudeur, la dignité du récit". Le Soir.

    Sur commande
  • Sao tiampa, epouse laotienne

    Collectif

    • Kailash
    • 25 Septembre 2000
    Sur commande
  • Dans l'Inde du Sud qu'il visita une dernière fois en 1901, Maurice Maindron donne dans ce premier volume une vision de naturaliste et d'archéologue qui rapporte fidèlement ses observations sur la nature et les hommes qu'il rencontre. À Vellore, à l'intérieur de l'enceinte crénelée, il évoque le destin des veuves de Tippou Sultan qui vivaient cloîtrées jusqu'à leur mort.

    Sur commande
  • Il était une fois, dans un royaume imaginaire, perdu aux confins de l'Inde et du Tibet, le royaume de l'Hadj. C'est ainsi que tout commence dans ce roman d'aventures. Pierre Boussel nous entraîne dans une aventure à la manière d'un conte. La disgrâce de la sultane Singha provoque son exil dans la vallée du Jambashee où elle fait la découverte d'un monastère assurant sa survie par l'extraction du minerai le plus précieux : le rubis.

    1 autre édition :

  • Survivance

    Pierre Boussel

    • Kailash
    • 25 Août 2006

    Survivance est né d'un voyage en Afrique, au Rwanda, à l'époque où le pays était en pleine dérive génocidaire. Une nuit de combat à Kigali, Pierre Boussel, rencontre un réfugié qui lui dit : "Ils massacrent tout le monde. Moi, si je devais sauver quelqu'un, ce ne serait pas un homme, mais un singe". De retour en France, l'auteur se remémore cette phrase, irréelle s'il en est. Le roman met en scène des personnages inattendus, des bonobos - espèce rare de chimpanzés découverte au xxe siècle qui partage près de 98 % du patrimoine génétique de l'homme et présente une similitude comportementale surprenante - et des hommes qui surnagent tant bien que mal dans le fil des événements, entre tendresse et colère, dégoût et espérance. Pierre Boussel s'est inspiré de ses rencontres au Rwanda pour construire un roman d'aventure palpitant. Il a consacré six années à écrire Survivance pour trouver le ton juste et restituer l'ampleur de ce drame de l'humanité.

    Sur commande
  • La reunion

    Vailland/Petr

    • Kailash
    • 16 Juin 1998

    Roger Vailland est un plaisant voyageur. Aux ruines, aux musées, aux statues, il a toujours préféré les alcools forts et les belles de nuit. Sur l'île de la Réunion, sur cette île qui ressemble à un oeuf, il traque le plaisir, poursuit le concret, le singulier, le vivant. Sitôt arrivé à Saint-Denis, il part en quête de la belle créole qui connaît le secret des baisers savants et qui, en lui ouvrant son coeur, l'initiera à la créolité. Et, quand il visite, au centre de l'île, le volcan, le mortifère Enclos, c'est encore de la vie qu'il cherche sur le minerai nu, et qu'il trouve, sous la forme de mousses et de lichens cachés dans des fissures de laves. Roger Vailland n'aura jamais voyagé, n'aura jamais écrit que pour tuer l'ennui, chasser et attraper le bonheur.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Se revoir à zanzibar est le roman le plus mystérieux de frédéric marinacce.
    On retrouve son héros, l'écrivain fabrice sinibaldi. mais l'homme n'est plus le même. son destin vient de bouger. la mort de son vieil oncle, un acteur d'autrefois, le rend orphelin au monde. du coup, le lecteur plonge dans le passé d'un voyageur plus solitaire et plus attachant que jamais. un homme qui a perdu la mémoire des plaisirs. se revoir à zanzibar est un long travelling sur la nostalgie des miroirs.
    C'est aussi une merveilleuse histoire d'amour avec ses arabesques et ses entrelacs de sens.

    Sur commande
empty