Helice Helas

  • Dans le Paris défiguré et euphorique de 1919, en pleine Conférence pour la Paix, la figure de l'économiste John Maynard Keynes traverse les débâcles diplomatiques alors qu'il songe à l'écriture de son ouvrage majeur, Les Conséquences économiques de la Paix.

    Sous son regard et son analyse lucide, alors que vainqueurs et vaincus tentent de composer une paix durable, l'espoir laisse place progressivement à la crainte qu'après avoir finalement gagné la guerre, les alliés vont perdre la paix.

    Volodia, un jeune interprète franco-russe ayant connu Keynes pendant la Conférence, entreprend la démarche de rencontrer sa veuve, Lydia, quelques trente ans après. En plongeant dans ses souvenirs, dans les carnets intimes de John Maynard et les récits de sa femme, il met en relief la double histoire d'un homme multiple, tiraillé entre ses passions, son devoir pour la couronne britannique et son soucis d'arbitrage des opprimés et des marginalisés, et d'une époque tragique, terreau fertile des conflits à venir.

    Sur commande
  • Grand nord Nouv.

    Fasciné par la géographie si singulière du Groenland et par les étendues glacées de l'inlandsis, la calotte glaciaire qui recouvre la quasi-totalité de l'île, dont les cartes portent encore, à certains endroits, la mention "unexplored", Frédéric Roussel a eu envie de raconter une histoire géographique, une histoire de cartes, l'histoire d'une carte en train de se faire, et de son protagoniste, un géographe-explorateur condamné à endurer la solitude de ces espaces désolés, et confronté à la folie qui menace, impitoyablement, les aventuriers lorsqu'ils sont exposés à l'isolement complet.

  • Dix récits contemporains au coeur du monde et pourtant à l'écart. Leur héros ou leur héroïne marche généralement, parfois prend l'avion, un téléphérique ou un vélo, fait le tour du monde, Afrique Asie, ou simplement une vallée des Alpes, toujours dans l'immensité et le vide.

    Sur commande
  • « Hegel fait quelque part cette remarque que tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d'ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce. » Karl Marx « Morgarten d'Alain Freudiger, publié par Hélice Hélas, est un «récit d'anticipation» qui célèbre à sa façon le 700e anniversaire de la victoire des Suisses sur les soldats du duc Léopold 1er d'Autriche.
    (.) On le lit d'un trait, au roulement du tambour textuel qu'Alain Freudiger mène en faisant monter une certaine tension et souffler le solennel et l'humour pince-sans-rire sur les lieux de la bataille. Où l'on constate que si la victoire a eu lieu en 1315, la lutte n'est pas finie, et elle continue à opposer les petits et les grands, jadis les paysans contre l'armée du duc, aujourd'hui les «gens ordinaires» contre les dirigeants. L'appel ayant circulé dans les bistros et réseaux sociaux, voilà rassemblés «les locataires expulsés, les préretraités licenciés, les requérants déboutés, les savants ignorés. Ils étaient là à flanc de coteau, les vieillards à canne, et les femmes de ménage, ils s'étaient déplacés jusqu'ici, les assistés, les drogués, les sans-papiers. Ils avaient convergé, les perdants du taux de change, les corvéables du service, les bouseux immobiles, les stagiaires perpétuels».
    De fait, si l'auteur commémore quelque chose, c'est aussi (et peut-être surtout) un nécessaire esprit de rébellion en tendant des perches d'un humour joliment irrévérencieux et reconnaissant, c'est selon. » Elisabeth Vust (viceversalitterature.ch)

empty