Gerard Louis

  • Les Macaronis ont mis les pieds en Lorraine pour creuser dans les mines, casser des cailloux ou bâtir des maisons. Beaucoup ont été tués par le travail avant d'avoir revu leur chère Italie.
    Durant le vingtième siècle, théâtre des pires abominations, la France a vu arriver des cohortes de «Polaks» et de «Ritals» pour faire tourner sa sidérurgie en plein essor. Ce furent alors de beaux destins fracassés sur l'autel du redressement industriel ou emportés dans la tourmente de conflits mondiaux qui, ici plus qu'ailleurs, ont dévasté un pays à l'esprit déjà européen.
    Les Gelli, Donatelli ou Peduzzi, ces pauvres gens venus d'Italie ont donné naissance à des générations de «loups», estampillés rouges, qui ont construit et changé l'image de notre société pour le meilleur et pour le pire.

    Sur commande
  • Débarquer

    Eve Chambrot

    « Le bateau est un monde en soi, reclus. L'instruction, la culture, autant de luxes qui ne nous arrivaient, nous gens d'à-bord que par bribes. Le grand-père Kléber t'avait envoyé à l'école communale à chaque fois que le bateau avait été immobilisé.
    Tu étais toujours de passage, trop grand par rapport aux autres, ignorant de leurs rites. Tu te bagarrais souvent et les instituteurs disaient «C'est un petit dur...» À treize ans, tu conduisais le bateau de ton père, tu aurais aimé que tes anciens camarades te voient, debout devant le macaron, commandant à un monstre de tôle long comme quatre salles de classe».
    Puis le temps a suivi son cours... au fil de l'eau...
    Et, bien des années plus tard, la vitesse s'est imposée, le fret est passé sur le bitume ; il t'a fallu débarquer et emporter les souvenirs d'une vie passée à flotter hors du temps.
    Aujourd'hui, les péniches ont pratiquement disparu des canaux ombragés, emportant aussi dans leur sillage les rêves de ceux d'à-terre.

    Sur commande
empty