Editoo.com

  • En 1711, le corsaire René Duguay-Trouin organise une flotte de dix-sept vaisseaux de guerre, des voiliers, sous les ordres du Roi Louis XIV. Objectif : prendre la ville de Rio-Janeiro aux Portugais.
    Ce récit authentique est tiré des notes manuscrites de Jean du Plessis de Parseau, élève officier de marine, embarqué sur le navire amiral, le Lys.
    Cette épopée qui fourmille de détails dépeint d'une façon particulièrement vivante la vie des marins et des militaires au début du XVIIIème siècle.
    Pour le lecteur attentif, les remarques pertinentes et osées de ce jeune officier coïncident étrangement avec la naissance d'un humanisme qui va s'ouvrir sur un puissant mouvement d'idées : le siècle des Lumières.
    La campagne de Rio-Janeiro a eu lieu alors que Voltaire avait 17 ans, Montesquieu 22, Rousseau venant au monde en 1712 et Diderot un an plus tard.

    Dès son plus jeune âge, Michel Escorbiac est fasciné par l'immensité de l'univers marin. Les circonstances familiales et politiques, consécutives à la défaite de juin 1940, bouleversent ses projets. Néanmoins, il met à profit un exil dans un village du Pays Basque pour découvrir dans la bibliothèque de la maison de campagne, les écrits d'un aïeul professeur d'histoire et de littérature à l'École Navale. Son intérêt pour la marine s'accroît de plus en plus. Mais, il doit se résigner à faire profession dans l'agronomie et dans la zoologie. Il est heureusement habité par une triple passion intangible : l'exercice de la poésie classique, une pétulante marotte pour l'écriture et une dévotion solidement chevillée pour la défense intransigeante de l'idéal séculaire français : liberté - égalité - fraternité.

  • Qu'est-ce qui se passe quand on apporte des « graines de bois » aux bords du Mékong ? Rien, diront les raisonnables, attendons de voir diront les plus
    curieux...
    La réponse est peut-être dans le récit de Magali Petitmengin qui a
    fait sienne le devise de La Rochefoucauld :
    « Qui vit sans folie n'est pas si sage qu'il croit » A travers l'association SIPAR , créée avec tous ceux qui l'ont rejointe depuis1979, elle a lié son destin à celui des Cambodgiens en France, dans les camps de réfugiés de Thaïlande et au Cambodge. C'est cette aventure partagée que vous conte ce livre écrit avec Bernadette Chaventon et Marie-José Cronel.

empty