Do Bentzinger

  • « Pourquoi chercher plus loin... tel est le titre raccrocheur de courts métrages présentés actuellement...
    Ces 'magazines télévisés' présentent avec des moyens modernes - des drones - les richesses naturelles, culturelles de nos régions ».
    Pour pouvoir accéder aux patrimoines connus ou inconnus de nos beaux villages, un livre dans la poche ou dans le sac au dos est-il devenu un support médiatique désuet, suranné ?
    Que de curiosités à dénicher aux cours de ballades à travers le Pays du Canal de la Bruche ! Que de maisons ancestrales, d'anciens châteaux et moulins, de vieilles églises - qui racontent à leur manière une page de notre histoire - à voir dans ce pays ! Que de possibilités de rencontres avec les acteurs qui mettent en « scène » ce pays de vignerons et d'agriculteurs, de résidents qui entretiennent, restaurent les legs, témoins esthétiques de l'art de construction de nos anciens !
    Bref, que d'occasions plaisantes à ne pas rater, mais à déguster sans modération... lors de vos futures promenades - de Strasbourg à Soultz-les-Bains - le long de l'ancien Canal de la Bruche. Plus de trois cents ans après sa réalisation, l'ouvrage de Vauban peut être « revisité » sur ses rives en suivant l'itinéraire piétonnier et cyclable, créé en 1987 par le Conseil Général du Bas-Rhin.

    Sur commande
  • Tout commence en septembre 1959. L'auteur quitte sa Corse natale pour se lancer dans l'aventure. Il choisit d'être radio dans la Marine. Dès l'âge de 18 ans il se retrouve en Algérie, ensuite embarque sur les sous-marins. L'heure de quitter la Royale venue le reclassement se fait en Marine Marchande comme formateur puis comme capitaine de vedettes à passagers à Bonifacio, à Porto-Vecchio... Plus tard il se retrouve Conseiller Technique Maritime du Directeur Général de la Douane de Côte d'Ivoire.
    Il prend ensuite le commandement d'un petit cargo au Bénin puis part à Fort de France comme conseiller technique d'une petite compagnie de vedettes à passagers. Ensuite ce sera le commandement d'un cargo au Gabon puis celui d'une vedette hydrographique à Kourou pour terminer enfin par une retraite bien méritée.

  • Point n'est besoin de parcourir de grandes distances pour se familiariser avec la diversité des roches de la planète ou avec l'histoire géologique de l'Alsace. Une promenade à travers les rues de Strasbourg, à la rencontre des monuments et des façades des maisons, offre ample matière pour solliciter notre regard et satisfaire notre curiosité. Pour qui sait prendre le temps d'observer le grain, la couleur, la structure d'une pierre, en retire une foule d'informations sur son origine, son histoire, sa place dans la chronique des événements qui ont fait l'Alsace, l'Europe, la planète au fil des millions d'années. Ressurgit alors la signature des mers, des déserts ou des steppes depuis longtemps disparus. La variété des pierres recensées propose une leçon de géologie à domicile.

    Rue après rue, de pierre en pierre, le cheminement allie l'agrément de la flânerie au plaisir de la découverte. Une opportunité pour redécouvrir la profondeur du temps.

  • Nous sommes trois millions d'expatriés français, partis dans tous les pays de la planète.

    Ceux qui rêvent d'aventure, qui se demandent de quoi est faite la vie d'un expatrié, qui se posent la question de savoir ce que signifie la mondialisation, qui se demandent si l'expatrié parti depuis quinze ans a encore sa région d'origine ancrée dans son coeur, qui ne pensent pas qu'il soit possible de partir sans un diplôme d'ingénieur ou sans être trilingue, vont être surpris !

    Savez-vous ce que sont devenus les descendants des colons allemands partis sur la Volga au XVIIIème siècle ? Que sont devenus certains malgré-nous restés en Sibérie ? Savez-vous d'où provient le fer qui a permis de construire votre voiture ? Connaissez-vous les dessous du Pfifferdaj de Ribeauvillé ? Savez-vous qui est Dongfeng, la société qui a racheté Peugeot ? Comment pouvez-vous travailler en milieu corrompu ? À quelles religions, quels dieux et à quelles cultures devrez-vous montrer du respect ? Et non, les destinations des expatriés ne sont pas celles de vos vacances, mais alors où sont-ils ? Et, dans ce contexte, pourquoi l'Alsace ne peut pas être rattachée à la Lorraine ou aux Ardennes ?

    Les réponses sont dans ce livre.

    Un expatrié n'est ni un colon, ni un missionnaire. Il ne part ni avec un sabre pour coloniser, ni avec une bible pour convertir. C'est un immigré, c'est à lui de s'adapter là où il va, que ce soit le Sahara, la Sibérie, ou les deux. Toutefois, il garde son jugement, car c'est la raison première pour laquelle on l'emploi. Au final, s'il est parti, c'est pour travailler, et bien souvent dans des endroits où le sens des mots «droit du travail» est très diffèrent qu'en France. Dans de très nombreux pays, «pas de travail» équivaut à «pas de visa». C'est ainsi pour la Chine, la Russie, la Malaisie, mais aussi le Canada, l'Australie, les USA... Sans travail, l'expatrié n'aura alors souvent que d'autres choix que de rentrer, la larme à l'oeil, ou de repartir, encore plus loin.

    Car si nous partons, c'est aussi pour l'aventure.

  • Vagabond dans l'âme épris de liberté, son rêve de voyage a vélo autour de la terre se concrétise enfin.
    Partir vivre en mouvement, pour ne s'attacher a rien. Ne plus se projeter et s'efforcer de ne vivre que l'instant. Vivre en plein air aussi, afin de se livrer à la nature et retrouver le lien qui nous unit à la terre- mère. " Le vrai aventurier repart à zéro chaque matin. " Ce carnet de voyage à l'état brut délivre inexorablement, à la manière d'une intraveineuse, sa charge d'émotions. Il communique progressivement au lecteur l'extraordinaire énergie qui pousse toujours plus loin cet insatiable sportif qui repousse sans cesse les limites de son corps, et fait vivre de l'intérieur les états d'âme aussi divers qu'exacerbés d'un chercheur d'absolu.
    Enfin, il livre en bloc et sans pudeur son lot d'expériences de tout poil, racontées tantôt sur le ton de la dérision, tantôt avec philosophie ou encore poésie. " La vie est comme une boite vide qui nous est offerte à la naissance. " Libre alors à chacun de la garder vide ou de la remplir avec ce qu'il veut. " Le monde n'est que le reflet de se qu'on lui offre. " Le message qui émane de ce récit est profondément positi

empty