Denoel

  • « Du haut de ce grand mur rigoriste, dont la dalle usée et tiède rend la promenade agréable sous le pied, je prends plaisir à regarder les toits pointus, légers, sombres, hypnotiques et presque ondoyants, puisque vue d'ici la ville intérieure ressemble à une petite mer du Nord sous force quatre, qu'un simple mouvement de bras d'un Moïse bouddhiste suffirait à écarter ou à faire disparaître.
    Disparaître. Toujours ce sentiment à peine voilé, cette impression que rien n'existe vraiment, que tout ce qui enferme d'habitude, un temple, cette muraille, la ville entière, certains de ses habitants, pourrait fort bien se faire effacer par la première brume venue, ou qu'il suffirait de se retourner trop vite pour ne plus trouver qu'un désert de sable derrière soi. »

  • « On y cultive le meilleur thé de Chine - le Longjing cha -, que les gens d'ici vous préparent au bord du chemin et au moindre prétexte, en attrapant directement l'eau du ciel à la louche, pour la faire chauffer juste à point dans de grosses bouilloires en fer-blanc bosselé, dont le couvercle est toujours voilé et le cul noirci. Lorsqu'il pleut légèrement comme aujourd'hui, la bruine et les brumes tièdes rincent cette nature débordante et rendent son vert plus puissant encore. La ville quant à elle disparaît dans son bain de vapeur, et ce lac dont on ne distingue presque plus les rives et ses temples insulaires s'évanouit en silence dans tous les gris du monde. » Un carnet de route chinois où les paysages traversés, de Pékin au Tibet en passant par la frontière mongole, sont autant d'étapes d'une découverte de soi. Un texte où la poésie s'allie à une lucidité malicieuse et où la Chine contemporaine apparaît dans son intime complexité. La révélation d'un écrivain attentif aux métamorphoses de la vie, aux nuances du paysage, du ciel, de la rue et de la relation amoureuse.

  • «Ce livre raconte la passion d'un homme - l'auteur - pour le monde arctique. La neige, la glace, le vent, la solitude gelée, les ours polaires, les renards blancs, les morses, les phoques... à travers ses voyages sur différents bateaux dans cette région, l'une des dernières à l'état sauvage de notre terre.
    Ce sont aussi ses rencontres avec d'autres passagers de ces navires, scientifiques ou Inuits vivant dans ces déserts blancs parmi les icebergs et cette banquise qui, peu à peu, disparaît.
    Le Groenland, le Svalbard (Spitzberg)... Pourquoi et comment? Le pôle Nord fascine toujours. Si certains de ses pionniers vivent encore, beaucoup d'autres sont morts et leurs vaines et souvent tragiques tentatives parsèment ce récit...
    Là-bas (ou là-haut puisqu'il s'agit du Nord du Nord) on peut faire le tour de la Terre rien qu'en pivotant.
    Plus de points cardinaux pour s'y raccrocher.
    Là-haut, il n'y a plus de saisons.
    Mais cet univers si particulier est en train - paraît-il - de changer rapidement. Alors il faut en profiter tant qu'il existe.
    Sinon, il ne nous restera plus que les mots pour rêver. Déjà les empires internationaux s'en emparent et le dénaturent.»

    Sur commande
  • Un étroit plateau désertique au sommet d'une haute falaise face aux démoniaques et imprévisibles tempêtes de l'océan glaciaire Arctique.
    Le point le plus extrême au nord de l'Europe. Plus loin, il n'y a que la banquise du pôle Nord ! Au nord du monde raconte comment tous les jours, depuis plus d'un siècle, les navires de l'Hurtigruten (prononcez Ourtigroutenne) - l'Express côtier -, créé au XIXe siècle, relient, depuis Bergen, la Norvège à son nord du Nord, visitant les villes et villages de pêcheurs oubliés, contournant ce redoutable et redouté cap Nord jusqu'à Kirkenes, à la frontière russe, sur la mer de Barents.
    Nous sommes très loin des croisières organisées sur des paquebots blancs immaculés et aseptisés. Ici, pas d'" activités dirigées " à bord, de casinos ou de palaces flottants, de tenue de soirée. On vient comme on est. Un voyage nature, sans chichis ni fanfreluches, qui permet de se retrouver seul face à son existence parfois cabossée. Une sorte de " monastère maritime ", où chacun cabote entre les écueils de sa vie ou de celles et de ceux qui vous entourent.

  • Depuis maintenant plus de trente ans, Érick Surcouf sillonne les océans de la planète pour localiser les îles au trésor où sont enterrées, parfois immergées, des richesses plus fabuleuses les unes que les autres. Aujourd'hui, fort de sa longue expérience, il a décidé de partager les informations qu'il a collectées sur plusieurs îles remarquables. Ce conteur-né donne à lire ici une quinzaine de récits, tous passionnants, sur les trésors, qu'il s'agisse des aventures de leur propriétaire ou de la quête effrénée qu'ils ont pu susciter.
    Certaines îles sont connues (La Réunion, Ocracoke ou Cocos) quand d'autres demandent encore à être explorées, comme l'île du Cygne dans la mer des Antilles ou les îles Coiba et del Caño au large de l'Amérique centrale. Quelques-unes sont des lieux de pèlerinage pour tout explorateur qui se respecte, à l'image de l'île du Chêne au Canada. Toutes ont été le théâtre d'événements captivants qu'Érick Surcouf raconte par le menu.
    "Il y a tant de mystères à percer sur les îles au trésor. À condition d'accepter de se jeter dans l'aventure, ils sont à la portée de tous. Il suffit d'un peu d'ingéniosité, de beaucoup de détermination et surtout de laisser ses rêves prendre les commandes. Puisse ce livre vous décider à vous lancer, comme moi, sur la piste des trésors. Il n'y a pas de plus belle vie".

    Sur commande
empty