Chronique


  • le monde entier connaît le nom de deauville.
    que ce soit pour une promenade sur les planches, un week-end en amoureux ou des vacances en famille, l'envie de risquer quelques euros dans une machine à sous ou sur le nom du gagnant du grand prix sur l'hippodrome, nous avons toujours, en toute saison, une bonne raison d'y aller, puis d'y retourner. l'histoire de deauville est associée aussi à ceux qui, depuis près d'un siècle et demi, ont contribué, chacun à sa manière, à transformer un coteau et un marais en royaume de l'élégance.
    ils s'appellent le duc de morny, désiré le hoc, eugène cornuché, robert fossorier, michel d'ornano, anne d'ornano, philippe augier. deauville, c'est aussi le normandy, le royal, le golf, et un casino devenu l'un des premiers de france. leurs enseignes sont associées à celle du groupe lucien-barrière, dont 'histoire est une saga familiale. elle débute avec françois andré, le fils d'un paysan ardéchois consacré empereur des jeux, au temps des années folles.
    trente ans après, lucien barrière, son neveu, lui succède pour consolider et développer cette station balnéaire, et en faire un symbole de l'art de vivre à la française. en 1990, diane barrière- desseigne succède à son père et poursuit sa politique de rénovation et d'investissement. aujourd'hui, dominique desseigne, aux commandes depuis 1997, développe l'entreprise en conciliant tradition et avenir.
    l'histoire de deauville est liée également à des manifestations incontournables, comme le festival du film américain, et celui du film asiatique, ainsi qu'un rendez-vous de toutes les musiques, swing in deauville. l'histoire de deauville, c'est enfin celle de personnalités du xxe siècle qui ont, un jour ou l'autre, laissé leurs empreintes dans le sable de la plage fleurie : sacha guitry, winston churchill, andré citroën, alphonse xiii d'espagne, mistinguett, marcel pagnol, brigitte bardot, gunther sachs, claude lelouch, philippe bouvard.
    sans oublier les propriétaires de chevaux de course ou les mécènes, comme ralph strassburger. chronique de deauville vous raconte toutes ces histoires au jour le jour, année par année. leur lecture ne manquera pas de réveiller dans un recoin de votre mémoire olfactive des journées en maillot ou en ciré, le parfum d'un bouquet de crevettes fraîchement pêchées, celui du cornet de glace que vous tend, avec le sourire, un marchand ambulant faussement italien, ou l'image de chevaux semblant galoper à marée basse vers le soleil couchant, sur fond de chabadabada.


empty