Castor Astral

  • Treize hommes et treize femmes (d'Anna à Yolande, de Ben à Zach), de tous âges et de toutes origines, sont pris dans la nasse d'un chassé-croisé complexe. Dans les soixante-dix-huit épisodes, tous à forte connotation (hétéro) sexuelle, il est écrit que rien ne sera épargné au lecteur.

  • Initialement intitulé Notes d'un musicien en voyage, ce livre est un témoignage exceptionnel d'un des plus grands compositeurs européens de son temps parti à la découverte de l'Amérique. En 1876, criblé de dettes, Jacques Offenbach accepte de réaliser une tournée en Amérique. Commence alors une série de concerts de quatre mois, allant de New York à Philadelphie. Avec une liberté de ton et une fascination pour son sujet, Jacques Offenbach détaille la traversée, les villes américaines, l'apparition de la réclame, les femmes du pays, les théâtres de New York... Porté par une prose fraîche et vivante, Offenbach se révèle ici un portraitiste de la société américaine inattendu.

    Sur commande
  • En 1888, Piotr Illitch Tchaïkovsky (1840-1893) effectue une tournée qui le mène de Leipzig, Hambourg, Berlin, Prague, jusqu'à Paris et Londres. Ce texte qui raconte ce périple nous fait rencontrer au quotidien les compositeurs Johannes Brahms, Edvard Grieg, Ferruccio Busoni et les célèbres chefs d'orchestre Arthur Nikisch et Hans von Bülow, le caractère autobiographique de cet écrit lui conférant toute sa saveur. Tchaïkovsky s'y dépeint avec une rare franchise. Ce récit irremplaçable est suivi d'un choix de critiques que Tchaïkovsky publia de 1872 à 1876, sur la musique à Moscou, mais aussi sur Mikhaïl Glinka, Hector Berlioz, Ambroise Thomas ou Richard Wagner, toutes inédites en France. 

    Sur commande
  • Le 1er avril 1999 est né le Nunavut, un État grand comme quatre fois la France et peuplé de 200 000 habitants seulement. Le Nunavut est la terre des Inuits, ces habitants du Grand Nord que nous appelons les Eskimos et dont les coutumes ne cessent de nous surprendre. L'ensemble se construit autour d'une correspondance. Lui part pour oublier un drame intime. Elle tente de lui faire retrouver le chemin du retour. Le résultat est un récit émouvant, puissant, où texte et vidéogrammes se rencontrent et se renforcent pour parler de la vie, de cet oubli nécessaire qui triomphe de tout.

    Sur commande
  • Le 22 août 1878, Sarah Bernhardt désire monter dans un de ces extraordinaires ballons développés dans le cadre de l'Exposition Universelle de Paris. À l'époque, la comédienne fait jaser en raison de son comportement de femme libérée. Le ballon est alors considéré comme un transport dangereux, et la jeune artiste comme une extravagante.
    Ce 22 août 1878, Sarah Bernhardt prend tout le monde à rebours et s'envole dans les nuages accompagnée de son amant, le peintre Georges Perrin : « Voilà : j'ai une envie folle de voyager, de voir autre chose, de respirer un autre air, de voir des ciels moins bas que le nôtre, des arbres plus grands, autre chose enfin ! » Avec ce récit, rédigé dès le lendemain de son exploration aérienne, c'est le lecteur que Sarah Bernhardt prend à rebours. Toujours aussi originale, la comédienne n'hésite pas à se mettre en scène sous la forme d'une pauvre chaise. C'est ainsi un objet des plus terre à terre qui livre au lecteur amusé les souvenirs de cette folle journée. Oscillant entre poésie des nuages et description pratique de l'engin, Sarah Bernhardt nous convie à goûter le champagne et le foie gras que les voyageurs ont pris soin d'emporter, planant entre la terre et l'azur, côtoyant les hirondelles. Car il s'agit bien d'un moment unique, festif et féerique qui est donné à partager. Après la jubilation de ce séjour presque irréel, le récit s'assombrit par un étonnant et macabre épisode. Il rappelle au lecteur que la vie n'est au fond qu'une tragédie, une scène de théâtre où la mort a toujours un rôle à jouer. Une vanité. Talentueux et jouissif, ce texte dévoile entre les lignes les pensées, les humeurs et par certains côtés le caractère de cette immense actrice qui continue de marquer l'art et le théâtre français. L'ouvrage est agrémenté de gravures de collection consacrées aux ballons.

    Édition présentée par Philippe Foubert, avec des gravures d'époque.

    Sur commande
  • Le livre des 30 ans de l'Atelier imaginaire À la suite des ouvrages Le Livre d'où je viens (2014), Lignes de vie (2015), Lignes de coeur (2016) et Le livre invisible (2017), Le Castor Astral réitère son partenariat avec l'Atelier Imaginaire.
    Dans cet opus, Guy Rouquet recueille les témoignages des écrivains francophones qui ont reçu le prix Prométhée de la nouvelle et le prix de poésie Max-Pol Fouchet entre 1982 et 2011.

    Sur commande
  • De la fin mai à l'automne 1954, Georges et Tigy Simenon accomplissent un périple en Méditerranée à bord de l'Araldo, un voilier italien à deux mâts comprenant six hommes d'équipage.
    Au gré de cette croisière, le bateau fait escale à San Remo, Gênes, Il Cavo, Naples, Messine, Syracuse, Malte, Athènes, Tunis, Bizerte, Cagliari et Arbatax. A bord, Simenon s'imprègne de vent, d'eau, de visages et nous offre un modèle de géographie sentimentale. Simenon navigateur ne peut certes s'empêcher d'écrire deux romans, mais tient aussi un journal de croisière. Telle est sa manière de fuir les chimères de la capitale.
    Il veut rencontrer les hommes et les paysages, éprouver jusqu'au vertige les fondements de la condition humaine. Sous le faux-semblant du pittoresque, il s'émeut du chant des guitares, de la vie de l'équipage, des heures creuses à contempler la face étincelante de la mer. Le soir venu, il descend dans les coupe-gorge, écoute des histoires de marins et court les femmes aux yeux brillant de poésie élémentaire.
    Surtout, derrière les apparences, Georges Simenon mesure la grandeur tragique de la civilisation méditerranéenne et traque la vérité nue par la photographie. Les clichés inédits qui accompagnent ce journal révèlent à la fois la qualité d'un regard et l'immense respect d'un écrivain pour la dignité de l'homme.

    Sur commande
  • Sur commande
empty