Cap Bear

  • Son combat face au fascisme, face au franquisme...
    Félix Pérez Garrido alias « Sebastián » est l'homme d'une vie de conviction et d'engagement.
    En 1936, ce jeune officier Républicain combat les franquistes, ensuite en exil, il rallie Moscou et comme partisan traque les Nazis en Europe centrale. À la fin de la seconde guerre mondiale, il revient clandestinement en Espagne, pour poursuivre sa lutte contre les fascistes et Franco. Durant cette période il sera garde du corps de la « Pasionaria » et collaborateur de Santiago Carrillo.
    En 1977, il voit enfin le retour de la démocratie dans son Espagne natale. Si les illusions du jeune officier Républicain disparaissent, au cours de l'Histoire, face à l'ambiguïté des politiques ; son désir de liberté et de justice pour le genre humain reste aujourd'hui toujours intact, tel un message d'espoir offert aux générations futures.
    Ce témoignage exceptionnel intéressera les amateurs d'Histoire et touchera le coeur de ceux toujours marqués par l'épisode tragique du franquisme...
    Découvrez la passionnante biographie d'un homme épris de liberté et resté fidèle à ses convictions.
    EXTRAIT
    De temps à autre, un événement plus extraordinaire se produisait, qui mobilisait tous ceux qui étaient engagés dans ce mouvement.
    Ainsi, quand Fernando De Los Rios, responsable socialiste, qui fut ministre de la justice du gouvernement provisoire, d'Avril à Octobre 1931, et qui était député de la circonscription de Grenade de 1933 à 1936, vint participer à une réunion à Fuensanta.
    Félix devient alors secrétaire de la Jeunesse Socialiste Unifiée (Unification des jeunesses socialistes et communistes réalisée le 1er avril 1936), pour la section de Fuensanta. C'est sa première responsabilité et c'est le début d'un très long engagement.
    Avec une camionnette, les jeunes socialistes font le tour des villages, garçons et filles rassemblés dans une même ferveur, où se conjuguent esprit festif et action politique.
    C'est en raison de ses responsabilités que, dès l'insurrection franquiste du 18 Juillet 1936, Félix va participer à la mise en place de la première milice populaire du village, chargée de la défense de la République, d'autant que très rapidement les forces franquistes vont s'emparer de Cordoue et de Grenade, nécessitant une réplique urgente et une réaction de toutes les forces disponibles.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Dans cet ouvrage, Guy Pernet, professeur de Lettres et d'Histoire, n'écrit pas une biographie, il conte, il raconte un destin singulier où le romanesque accompagne l'idéal et la passion d'un homme...

    Sur commande
  • Trois femmes aux destins liés par l'Histoire
    Maria, Marine et Irène sont toutes les trois gardiennes d'une mémoire enfouie, cachée et enfin exhumée par la plus jeune d'entre elles.
    Trois itinéraires de femme où chacune, tel un gardien de phare, veille sur le temps, scrutant l'obscurité pour rappeler ces lumières anonymes qui précédèrent leurs existences et en furent à l'origine.
    Une histoire de famille parallèle à la grande histoire, depuis cette « Guerre d'Espagne » jusqu'à nos jours, avec une héritière qui au coeur du terroir roussillonnais cherche et veut comprendre...
    Voyagez à travez le temps, en Catalogne, aux côtés de ces héroïnes fascinantes !
    EXTRAIT
    Toute la journée, sans un instant de repos, Consuelo travaille : pour procurer à sa vieille mère et à ses enfants un minimum de confort, elle doit pourvoir à tout. Elle ramasse du bois mort dans les bois proches. Quelques voisins lui apportent parfois de belles bûches, mais eux non plus n'en ont pas beaucoup car les propriétaires des bois en sont jaloux. Pourtant, des fagots, il en faut. La cheminée et la cuisinière à bois fonctionnent toute l'année, il n'y a pas d'autre moyen de se chauffer et de cuisiner. Quelques maisons sont pourvues de l'électricité, mais aucune dans cette partie du village. On continue à s'éclairer avec une lampe à pétrole ou une unique chandelle que l'on économise autant que l'on peut : il n'y a souvent, pour trouer l'obscurité du foyer, que la rougeur de l'âtre. Elle pense, émue, à la dernière mésaventure de son petit garçon, Toni. Le maître d'école avait donné à ses élèves un problème d'arithmétique à résoudre. Après bien des efforts solitaires, car nul n'aurait su l'aider, il y était parvenu mais, de contentement, il avait bousculé la chandelle fichée dans le goulot d'une bouteille vide et une grosse tâche d'encre s'était étalée sur son cahier. Le lendemain, le maître, aveugle aux efforts de l'enfant, sans jeter un regard au devoir, avait saisi par un coin de page le cahier, d'un air dégoûté, et l'avait lancé à l'autre bout de la classe en traitant Toni de cochon et de paresseux... L'enfant avait pleuré pendant des heures. Et elle, Consuelo, n'avait rien osé dire... Elle avait même grondé le garçonnet : « ça te servira de leçon, maladroit ! » Plus tard, peut-être, elle aussi pourra payer l'abonnement à l'électricité...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Marie-Claire Baco-Baesa, professeur de Lettres Classiques, mais aussi et surtout amoureuse du Pays Catalan a une double exigence : comprendre le monde, les hommes et trouver les mots pour le dire. Avec ce nouvel ouvrage elle évoque une période ambiguë et complexe de l'histoire catalane, nous amenant jusqu'à ses ramifications contemporaines.

    Sur commande
empty