Calmann-levy

  • L'aube naît du chant des oiseaux Nouv.

    "Je parle, je souris aux enfants, je les prends dans mes bras, j'écoute, mais je voudrais disparaître et me réveiller dans hier." Un banal accident de la route et l'absurde surgit au coeur de l'existence de Charlotte.

    C'est encore l'aube quand elle apprend la mort de son mari, l'amour de sa vie, le père de ses deux grands enfants. À travers la souffrance et la perte de sens s'ouvre alors pour cette femme le long chemin du deuil et de la reconstruction de soi, parfois à son corps et à son coeur défendant.

    Avec une rare clairvoyance, puisant dans la littérature et l'art, elle raconte sans fard chaque mouvement de l'âme endeuillée. Une expérience éminemment personnelle et charnelle, qui pourtant touche à l'universel.

    Ce récit d'une renaissance est aussi l'histoire d'un amour magnifique, rendu éternellement vivant à travers les souvenirs bouleversants restitués dans ce livre, aux dépens de la mort.

  • Comme d'habitude

    Cécile Pivot

    Cécile Pivot raconte dans un livre très touchant sa relation avec son fils, Antoine, autiste. Elle revient sur la naissance de son enfant, les premiers doutes, les difficultés rencontrées avec les médecins qui ne la prennent pas au sérieux. Puis le diagnostic tardif à 4 ans et demi. Ensuite commence son parcours du combattant, les difficultés pour trouver des lieux adaptés, le combat mené au quotidien pour gérer les bizarreries de son caractère, les périodes de doute et même de déprime qu'elle a traversées, le départ de son compagnon qui ne supportait plus la maladie d'Antoine.
    Ce livre est le récit d'un combat mais surtout une lettre d'amour d'une mère à son fils.

    Sur commande
  • Partir de Dakar au rythme des foulées, aller jusqu'à Paris, en passant par Saint-Louis du Sénégal, Nouakchott, Tétouan, Tanger, Barcelone, Bordeaux, La Rochelle, Nantes, Angers, Saumur, Tour, Orléans, Etampes et Montreuil ; se déplacer au gré des rencontres : tel était l'objectif de Dakar Paris. Pourquoi Dakar ? La capitale sénégalaise demeure une cité singulière, une péninsule superbe et la terre africaine la plus à l'ouest du continent.
    Une cité tournée vers le grand large où chaque année, des milliers de Sénégalais montent sur des pirogues à destination de la lointaine Europe, devenue si difficile d'accès par les voies légales. Même si ses papiers sont en règle, Pierre Cherruau a choisi des chemins de traverse pour raconter ce continent qu'il avait l'habitude de sillonner comme reporter. C'est à pied qu'il a longé l'Atlantique. Il ne s'agissait pas de réaliser une prouesse physique ou sportive, il voulait donner la parole aux Africains pour comprendre pourquoi tant d'entre eux rêvent de partir à tout prix, même au péril de leur vie, tandis que d'autres veulent croire à l'avenir de leur continent.
    À travers ce périple, Pierre Cherruau a pris le pouls de l'Afrique, a écouté les colères de ses habitants, leurs enthousiasmes et leurs passions pour la terre rouge, couleur de latérite, qui les a vus naître. Ce voyage est aussi personnel à plus d'un titre. La course est l'occasion de renouer en esprit avec un père parti trop tôt, cet autre Pierre Cherruau, journaliste et écrivain, disparu avant d'avoir eu le temps d'écrire tous les livres rêvés. Un père qui en initiant son fils à la course, sur les rives de la Garonne lui a donné le goût de la liberté. Et puis, ses liens avec l'Afrique sont familiaux : sa femme est Sénégalaise et ses enfants, des héritiers de la culture nomade des peuls. Dakar Paris est aussi un moment d'égarement volontaire, un « temps volé », où le professionnel de l'information cesse enfin d'être pressé et connecté, où il échappe à la frénésie de l'actualité. Il renoue avec ce qui fait l'essence de ce métier : les hommes et les imprévus.

    Sur commande
empty