Calamasol

  • Un titre pour le moins original pour ce que l'on peut encore appeler une aventure, même en ce début du XXIème siècle. L'auteur a en effet parcouru cette mythique Route de la Soie au sein d'un petit groupe d'amis et a décidé d'en faire un récit, et ce bien avant de partir. Pas une compilation reprenant les événements comme les étapes au jour le jour, mais davantage une véritable aventure vécue avec son lot de surprises, de découvertes, d'échanges, d'émotions. On y retrouve pêle-mêle, mais avec une profonde sincérité, des souvenirs d'enfance, de voyages récents ou plus anciens, de lectures, comme aussi des impressions personnelles, où les parfums, les couleurs et les sons, si chers à Baudelaire, se répondent. L'Ouzbékistan, le Kirghizstan, la Chine du Xinjiang jusqu'à Xian et Pékin, autant de pays peu connus pour certains mais porteurs de rêves et d'histoire. Quelque treize mille kilomètres en avion, car et train, un fabuleux périple dont on ne revient pas totalement indemne. Bernard Lugaz, ancien acheteur dans la grande distribution, a passé près de quarante ans à parcourir le monde à la recherche de nouveaux produits. Mais, à chaque fois, il s'est toujours gardé du temps pour aller à la découverte de l'environnement où il se trouvait, qu'il soit géographique, historique ou humain. Il signe ici son premier livre.

    Sur commande
  • Dès son retour de la Route de la Soie, parcourue à l'été 2009, l'auteur, véritable voyageur écrivain, s'était promis, fasciné par les dunes de sable blond qu'il avait aperçues, majestueuses, aux portes de la ville de Dunhuang, en Chine, de partir un jour à la découverte de ce désert de Gobi dont le nom le hantait depuis l'enfance. Destination tout aussi lointaine, mystérieuse, inquiétante, dont tant d'autres voyageurs, aventuriers, caravaniers des siècles passés avaient dû affronter les terribles rigueurs. Mais qui dit Gobi dit aussi Mongolie. La tentation était trop forte. Aussi, en juin 2011, s'embarque-t-il à son tour pour une véritable aventure en pays inconnu. Pour approcher ce vaste territoire dont Gengis Khan est encore aujourd'hui l'un des plus grands sinon le plus grand symbole, il aborde en Sibérie, sur les rives du lac Baïkal. Puis, de là, il gagne Oulan-Bator via le Transsibérien, ou plutôt le Transmongolien. Au sein d'un petit groupe, il va parcourir plus de 2000 kilomètres en véhicule tout-terrain sur des pistes tantôt de steppes, tantôt de montagnes, tantôt de déserts. Bonheur, le nom du guide francophone, énergique et passionnée Mongole de quarante ans, va lui faire découvrir ce pays fascinant à plus d'un titre. Le Gobi, bien sûr, mais aussi la vallée de l'Orkhon, le site de l'ancienne Karakorum, l'étonnant et magnifique lac Khovsgol aux eaux bleutées. Terres brûlées par le vent, la neige, le gel. Montagnes de velours. Solitudes infinies mais où surgit toujours un nomade à cheval venu de nulle part. Rencontres, partages, échanges dans un pays où la densité peut descendre à 0,1 habitant par kilomètre carré. Enfin, ultime et omniprésente surprise, les teintes du printemps en Mongolie : une étonnante symphonie de bleus et de verts. Pour son troisième livre, Bernard Lugaz nous fait vivre une véritable aventure en plein XXIe siècle.

    Sur commande
  • La Pamir Highway, cette route internationale, souvent simple piste caillouteuse et chaotique, dominant parfois des abîmes vertigineux, est la seconde plus haute route au monde (4655 mètres). Elle traverse entre autres le Tadjikistan et une partie du Kirghizstan et permet de découvrir des joyaux comme le lac Karakul, à la teinte saphir, entouré de cimes enneigées, des sommets dépassant les 7000 mètres, des déserts vides et stériles, des gorges et défilés menaçants. Plus au sud, on découvre l'étonnant corridor de Wakhan, frontière avec l'Afghanistan, dominé par le formidable Hindou-Kouch, où partout la terre rejoint le ciel. Le bleu de l'azur s'y marie à merveille avec de tranquilles cumulus blancs tandis que parfois, au loin, des nuages plus bas déversent en écharpes grises une pluie rapidement avalée par un sol desséché. C'est le règne du minéral à l'état pur, une image du monde à ses origines, panoramas vides et désolés mais non moins grandioses où l'émotion vous emplit à chaque fois d'une manière plus intense. Partir vers ces deux petites républiques d'Asie centrale suppose de laisser derrière soi tous ses préjugés. Les paysages, les rencontres, les conditions de vie sont incomparables, même pour un voyageur expérimenté. L'impressionnante moisson d'images, toutes aussi extraordinaires les unes que les autres, est telle que l'on se demande si notre cerveau pourra toutes les conserver. L'immense richesse des décors naturels auxquels l'on est confronté n'est pas une simple formule ; longtemps après le retour, l'on revoit passer, comme un film qui se déroule, les somptueuses constructions qu'une nature des plus sauvages et brutes offre généreusement du début à la fin de chaque journée. Découvrir les richesses naturelles du Tadjikistan, c'est suivre les pas des grands voyageurs du passé, dont le plus glorieux fut sans doute Marco Polo, revivre les sensations des longues caravanes, croiser des nomades au sourire d'or, à la peau cuivrée, à l'accueil chaleureux. C'est vivre une aventure unique qui vous fait longer les frontières chinoise et afghane et approcher de sommets parmi les plus hauts de notre planète.

    Sur commande
  • Voyage en terre vivante

    Bernard Lugaz

    Toujours l'inattendu arrive, tel est le titre d'un recueil de nouvelles que publia André Maurois en 1943. Au printemps 2012, Bernard Lugaz s'envole, presque par hasard, pour une destination aussi étrange que fascinante et envoûtante, l'Islande. L'Ultima Thule, une terra incognita découverte par Pythéas au IIIe siècle avant Jésus-Christ. Cette île volcanique au passé récent - moins de vingt millions d'années -, située à moins de trois cents kilomètres des côtes du Groenland, est une terre vivante à bien des égards. À la conjonction des plaques tectoniques eurasienne et américaine, elle ne cesse de vibrer au rythme des mouvements de la croûte terrestre. Territoire sublime où règnent en maîtres tremblements de terre, volcans menaçants, glaciers gigantesques, sources d'eau chaude et de vapeur, où le voyageur subjugué ne cessera d'aller de découverte en découverte, son voyage ne durant pourtant que quelques jours. La capitale la plus septentrionale au monde, Reykjavik - la baie des Fumées -, le geyser de Strokkur, les chutes de Gulfoss, le menaçant Eyjafjöll dont les cendres firent trembler l'Europe en 2010, l'étonnant Lagon Bleu, les plages de sable noir, autant de sites et de lieux extraordinaires à guère plus de trois heures de Paris. Une île aux trésors innombrables, riche en émotions et dépaysements, dont on revient charmé, voire ensorcelé, à tout jamais. Délaissant pour un temps, mais un temps seulement, ses récits de voyage en Asie centrale, l'auteur nous invite ici à un nouveau périple, au récit tout aussi captivant.

    Sur commande
  • Sur commande
empty