Albiana

  • Hospitalieres

    Aiqui Francis

    • Albiana
    • 6 Juillet 2020
    Sur commande
  • Voilà l'idée, le pivot de l'existence pour Patrice Franceschi.
    Depuis son plus jeune âge, il arpente les coins les plus reculés de la planète, il côtoie les peuples oubliés, ceux qui souffrent, ceux qui se cachent, ceux qui se taisent, il participe aux expéditions les plus audacieuses à la recherche de Graal scientifiques, de chimères romantiques, d'exploits humains. Aujourd'hui, c'est en capitaine sur sa jonque chinoise qu'il est parti sur les traces d'un glorieux prédécesseur, Antoine-Louis de Bougainville, le premier navigateur français à avoir bouclé le tour du monde.
    C'est mû par " l'esprit de Bougainville " et dans l'espoir affiché de raviver, à l'aube du troisième millénaire, le désir de connaissance des Lumières, qu'il s'est mis au service du monde scientifique afin d'explorer ces régions de l'Insulinde, parmi les moins connues de la planète. Une formidable aventure pour " La Boudeuse " et son équipage, qui en appellera d'autres sous le commandement du capitaine, un aventurier dans le droit fil de ces héros insulaires avec lesquels il partage l'origine, la Corse.

    Sur commande
  • Lochi mondu

    Alanu Di Meglio

    • Albiana
    • 9 Novembre 2011

    La Corse sous toutes ses coûtures : Chaque lieu en Corse porte une histoire, souvent multiséculaire. Cachés dans les replis du passé, suggéré parfois par son toponyme, souvent par des preuves toujours visibles, l'auteur est parti à la recherche des indices de cette géographie historique de la Corse.
    Les chroniques, racontées sur les ondes de Radio Corse Frequenza Mora, ont été réunies ici par l'auteur pour offrir un itinéraire original entre littérature de voyage et hommage poétique...

    Sur commande
  • Les carnets de voyage de Salvatore Viale, traduits ici pour la première fois, ont la remarquable particularité de décrire une Italie finalement très proche de leur observateur. Notable bastiais, l'un des plus fameux intellectuels corses de la première moitié du XIXe siècle, Salvatore Viale se trouve être à la charnière des trois mondes qui bordent la mer Tyrrhénienne : la France - qui a pris pied dans son île depuis plus d'un demi-siècle et qui accélère précisément en ces années-là son oeuvre de francisation -, l'Italie, qui n'est pas encore l'Italie unifiée, mais qui est depuis de longs siècles l'horizon naturel de tous les intellectuels corses, et la Corse qui se découvre une originalité propre au miroir des autres, notamment en matière de culture populaire.

    Les Carnets de voyages en Italie reflètent ces emboîtements dans l'esprit de l'écrivain et le démarquent nettement des habituels voyageurs français ou anglais qui effectuent le " Grand Tour " et qui viennent se recueillir sur les décombres d'un Empire romain magnifié; la visite des imposantes ruines révélant en contrepoint la décadence de l'Italie contemporaine.

    Salvatore Viale, en cicérone érudit et fin connaisseur de ce qu'il voit, décrit au contraire une Italie où l'art de vivre est toujours nourri au quotidien - dans son architecture, ses travaux, sa culture, sa société et jusque dans ses paysages - du goût des Arts et de la Beauté.

empty