Afrique Orient

  • Michel Amengual a déjà publié un fort beau livre sur la région duMaroc, sous le titre El Jadida, Capitale des Doukkala.
    Avec Voyages en Doukkala, de l'Antiquité à l'Indépendance, il présente une véritable anthologie de textes écrits par des Occidentaux qui ont visité ce territoire depuis les temps les plus reculés.Mais plus particulièrement depuis le XVIème siècle, où les Doukkala font leur entrée dans l'Histoire, avec leur occupation par les Portugais qui y construisent notammentMazagão, une citadelle qui devait être le bastion de la chrétienté en terre d'Islammais qu'ils doivent abandonner en 1769, sous les coups de boutoir desMarocains.
    Mais le départ des Portugais n'a pasmis fin pour autant aux visites d'étrangers, bien au contraire : des explorateurs, des scientifiques, des médecins, des diplomates, desmilitaires, des écrivains se succèdent dans les plaines doukkalies, sur les rives de l'Oumer-R'bia ou les côtes atlantiques; et les textes sélectionnés ici, divers et variés, sont unemine de renseignements sur les campagnes et les cités traversées :
    Mazagan/El Jadida, Azemmour,Moulay Abdallah, Boulaouane, Oualidia...
    Au fil des quelques quarante récits étalés sur plusieurs siècles, rapportés ici, on assiste auxmutations profondes qui ont bouleversé la région. Ces narrations permettent demieux comprendre les Doukkala actuels, de retrouver l'emplacement de cités perdues ou abandonnées, des itinéraires oubliés, des coutumes disparues,mais aussi ce qui fait l'âme spécifique, éternelle, des Doukkala. Des documents qu'il faut resituer dans leur contexte, et queMichel Amengual souhaite voir juxtaposés et comparés à ceux de narrateurs arabes ou musulmans qui ont sillonné les Doukkala aux mêmes époques.
    Tout un travail de recherches reste donc à faire. Ces Voyages en Doukkala nous y invitent fortement.

    Sur commande
empty