Actes Sud

  • Paris, mille vies

    Laurent Gaudé

    Guidé par une ombre errante, l'écrivain-narrateur déambule de nuit dans un Paris étrangement vide, se remémorant des scènes proches ou lointaines, des existences anonymes ou fameuses, des personnalités tutélaires (Villon, Hugo, Artaud...). Mille vies l'ont précédé dans cette ville qui l'a vu naître et mettre au monde lui-même tant de personnages. Un récit sur la présence des absents, qui mêle l'autofiction au fantastique pour esquisser un art poétique.

  • C'est dans un documentaire sur Yassin al-Haj Saleh que Justine Augier avait découvert Razan Zaitouneh, à qui elle a consacré son livre précédent, «De l'ardeur. »Près de cinq ans plus tard, elle rejoint l'intellectuel syrien dont l'épouse a été enlevée en même temps que Razan, désormais exilé à Berlin, à l'heure où des tribunaux français, suédois et allemand, au nom de la compétence universelle, s'apprêtent à juger certains responsables des crimes contre l'humanité commis en Syrie depuis 2011. Au cours d'une conversation qui se prolonge sur une année, ensemble ils tentent d'apprivoiser l'inconfort de la survie et de l'exil, les refuges et les ressources de la pensée, d'explorer les points de résonance entre la tragédie syrienne et le passé européen, avec la volonté urgente de croire que la justice pourrait rendre au peuple syrien la dignité que sa révolution écrasée a tenté d'arracher, et dessiner une alternative au désespoir.

  • Invité à passer une nuit dans le musée Picasso, alors qu'y était présentée l'exposition «Picasso 1932, année érotique», Kamel Daoud en a tiré un récit dans lequel il confronte les représentations que peuvent avoir du corps, du désir, de la nudité, de l'amour, du plaisir ou de la liberté, un artiste et un djihadiste. L'art peut-il guérir un homme de la violence, lui redonner le désir du monde ?

  • Dans la tradition des «hobos» empruntant illégalement des trains de marchandises pour des destinations aléatoires, William T. Vollmann parcourt les États-Unis, en compagnie de son ami Steve Jones, à la recherche du Grand Partout. Une odyssée initiatique au sein de la décourageante Amérique de Bush.

  • à la poursuite du Thunder ; l'histoire de la plus longue traque navale de tous les temps Nouv.

    Décembre 2014, le capitaine Hammarstedt engage l'quipage du «Bob Barker» dans un voyage inédit à la poursuite du «Thunder», le tristement célèbre bateau de pêche. En suivant la trace de ce navire, ils se retrouvent sur la piste des chevilles ouvrières de la criminalité, de la corruption rampante, de l'esclavage moderne et d'une communauté internationale qui se contente de détourner le regard. «A la poursuite du Thunder» relate une histoire vraie empreinte de courage et de persévérance et lance un appel à agir contre la destruction de notre environnement.

  • Voyager

    Russell Banks

    Dans ce captivant recueil de récits qui est aussi un livre de vie, Russell Banks, explorateur impénitent, invite son lecteur à l'accompagner dans ses plus mémorables voyages - des Caraïbes à l'Himalaya en passant par l'Écosse. Entretien avec Fidel Castro à Cuba, folles virées en voiture à l'époque hippie, expériences diversement radicales, relations entretenues avec ses quatre épouses successives, autant d'étapes formatrices aux allures de quête de soi qui ouvrent chez le lecteur un chemin vers le coeur et l'âme d'un romancier aussi prestigieux que respecté.  

    1 autre édition :

  • Septembre 2019, dans la dernière ligne droite de l'écriture de son roman, «Le grand vertige» (Actes Sud, Août 2020), Pierre Ducrozet se lance dans un voyage de plusieurs mois à travers l'Asie sur les traces de certains de ses personnages. Sous forme de chronique hebdomadaire, il envoie des cartes postales à «Libération» : récits, impressions, sensations, "notes pour plus tard" qui prennent le pouls de cette planète et des humains qui y vivent. Et qui semblent constituer la très réelle contribution de l'auteur au réseau Télémaque fictif qu'il invente dans son livre.

  • Une famille de vieux-croyants démunis à l'extrême, subsistant dans une cabane misérable, en pleine taïga, coupés de la civilisation depuis... 1938 : telle est l'incroyable réalité décrite par Vassili Peskov, qui raconte ici avec passion et minutie l'aventure des ermites de notre temps, puis les vains efforts de la plus jeune d'entre eux, Agafia, pour se réadapter au monde. Nouvelle version du mythe de Robinson, manuel de survie dans la taïga, histoire de femme aussi, ce livre riche et multiple a rencontré lors de sa parution chez Actes Sud en 1992 un succès qui ne s'est jamais démenti. Et Agafia, sa magnifique héroïne, vit toujours, loin du " siècle ", dans la sauvage solitude de la taïga.

  • Au plus proche de l'autobiographie, Nancy Huston livre le récit de sa toute première enfance, cette période si étrange où son père a soudain demandé à sa jeune femme, mère de trois enfants, de quitter la maison pour n'y plus revenir. Une tout autre vie a alors commencé pour la petite, une vie heureuse malgré tout, mais cet abandon habitera à jamais son imaginaire. Un texte fondamental dans la trajectoire littéraire de Nancy Huston.

    Sur commande

    1 autre édition :

  • En parcourant le monde, parfois à pied, souvent à cheval, Jean-Louis Gouraud voulait découvrir quelles fonctions occupe auprès des différents peuples cet animal pas comme les autres qu'est l'«equus caballus», avec l'intime conviction qu'il n'y pas de chevaux sans hommes. Aller les observer partout dans le monde, de l'Orient à l'Occident, c'était avant tout pour lui une façon de partir à la rencontre des populations qui les élèvent, les exploitent, les entourent, les chérissent.

  • Voyageuse de toujours, écrivain de l'ailleurs depuis des décennies, Lieve Joris a traversé l'Afrique de part en part. Aujourd'hui elle poursuit son chemin. Sur les traces de ses amis du Congo, elle emprunte la nouvelle route du commerce jusqu'en Chine. Et les Africains sont bien là, au coeur des échanges internationaux et de l'avancée fulgurante de la mondialisation. 

  • Comme dans un sourire triste qui porterait à la fois toute la nostalgie de l'enfance et la morsure des souvenirs de ses cauchemars, Yaël Neeman raconte l'histoire du kibboutz Yehi'am, où elle est née et a grandi. À travers l'expérience intimement vécue de la réalisation de cette utopie, elle livre la radiographie - «l'autopsie» ? - lucide, drôle et désenchantée, sans complaisance ni ressentiment, d'une utopie israélienne.

    Traduit de l'hébreu par Rosette Azoulay avec la collaboration de Rosie Pinhas-Delpuech.

    1 autre édition :

  • En classe de terminale, un professeur de philosophie propose à ses élèves de s'attacher au récit d'un seul souvenir ; de n'en choisir qu'un, comme si c'était le dernier, avant que tout ne disparaisse... Une trentaine de fragments, mélancoliques ou pleins d'ardeur, comme autant de séquences cinématographiques de ces états transitoires, qui forment le portrait sensible de l'adolescence.

  • Méharées

    Théodore Monod

    Méharées reste le plus célèbre des livres de Théodore Monod, spécialiste incontesté du désert, qu'il parcourt depuis plus de soixante-dix ans à dos de chameau ou à pied.

    Ce scientifique exemplaire n'a pas son pareil pour évoquer les paysages mauritaniens, pour raconter ses longues méharées dans les dunes, pour décrire la faune, la flore, l'histoire ou la préhistoire de ces régions où, dans les années trente, il entendit parler d'une mystérieuse et gigantesque météorite qu'il ne cesserait de chercher, durant un demi-siècle, avec une insatiable curiosité.

  • En 1960, deux ans avant de recevoir le prix Nobel de littérature, John Steinbeck entreprend, au volant de son mobil home, un voyage de onze semaines à travers l'Amérique, avec pour seul compagnon son chien Charley.
    De la Pennsylvanie aux forêts du Maine, du Montana à la côte pacifique, le regard qu'il porte sur son pays est désenchanté, et c'est son désarroi, face à la montée de l'indifférence et au racisme endémique, qui s'exprime dans ces pages. Un récit de voyage qui sonne comme une cérémonie des adieux.

    Sur commande
  • À l'occasion du 30e anniversaire du "printemps de Pékin" et de la commémoration du massacre des étudiants de la place Tian an Men, dans la nuit du 3 au 4 juin 1989, Babel réédite ce témoignage exceptionnel sur la tragédie chinoise, vue à travers les yeux d'un journaliste français qui était sur place au moment des faits.

  • Quatre femmes noires et sud-africaines forment une« ibandla,» une sorte de petite congrégation dans le cadre de laquelle elles se retrouvent, parlent de leur vie et du point commun qui les rassemble c'est à dire leur situation suite au départ de leur mari pour des raisons politiques, professionnelles ou sentimentales. Ces absences longues parfois même sans retour, font d'elles des femmes abandonnées qui attendent telle des Pénélope des temps modernes, des femmes en colère, mais aussi des femmes fortes qui s'amusent d'elles-mêmes et reconstruisent non seulement leur vie mais leur image au sein de la société sud-africaine sur laquelle règnent les hommes. Ainsi les quatres amies vont-elles imaginer que la plus impressionnante, la plus puissante des femmes seules d'Afrique du Sud: Winnie Mandela en personne, accepte leur invitation et se confie, se raconte, dans le cadre de l'ibandla la plus extravagante qui soit.    

  • En août 1914, veuve depuis huit ans, Marie Curie est une femme seule. En prenant tous les risques pour acheminer sur les lignes de front la technologie des rayons X, elle a sauvé des centaines de milliers de vies et a redonné un sens à la sienne. Portrait documenté par des archives inédites d'une femme exemplaire, dont l'intrépidité, l'humanité et le génie nous bouleversent encore.

    Sur commande

    1 autre édition :

  • En 1895, Joshua Slocum, cinquante et un ans, capitaine à la retraite, quitte le port de Boston, seul sur le Spray, un voilier rustique de onze mètres, pour faire le tour du monde. Il ne se doute pas que son aventure inspirera des générations de navigateurs, et que le récit qu'il en fera, d'abord publié en feuilleton dans une revue américaine, sera maintes fois réédité. Car Joshua Slocum, très vite, est devenu l'archétype du navigateur éternel : homme bourru et tendre, marin de race, aventurier au palmarès étonnant, il rapporte avec humour et simplicité les multiples péripéties de son voyage. Et son récit, ici servi par le travail d'une traductrice qui elle aussi est navigatrice, n'a pas pris une ride...
    /> Joshua Slocum, né en 1844, repartit en 1909 pour un dernier voyage, dont il ne revint jamais

  • Le livre de noel

    Selma Lagerlöf

    Nourris de légendes suédoises, huit récits de Noël, auxquels le talent de conteuse de Selma Lagerlöf confère un charme incomparable. Un classique enfin à nouveau disponible.

    Traduit du suédois par Lena Grumbach et Marc de Gouvenain.

  • Un voyage au Japon

    Antoine Piazza

    «C'était la première fois que je partais aussi loin, la première fois, aussi, que je partais en plein hiver.
    En me dirigeant vers le guichet, je regardais mes sacoches qui suivaient en bagages à main et je pensais au vélo en pièces détachées que j'allais récupérer à mon arrivée, à la lente séance de reconstruction qui m'attendait devant l'aérogare. Je ne connaissais personne au Japon. Je n'avais même pas un nom, une adresse, un numéro de téléphone. Les ponts à péage, les échangeurs autoroutiers, les voitures, la foule allaient m'empêcher de grimper sur mon vélo dès mon arrivée à Osaka, de m'enfoncer aussitôt dans le pays, comme je l'avais fait à Dublin, à Helsinki. Pourtant, au moment de l'embarquement, en me laissant porter par le flot paisible des passagers qui ne faisaient pas attention à moi, je compris que j'étais un voyageur comme un autre. Le Japon, l'hiver, le vélo, tout allait bien, pensai-je, il ne me restait plus qu'à me perdre.»

  • Nouvelle édition du volume publié en 2012 sous le titre «oeuvres», vendu à 20 000 exemplaires, regroupant« Maxence au désert / Méharées / L'émeraude des Garamantes / Le fer de Dieu / Majabat al Koubra / Désert lybique / Plongées profondes».

  • De 1875 à 1879, entre Sambre et Escaut, aves un seul compagnon.

  • En mars 1940, tandis que la guerre dévaste l'Europe, John Steinbeck s'embarque à bord du Western Flyer et, avec une poignée de compagnons, entame une expédition à caractère scientifique dans les eaux du golfe de Californie, également appelé la mer de Cortez. Durant quelques semaines, il collectionnera des centaines d'échantillons du monde marin. Il écrira surtout ce journal de bord plein d'humour, de nostalgie et de sagesse, dans lequel il célèbre la nature et le voyage et donne libre cours à sa lucidité moqueuse dans l'observation de l'espèce humaine.

    Sur commande
empty