Academia

  • Le banc

    Marianne Sluszny

    • Academia
    • 30 Octobre 2019

    "Les cendres d'un homme ont été dispersées dans le jardin de sa maison de campagne, sous le banc qui jouxte un imposant noyer. C'est là que le disparu rêve désormais, acteur invisible d'une scène aussi étrange qu'émouvante. Alors qu'il médite sur les épreuves et les joies de son existence, sa compagne s'assied sur le banc et s'ouvre au ressenti de l'inexorable dégradation du malade, un temps où malgré l'amoindrissement, il s'était efforcé, par touches sensibles, de rester l'homme qu'il avait été."

    Sur commande
  • "Ainsi court le chemin est un parcours à entreprendre avec son père, une réflexion sur le temps et les traces qu'on laisse derrière soi. Comment capter au mieux l'essentiel d'une vie ? Ici on entre dans la relation pure, sans mot, dans les gestes qui tiennent la vie et entretiennent l'amour. On y parle du regard que l'on peut avoir sur une personne vieillissante et celui qu'on porte sur un nourrisson. C'est un questionnement sur l'existence, à l'aube d'une vie qui commence et au crépuscule d'une autre qui se termine..."

    Sur commande
  • Pas peur

    Alexandra Van Lierde

    Comment réagit un couple lorsque les médecins leur annoncent que leur enfant est porteur d'un syndrome rare ? Dans ce récit bouleversant sur fond d'expatriation en Asie, nous découvrons, à travers les yeux d'une mère, le lien unique que chacun tisse avec cet enfant différent. Entre crises parfois épiques et volonté de poursuivre une vie normale, l'histoire de Gaspard, de sa famille transformée par une aventure imprévisible, est avant tout celle d'un courage sans faille. Pas peur invite à une introspection sur le sens de la différence, de l'amour, des épreuves et de la résilience. Au-delà du récit, ses enseignements offrent des clés de réponse à de nombreuses situations. Un hymne à la confiance et à la vie !

    Sur commande
  • "Un jour, comme un coup de théâtre, survient la maladie rare. On ne s'y attend pas bien sûr. S'attend-on jamais à ce genre de choses ? La tempête est violente, elle fait des dégâts ! En quelques heures, elle éteint l'oeil gauche. Pour sauver l'autre, il faut avaler en masse des corticoïdes et autres médicaments. Et la tempête est matée. Plus ou moins. Il y aura des alertes encore. La maladie de Horton ne se guérit pas, elle se contrôle..."

    Sur commande
empty